Matt Duchene (droite) et Pierre Dorion

Duchene prédit une «décision de hockey»

PITTSBURGH — À leur retour de la pause du Match des étoiles, Mark Stone et Matt Duchene ne sont pas plus avancés qu’avant de partir en congé dans leurs négociations de contrat avec les Sénateurs d’Ottawa, qui sont assez cruciales pour l’avenir de cette formation.

Alors que le premier tient à garder les conversations entre le DG Pierre Dorion et ses agents Craig Oester et Don Meehan « privées », le second donnait l’impression lors du retour au boulot de l’équipe au PPG Paints Arena jeudi qu’il ne sait toujours pas s’il est prêt à s’engager à long terme avec le club qui l’a acquis à gros prix du Colorado il y a 15 mois.

« J’ai parlé avec mon agent (Pat Brisson) et rien n’a changé. Comme je l’ai dit tout au long du processus, ça va être une décision de hockey en bout de ligne. Je vois certaines choses à la télévision ou dans les médias et je ris parce que je n’ai aucune idée d’où ça sort. C’est assez simple présentement, on se parle, on regarde ça dans une perspective de hockey et on va partir de là », a déclaré le centre de 28 ans qui écoule la dernière année d’un contrat lui rapportant 6 millions $ cette saison.

« J’ai une décision à prendre bientôt qui va affecter une longue partie de ma vie. J’en discute avec mon épouse et mon agent. J’ai aimé le temps passé à Ottawa et je ne suis pas certain comment ça va retourner. Le temps va le dire... Je sais que si je n’ai pas une réponse pour eux (d’ici à une date butoir indéterminée), je m’attends à ce qu’ils posent un geste (l’échanger). Tu ne peux laisser partir des gars pour rien dans cette ligue. Je comprends cette situation, mais à la fin, je dois être certain de ce que je veux faire... C’est un processus difficile et c’est encore plus difficile en cours de saison. Je prends mon temps, tout le temps que j’ai en tout cas. J’ai aimé ça jouer ici, ce serait bien que ça fonctionne », a-t-il ajouté.

Reconstruction

Quand il a été acquis, notamment contre Kyle Turris, dans l’échange à trois clubs impliquant aussi Nashville, Duchene pensait qu’il se joignait à un club prêt à gagner, « des prétendants à la coupe (Stanley), un des six ou sept meilleurs de la ligue », a-t-il rappelé. Les choses ont changé rapidement avec la décision de reconstruire le club sans son joueur de concession, Erik Karlsson.

Ayant côtoyé les jeunes joueurs de l’équipe depuis le début de la saison, il devrait avoir une bonne idée du potentiel de cette équipe dans un avenir plus ou moins rapproché. Et pourtant... « J’en apprends encore sur ce qui est ici maintenant et ce qui s’en vient. C’est difficile... J’ai été dans cette situation avec des équipes qui partent de la cave. Tu as besoin d’une boule de cristal pour savoir ce qui va arriver. Ça pourrait être trop dur à prédire. Je vois les jeunes joueurs ici et ce club va être excellent à un moment donné. La question, c’est : “Quand ?” », a-t-il répondu à une question du Droit.

Stone, qui écoule le contrat d’un an pour 7,3 M$ négocié l’été dernier juste avant de passer en arbitrage, a été pas mal moins bavard sur ses états d’âme à 25 jours de la date limite des échanges, ou un autre joueur autonome potentiel, Ryan Dzingel, pourrait changer d’adresse. « On comprend que vu que nous n’avons pas connu beaucoup de succès, il pourrait y avoir des changements, c’est la nature du sport. On ne laissera pas ça être une distraction, a-t-il souligné. Pour moi, comme j’ai dit depuis le 1er janvier, ça va se passer en privé, rien n’a changé à ce niveau... J’ai utilisé la pause pour m’éloigner du hockey, on avait joué beaucoup de matches et j’avais une couple de bobos à soigner, comme la plupart des gars. »