Même pendant une partie intra-équipe, il faut finir ses mises en échec, pense Anthony Duclair. Erik Brännström l’a appris à ses dépens lors de la première journée du camp d’entraînement.

Duclair reprend là où il a laissé la saison dernière

Anthony Duclair a donné le ton au premier match intra-équipe du camp des Sénateurs vendredi quand il s’est amené en échec-avant et qu’il a solidement plaqué le jeune défenseur Erik Brännström.

En fin de match, l’attaquant québécois acquis contre Ryan Dzingel a ensuite compté un but avec un bon tir pour bien afficher ses couleurs : il a l’intention de reprendre les choses là où il les a laissées après son arrivée de Columbus, quand il a récolté 8 buts et 14 points en 21 parties pour terminer la campagne avec une récolte de 19 buts.

« Le camp sert à retrouver notre forme de match et c’est ce que je cherchais à faire (vendredi). On cherche à se préparer pour les parties hors-concours, puis la saison régulière. Peu importe qui est de l’autre côté, tu dois finir tes mises en échec et jouer comme si c’était une autre équipe », a raconté Duclair après la séance de jeu simulé au Centre Canadian Tire.

Au sein d’une équipe qui prend un virage jeunesse, Duclair pense qu’il pourrait être un jeune leader.

« J’ai 24 ans, mais je sens que je peux être un vétéran dans cette équipe-là. Je veux montrer ce que je peux faire chaque jour, a-t-il dit. C’est mon cinquième camp et je sais à quoi m’attendre. C’est un nouveau coaching staff et tu veux leur donner une bonne première impression, aussi. Tout le monde est excité de venir ici et se battre pour un poste dans l’alignement. »

Pour cette première journée, Duclair a retrouvé son centre de la fin de la dernière saison, Jean-Gabriel Pageau. Sauf qu’à la place de Brady Tkachuk sur le flanc gauche, on retrouvait l’espoir Drake Batherson, qui a ni plus ni moins un poste à perdre à ce camp. « J’ai joué avec lui (Pageau) l’an passé, je sais comment il joue et on avait une bonne chimie, lui et moi avec Tkachuk. Là, on a Batherson de l’autre bord qui est un bon patineur et fait de beaux jeux, je suis très impressionné par lui, honnêtement. Je ne sais pas si on va rester ensemble, mais si c’est le cas, on va continuer à essayer de développer une chimie avec eux », a-t-il souligné.

Parmi les autres trios de vétérans ou espoirs sérieux concoctés par le nouvel entraîneur-chef D.J. Smith pour ce premier jour, il y avait Colin White au poste de premier centre entre Tkachuk et Connor Brown, l’autre vétéran arrivant de Toronto. Logan Brown se trouvait entre Nick Paul et Max Véronneau, tandis que Chris Tierney avait Jack Rodewald et Rudolfs Balcers comme ailiers.

À la ligne bleue, Thomas Chabot était comme prévu aux côtés de Nikita Zaitsev, alors que Ron Hainsey a pris Brännström sous son aile. Dylan DeMelo et Mark Borowiecki formaient un autre duo de vétérans.

« On va y aller avec cet alignement pendant cette partie du camp et pour les deux premiers matches hors-concours. Après avoir donné quelques parties aux jeunes, on va se diriger plus vers ce qu’on va utiliser en saison régulière. Il est difficile de dire pendant un match simulé de 40 minutes si les gars ont une chimie, il faut leur donner du temps pour se souder ensemble. On a des raisons pour avoir formé ces combinaisons, mais on sait qu’au hockey, des choses arrivent et les trios changent. Mais j’ai été bien content de la façon dont les gars ont travaillé pour cette première journée », a commenté Smith.

+

LES SENS EN BREF

Visite de Méthot

L’ancien Sénateur Marc Méthot était de passage au Centre Canadian Tire vendredi à titre d’analyste invité pour l’émission de mi-journée à la radio de TSN1200. 

Rencontré par Le Droit, il a laissé entendre que la guérison de son genou opéré en janvier dernier s’éternise. « Je patine régulièrement en solitaire dans le studio de l’aréna Minto, mais mon genou enfle encore pas mal par la suite. 

Je vais voir si ça s’améliore au cours des prochaines semaines avant de prendre une décision si j’accroche mes patins ou non. Si ça va mieux dans une couple de mois et qu’un club a besoin de renfort à la ligne bleue, ça pourrait fonctionner. 

En attendant, ça ne me dérange pas trop de rater le camp d’entraînement », a-t-il confié.

Smith ne perd pas de temps

Le nouveau pilote D.J. Smith n’a pas perdu de temps à mettre son empreinte sur son premier camp d’entraînement, notamment en invitant ses joueurs à travailler dès la première journée sur les unités spéciales, du rarement vu. 

« Il n’y a pas de temps à perdre, le jeu de la LNH est rapide maintenant, il faut tout faire vite. Je voulais leur montrer que les lumières sont allumées. Ça va venir rapidement, nous aurons bientôt des matches d’exhibition. Si tu n’y touches pas rapidement, tu ne le feras pas et il faut savoir où on s’en va avec ça », a indiqué Smith.

Entre les lignes

  • Invité à dire quel joueur l’a le plus impressionné en cette première journée, Smith a répondu simplement : « (Thomas) Chabot. Il peut vraiment patiner, il te fait dire “wow” avec son coup de patin ».
  • Le gardien Craig Anderson a étrenné des nouvelles jambières et mitaines de la compagnie Bauer vendredi, lui qui était avec Brian’s depuis plusieurs années. Il a été parfait dans son demi-match simulé alors que son club l’a emporté 2-1 grâce aux buts de Mark Kastelic et Brady Tkachuk aux dépens d’Anders Nilsson, Anthony Duclair étant le seul à déjouer Filip Gustavsson à l’autre bout.
  • La journée de samedi au camp se veut le Festival des amateurs, qui auront accès au CCT pour assister aux différentes séances d’entraînement (ça commence à 9 h) ainsi qu’au match simulé, prévu pour 11 h 50.