Matt Duchene a marqué à deux reprises contre les Penguins samedi soir, et ce, devant les yeux de son ancien coéquipier, Derick Brassard.

Duchene inspiré depuis le Ubergate

Le concept de « jouer coupable » est vieux comme la LNH, et il semble particulièrement bien s’appliquer à Matt Duchene de ce temps-ci.

Depuis le fameux soir de la fin d’octobre à Glendale où il s’est retrouvé dans un Uber avec six autres coéquipiers et qu’une vidéo mise en ligne sur YouTube l’a montré en train de critiquer sérieusement le travail de l’entraîneur adjoint Martin Raymond avec l’unité de désavantage numérique, le centre des Sénateurs d’Ottawa a mauvaise conscience et ça paraît sur la glace. Duchene a récolté quatre buts et neuf passes en neuf parties subséquentes, incluant deux buts et une passe samedi soir dans un gain de 6-4 contre les Penguins de Pittsburgh où il a franchi le cap des 500 points en carrière.

Évidemment, Duchene est aussi un joueur motivé cette saison alors que le contrat qui lui rapporte 6 millions $ par saison arrivera à échéance le 1er juillet prochain. Le centre des Sénateurs pourrait devenir joueur autonome sans compensation. Des négociations préliminaires ont été amorcées par le DG Pierre Dorion avec son agent Pat Brisson.

Les Sénateurs aimeraient bien que le « Ubergate » cesse de faire les manchettes, mais l’histoire ne veut, semble-t-il, pas mourir. La Presse canadienne rapportait dimanche que le chauffeur, un dénommé James Sparklin, a déclaré qu’il s’était excusé auprès de la direction de l’équipe pour avoir mis le vidéo en ligne, et qu’il a détruit un deuxième extrait de la bande vidéo qui aurait pu être incriminant pour les joueurs.

« J’ai appelé l’équipe... parce que je voulais m’assurer qu’ils comprennent que j’ai détruit l’autre vidéo. Il ne verra jamais la lumière du jour. Je suis désolé pour ce qui est arrivé, ce n’est pas correct... J’ai perdu beaucoup avec ça — mon revenu, conduire pour Uber, ma réputation. Ça a apporté une grande honte à ma famille », a déclaré le père de six enfants qui a été congédié par la multinationale du transport alternatif aux taxis.

Duchene a déjà déclaré que depuis l’incident qui a fait tant couler d’encre, son équipe a tissé des liens encore plus serrés et il aime ce qu’il voit des jeunes joueurs de l’équipe, dont son nouvel ailier droit Drake Batherson, qui a préparé ses deux buts samedi avec des passes savantes.

« Le ciel est la limite pour lui, il a ce facteur “It” qui va en faire un joueur de niveau élite, a dit Duchene au sujet de l’ancien de la LHJMQ. La constance de toute l’équipe s’améliore. C’est évident que nous avons encore de la maturité à acquérir, ça a paru quand ils (les Penguins) ont tenté de revenir en troisième. Mais nous avons réussi à gagner assez de matches malgré ça... On s’est retrouvé un peu sous la barre des ,500 et maintenant que nous sommes au-dessus de celle-ci, il ne faut rien prendre pour acquis. Le prochain match va être énorme pour nous. Il faut revenir bien concentrés lundi après une journée de congé dimanche. »

L’autre attaquant qui est le pilier de l’attaque des Sénateurs est évidemment Mark Stone, auteur d’un doublé samedi soir. Il prend sous son aile les jeunes Brady Tkachuk (un but, son cinquième) et Colin White (une passe, ce qui lui donne 12 points en 20 matches). « Ils jouent bien, ce sont des hockeyeurs intelligents. Rien ne les dérange, peu importe contre qui on joue, ils vont jouer à leur façon », a-t-il souligné avant de présenter les condoléances de l’équipe à la famille de Mike Foley, un assistant préposé à l’équipement décédé samedi d’un cancer du côlon.

+

RETOUR HÂTIF DE BRASSARD

Le Gatinois Derick Brassard a effectué un retour au jeu hâtif samedi afin d’affronter ses anciens coéquipiers des Sénateurs pour la première fois, mais surtout pour essayer d’aider une formation qui n’avait gagné qu’un de ses huit matches précédents et devait se débrouiller sans son capitaine Sidney Crosby. Il a fait de son mieux dans la défaite de 6-4 où il a joué 15:37 minutes, finissant avec un différentiel de moins-2, mais il n’était clairement pas à son meilleur. 

« J’étais plus nerveux et concentré à voir comment j’allais me sentir après avoir manqué trois semaines. J’ai quand même travaillé fort dans le gymnase, mais il n’y a rien comme patiner dans une situation de match, l’exécution et tout ça. J’aimais comment je jouais lors de mes huit premiers matches de l’année, mais là, c’est décevant, il faut que je recommence à trouver mes jambes et le tempo de la game. Je repars de scratch, c’est frustrant un peu, mais les blessures font partie du jeu », a-t-il confié au Droit après le match. 

La veille, il était allé souper avec ses amis Chris Wideman et Mark Stone, entre autres, et il est content de voir qu’ils ont un bon début de saison. « Avec Stone, ils ont tout un leader, un des joueurs les plus sous-estimés de la ligue selon moi. C’est le fun de voir qu’ils vont bien et qu’ils ont un bon futur ici », a dit Brassard, échangé à Pittsburgh (via Vegas) en février dernier contre notamment le gardien de 20 ans Filip Gustavsson.