En l'absence de Craig Anderson, c'est toujours Mike Condon qui tient le fort.

En quête d'un cinquième gain de suite

Les joueurs des Sénateurs d'Ottawa n'auront pas beaucoup de temps pour digérer la dinde et les tourtières s'ils se sont empiffrés lors de leurs réveillons de Noël.
Après quatre jours de congé complet, ils n'auront même pas d'entraînement matinal avant de sauter sur la glace du Madison Square Garden mardi soir pour affronter les Rangers de New York.
Broadway est évidemment un bon endroit pour continuer à écrire une belle histoire de Noël, comme celle de la surprenante équipe de Guy Boucher qui n'a pas perdu en temps réglementaire à ses cinq dernières sorties (4-0-1) avant la pause, malgré toutes les embûches placées devant elle, l'absence de son gardien numéro un Craig Anderson était la plus importante.
Anderson ne devrait pas être de retour dans le giron de l'équipe cette semaine alors qu'il accompagne toujours son épouse Nicholle lors de ses traitements contre un rare cancer de la gorge, qui ont lieu dans un hôpital de... New York. Ce dernier n'a disputé qu'un des 11 derniers matches des siens, le 5 décembre dernier dans un revers de 8-5 à Pittsburgh, et il aura certes besoin de quelques jours d'entraînement lorsqu'il rejoindra l'équipe avant de reprendre sa place devant le filet.
En son absence et avec des blessures à son adjoint Andrew Hammond, actuellement au rancart pour une période indéfinie en raison d'une entorse au haut d'une cheville, c'est Mike Condon qui doit continuer à tenir le fort, comme il l'a fait l'an dernier à Montréal quand Carey Price soignait une blessure à un genou.
Le gardien acquis des Penguins de Pittsburgh contre un choix de cinquième ronde est allé passer la pause dans sa région natale de Cape Cod, près de Boston, et les Sénateurs n'ont pas eu à s'inquiéter que la pluie verglaçante de lundi lui cause des problèmes avec son vol de retour vers la capitale pour prendre l'avion nolisé du club mardi matin, car il avait l'intention de se rendre directement à New York - environ 4 h de route en auto ou en train, ou un vol d'une heure - par ses propres moyens.
À l'heure actuelle, Condon est leur meilleur joueur, lui qui a une fiche de 8-3-2 avec une moyenne de 2,20 et un taux d'efficacité de ,924, des statistiques équivalentes ou même meilleures que celles d'Anderson (12-6-1, 2,48 et ,924).
« C'est certain que ce match (à New York) va être difficile, surtout les 10 premières minutes. Les passes ne seront pas à point, la rondelle va rebondir beaucoup. On ne peut pas apporter notre équipement avec nous, malheureusement. Mais le repos est plus une arme présentement pour nous », avait-il dit avant son départ.
Le gardien américain qui n'a jamais été repêché s'est avéré un cadeau à l'avance du DG Pierre Dorion à l'entraîneur-chef Guy Boucher, qui l'apprécie plus que jamais.
« Craig avait joué de façon fantastique et il nous a donné beaucoup d'espoir en jouant de cette façon malgré ce qu'il traversait dans sa vie personnelle. Puis avec les blessures de "Hammy" (Hammond), Condon s'est amené et il fait son travail un match à la fois. Sa capacité à avoir une focalisation étroite, comme on l'appelle, l'a aidé et nous a aidés aussi. On espère que Craig va revenir éventuellement et reprendre où il a laissé, mais en attendant, Condon nous permet de continuer notre progression », a dit Boucher avant la pause.
L'un ou l'autre de Matt O'Connor ou Chris Driedger sera rappelé mardi du club-école de Binghamton, qui avait un match à Scranton/Wilkes-Barre lundi soir, pour agir comme substitut à Condon.
Visite des Red Wings
Les Sénateurs vont rentrer à Ottawa immédiatement après ce match pour se préparer à accueillir les Red Wings de Detroit jeudi, match où ils en profiteront pour retirer de la circulation le chandail numéro 11 de Daniel Alfredsson.
Pas de pratique, pas de problème, dit Karlsson
Après leurs quatre jours de congé pour Noël, les Sénateurs affronteront les Rangers mardi soir sans même avoir eu le bénéfice de chausser les patins pour un léger entraînement matinal étant donné qu'ils prendront un vol nolisé vers la Grosse pomme en matinée. Leur capitaine Erik Karlsson, un athlète naturel s'il en existe un, ne pense pas que ce sera un problème. « Nous avons trois parties à jouer pendant la semaine (contre Detroit jeudi et ensuite à Washington dimanche pour le Jour de l'An) et nous allons prêts à revenir pour continuer sur notre lancée, j'en suis convaincu. La pause va être la même pour tout le monde », a-t-il dit après le match de jeudi dernier contre les Ducks. À ce dernier sujet, il se trompe légèrement puisque les Rangers, eux, vont tenir une pratique matinale au Madison Square Garden vers les 10 h 30, comme le veux la coutume pour la majorité des clubs de la LNH.