Elias Pettersson (40) veut améliorer sa vitesse, lui qui donne pourtant déjà des maux de tête aux défenseurs à travers le circuit Bettman.

Elias Pettersson veut aller encore plus vite

VANCOUVER — Alors qu’à Ottawa, les dirigeants et partisans ont hâte de voir de quoi l’attaquant recrue Brady Tkachuk aura l’air une fois qu’il aura gagné plus de force, le grand favori pour le trophée Calder cette saison ne planifie pas ajouter trop de muscle à sa frêle charpente.

Non, Elias Pettersson veut plutôt améliorer sa vitesse, lui qui donne pourtant déjà des maux de tête aux défenseurs à travers le circuit Bettman à sa première campagne en Amérique du Nord.

Le Suédois de 20 ans qui avait 61 points, dont 27 buts, avant d’affronter les Sénateurs mercredi soir, ne pèse pourtant que 176 livres (il mesure 6’ 2’’) et il a raté une douzaine de parties des siens pour cause de blessure, dont une commotion cérébrale.

« Je vais continuer à travailler sur l’ensemble de mon jeu. Je ne suis pas parfait d’une manière ou d’une autre, donc je peux travailler sur bien des choses. J’aimerais devenir plus rapide, travailler ma vitesse et mon agilité. Je veux être encore plus rapide parce que je ne battrai personne pour ce qui est de la force, a-t-il confié mercredi matin. J’aimerais devenir plus fort, c’est certain, mais il n’est pas facile pour moi de gagner beaucoup de poids. De toute façon, je pense que je me débrouille assez bien comme ça. »

Pettersson se débrouille en effet très bien, lui qui a établi un nouveau record d’équipe quand il a récolté son 61e point lundi contre Chicago, éclipsant la marque détenue par Pavel Bure. C’est le neuvième meilleur total par une recrue d’origine suédoise, à égalité avec l’ancien Sénateur Daniel Alfredsson et William Nylander, des Maple Leafs.

Les Canucks n’avaient pas perdu à leurs quatre derniers matches (3-0-1) avant de recevoir Tkachuk et son club, conservant leurs minces espoirs de participer aux séries dans l’Ouest. Pettersson a eu son mot à dire dans cette heureuse séquence avec cinq points à ses six dernières sorties.

Certains médias de Vancouver estiment qu’il a repris son erre d’aller après un certain passage à vide, mais n’allez pas dire ça à Pettersson. « Je pense juste qu’avec Brock [Boeser], ça s’est mis à fonctionner soudainement, on crée des chances de compter à nouveau. Pourquoi ? Je ne sais pas. Quand on travaille fort, les chances viennent, ce n’est pas une formule secrète », dit le jeune homme qui a réussi un tour du chapeau lors de sa première visite à Ottawa, un gain de 4-3 en prolongation le 2 janvier dernier.

Le pilote des Sénateurs Marc Crawford, qui a dirigé les jumeaux Sedin à Vancouver à leurs débuts dans la LNH, est impressionné par le dynamique suédois.

« Pettersson est extrêmement habile, il semble avoir retrouvé tous ses moyens. Sa vitesse, ses habiletés et son tir posent de gros défis pour à peu près tout le monde... Il peut aussi voler des rondelles, comme les bons joueurs d’élite. Mais sa vitesse est incroyable, et je ne sais pas où il obtient la force pour avoir un tir aussi puissant. Il est un bon gars à regarder pour enseigner à quelqu’un comment prendre des lancers », a-t-il souligné.

Alors que les Sénateurs ont le minimum de 20 joueurs pour ce voyage dans l’Ouest, le défenseur Cody Ceci leur a donné une frousse en matinée quand il a quitté l’entraînement. Marc Crawford a cependant dit que c’était une question de « maintien » d’une blessure mineure et il a affronté les Canucks en soirée...

Le club pourrait obtenir du renfort alors que Thomas Chabot est susceptible de rejoindre le club à Edmonton. « Il a eu une bonne journée [mercredi], lui qui patine depuis lundi. C’est une bonne nouvelle », a noté Crawford au sujet du défenseur qui se remet d’un orteil fracturé il y a 10 jours à Philadelphie. C’est moins positif pour le centre Colin White (cou), qui ne l’accompagnera pas...

Craig Anderson affrontera les Flames jeudi soir, un rare départ lors du deuxième match d’une série de deux en 24 heures. « On lui a parlé et il comprend, donner le départ à Anders [Nilsson] ici était naturel, c’est son ancien club et il est sur une bonne lancée [deux gains de suite] », a-t-il expliqué.

+

Brassard jouera dans l'ECHL

Cinq ans plus tard, l’ancien espoir des Sénateurs François Brassard obtiendra une nouvelle chance de percer dans les rangs professionnels.

Sans contrat, en 2016, le gardien de buts gatinois avait choisi de passer par les rangs universitaires canadiens. Il a connu beaucoup de succès chez les Ravens de Carleton.

Il vient de compléter une troisième saison dans laquelle il a conservé une fiche de 15 victoires contre sept défaites et mérité le titre de gardien de l’année dans la section Est de l’Ontario.

Il vient de parapher un contrat avec les Mariners du Maine, club d’expansion dans la Ligue East Coast. Il s’est entraîné mercredi pour la première fois avec cette formation qui est dirigé par un autre Gatinois, Daniel Brière.