Ryan Dzingel célèbre après avoir marqué le but gagnant en prolongation contre les Jets, samedi.

Dzingel serein malgré tout

CHICAGO — Ryan Dzingel s’est amené dans son patelin dans un bon état d’esprit tard samedi soir, après avoir compté le but gagnant du match remporté 4-3 en prolongation par les Sénateurs d’Ottawa contre les Jets de Winnipeg.

L’attaquant américain était encore tout sourire après l’entraînement des siens au complexe de pratique des Blackhawks, son club d’enfance favori.

À une semaine de la date limite des transactions dans la LNH, Dzingel est serein malgré toutes les rumeurs d’échange l’impliquant, même si elles sont moins intenses que celles qui concernent Mark Stone et Matt Duchene, qui ont comme lui récolté un but et une passe contre les Jets.

Stone, pour un, n’a pas entendu une section du Bell MTS Place scander « We want Stone » peu après son but qui ouvrait le pointage, applaudi par plusieurs partisans également. « Ça, ça devait être ma mère », a-t-il blagué, une rare occasion où il a tenté une pointe d’humour pour parler de la situation dans laquelle il se retrouve. Comme Dzingel vendredi, Stone a obtenu congé d’entraînement dimanche pour soigner quelques petits malaises qui ne l’empêcheront pas de jouer lundi. À moins que...

Certains informateurs de réseaux de télévision ont laissé entendre en fin de semaine que les Sénateurs vont mener une autre offensive pour tenter de le mettre sous contrat cette semaine, tandis que la décision d’échanger le centre Duchene aurait déjà été prise.

Ce dernier aide Dzingel à composer avec toute l’attention qui est tournée vers le Big Three du club de la capitale nationale.

« On doit juste se concentrer à jouer. C’est évidemment difficile, vous êtes quand même un être humain. En fin de compte, il faut juste jouer au hockey. J’en ai parlé beaucoup à Dutchy, tu ne peux pas attendre et laisser deux ou trois semaines passer sans bien jouer pour tes coéquipiers et pour ton avenir. C’est frustrant parfois, mais tu veux juste bien jouer et ce n’est pas aussi difficile de le faire que je m’y attendais. Je ne fais que me concentrer sur le hockey », a-t-il indiqué.

Blanchi à ses deux premières visites au United Center de Chicago, Dzingel ne demanderait évidemment pas mieux que de secouer les cordages devant parents et amis lundi.

« Le nombre diminue, il y en avait 200 à mon premier match ici, 150 l’an dernier, et là, il devrait y en avoir une centaine. Mon père a beaucoup trop d’amis, a-t-il blagué. J’aimerais bien compter devant ma famille, ils attendent ce moment... Pour moi, jouer [à Chicago], j’ai des papillons dans l’estomac, c’est comme un match de séries. Peut-être que je serre mon bâton un peu trop quand mon père est dans les gradins avec ma famille et que j’essaie de compter pour eux. »

L’entraîneur-chef Guy Boucher l’a dit après le match de samedi et il l’a réitéré dimanche, ses trois joueurs autonomes potentiels qui suscitent de l’intérêt à travers la LNH se comportent en professionnels dans cette situation. « Ils sont super. Leur concentration est à point. Comme vous pouvez le voir, ils sont bons à chaque match », a-t-il noté. Il a eu une conversation avec Dzingel sur la glace, mais c’était « juste pour discuter de son rôle sur le jeu de puissance, si je le mets avec Stone et Duchene, son rôle change encore. [Rudolfs)]Balcers a compté un but en avantage numérique [samedi] et [Mikkel] Boedker revient, j’ai trop de gars pour l’attaque à cinq », a-t-il expliqué.

+

BOEDKER DE RETOUR

L’attaquant Mikkel Boedker a fait un retour un peu inattendu dans le giron des Sénateurs dimanche à Chicago, se disant rétabli de la blessure au « milieu du corps » qui lui a valu de rater les sept derniers matches des siens. « Ça a pris un peu plus de temps qu’anticipé, on dirait que ce l’est toujours, même quand tu ne manques qu’un match. J’ai recommencé à patiner il y a une semaine. C’est quelque chose que je n’avais jamais eu auparavant, mais j’avais ressenti parfois que quelque chose clochait et là, on l’a soigné pour que ça n’arrive plus », a indiqué l’attaquant danois qui a 6 buts et 22 passes à sa fiche cette saison après avoir été acquis de San Jose l’été dernier contre Mike Hoffman. Son retour a signifié le retour à Belleville de l’attaquant Darren Archibald, qui a joué seulement 4:21 minutes samedi à Winnipeg, son deuxième match depuis son acquisition de Vancouver en même temps que le gardien Anders Nilsson.