Anthony Duclair a compter 20 buts et amassé 24 passes lors de son année recrue avec les Coyotes de l’Arizona.

Duclair revient aux sources

GLENDALE — Anthony Duclair était de retour dans le désert de l’Arizona vendredi, là où il a connu la meilleure saison de sa carrière, sa première.

L’attaquant québécois qui amorce sa première saison complète avec les Sénateurs doit espérer que ce retour au Gila River Arena va lui permettre de retrouver la touche qui l’avait vu compter 20 buts et ajouter 24 passes alors qu’il était une recrue de 20 ans.

Le «Duc» avait montré le même genre d’habiletés après son acquisition de Columbus en février dernier en retour de Ryan Dzingel, y allant de 8 buts en 21 matches à Ottawa pour finir l’année avec un total cumulé de 19 filets.

Au lendemain d’un match où il a eu un essai d’une période et des poussières sur le premier trio de l’équipe avec Brady Tkachuk et Colin White, Duclair n’a toujours qu’un seul but en six parties cette saison. Il obtient des chances, mais il n’arrive pas à finir ses jeux autour des filets adverses.

«J’ai des chances. Dans le passé, quand je ne scorais pas, je n’obtenais pas de chances. Cette année, au moins j’ai des chances. C’est juste de continuer comme ça, si je m’occupe des petits détails, ça va commencer à aller de mon bord éventuellement», a-t-il confié au Droit.

Duclair a apprécié d’obtenir une chance de jouer hors l’aile sur le premier trio, mais il ne se plaignait pas non plus vendredi d’être de retour à gauche du centre gatinois Jean-Gabriel Pageau, alors que le robuste Scott Sabourin prenait place à leurs côtés.

«C’était juste une période (avec Tkachuk et White). C’était le fun de jouer avec eux, nos top guys. Mais peu importe avec qui je joue, je cherche à avoir de la chimie en partant. Ça ne marche pas tout le temps, ça ne clique pas toujours. Avec ‘Pager’, il joue bien, il était encore un de nos meilleurs joueurs (jeudi). Il est bon dans les deux sens et c’est facile de jouer avec lui, il fait de bons jeux, des jeux simples», note-t-il, ayant passé la majorité du camp d’entraînement à ses côtés.

L’entraîneur-chef D.J. Smith a indiqué vendredi après la pratique des siens qu’il a remplacé Duclair par Vladislav Namestnikov à mi-chemin du match à Vegas «parce que cette ligne n’avait pas possession de la rondelle, et je pensais que ‘Vlady’, qui est un joueur de possession, pourrait donner une étincelle à ce trio. Il manquait de la chimie en offensive (avec Duclair) même si tout le monde travaillait fort.»

Concernant Duclair, il se dit satisfait de son jeu : «Je n’ai pas aimé sa punition (en fin de troisième jeudi), mais il obtient une couple de bonnes chances par match, et il a été correct en désavantage numérique pour nous. On a besoin qu’il compte des buts pour nous, mais ça ne m’inquiète pas trop. Il s’occupe des détails en défensive et ça va venir. Je l’aime beaucoup, je vais rester sur son dos parce que je pense qu’il peut vraiment nous aider», a dit Smith.

Duclair a salué quelques anciens coéquipiers des Coyotes après leur entraînement, et il a hâte de les affronter : «Je suis encore en contact avec presque toute l’équipe, ce sont de bons gars et c’est bon de voir qu’ils ont passé proche de ‘faire’ les séries l’an passé. Ils ont beaucoup de profondeur. Pour moi ici, mon temps de glace a pris une débarque à ma deuxième année et après ça, ils m’ont envoyé dans la Ligue américaine un peu. La confiance était juste pas là quand je suis revenu après. Mais c’est dans le passé», a souligné Duclair.

+

UN PREMIER BUT QUI SOULAGE POUR CHABOT

D.J. Smith a réitéré vendredi ce qu’il avait dit la veille, à l’effet que le défenseur Thomas Chabot a joué son meilleur match de la jeune saison «et de loin». 

Il a compté son premier but sur une superbe feinte qui a sorti Paul Stastny de ses patins, et il a été dominant par la suite, jouant 28:12 minutes, incluant la majorité de la prolongation. 

«C’était le match où il a été le plus ‘compétitif’ pour moi. Il voulait la rondelle, il a dominé le match. Il n’allait pas nous laisser perdre (en temps réglementaire)», a-t-il indiqué. 

«C’est la même chose chaque année, c’est le fun quand tu comptes ton premier but. Tu y penses tout le temps, tout le monde est pareil. C’est évident que c’était une bonne sensation de l’obtenir, enlever ça de mon esprit. Là, je peux juste penser à m’améliorer et trouver des moyens d’aider l’équipe à gagner», a déclaré Chabot, qui aurait aimé que son club accorde moins de tirs (54) aux Knights dans la défaite de 3-2 en tirs de barrage.