Alors que la plupart de ses coéquipiers n’ont pas chaussé leurs patins pendant trois jours et demi avant de sauter sur la glace pour le match de mercredi à Boston, Matt Duchene s’est fait plaisir en patinant avec des membres de sa famille le jour de Noël.

Duchene a joué dehors pendant son congé de Noël

BOSTON — Matt Duchene a été blanchi lors de la Classique 100 au parc Lansdowne, ainsi que lors des trois parties qui ont suivi ce grandiose match en plein air contre le Canadien de Montréal.

Le centre des Sénateurs espère maintenant qu’une sortie plus intime, sur le lac voisin de sa résidence estivale à Haliburton, dans les Muskokas, lui permettra de retrouver sa touche en attaque.

Alors que la plupart de ses coéquipiers n’ont pas chaussé leurs patins pendant trois jours et demi avant de sauter sur la glace pour le match de mercredi à Boston, Duchene s’est fait plaisir en patinant avec des membres de sa famille le jour de Noël, puis en disputant un mini-tournoi à trois contre trois avec de vieux amis. Il a partagé plusieurs photos et vidéos de cette partie de plaisir sur son compte Instagram.

« J’ai compté quelques buts, la guigne ne m’a pas suivi sur le lac », a-t-il blagué en arrivant à Boston mercredi midi.

C’est bien documenté depuis son acquisition dans l’échange qui l’a sorti du Colorado au début novembre, Duchene a éprouvé toutes sortes de difficultés à produire à son rythme habituel, lui qui n’avait que deux buts et trois passes en 20 parties avec Ottawa, avec un différentiel de moins-9.

Même si les choses n’ont pas tourné aussi bien pour lui que pour le centre qui est parti de la capitale pour lui faire place, Kyle Turris connaissant beaucoup de succès à Nashville, Duchene apprécie de se retrouver plus près de sa famille.

« Ça faisait 10 ans que je n’avais pas été chez moi à Noël, donc ce n’est pas une tradition (de patiner sur le lac). Mais ça va le devenir maintenant, surtout si je reste proche de la maison, a-t-il dit. C’était très amusant, c’est la première fois qu’on faisait ça depuis que ma famille a des résidences estivales sur ce lac. On y avait joué un peu l’an passé lors de la semaine de congé que nous avions obtenu, mais c’était encore mieux cette année vu que c’était à Noël. Les blondes et conjointes de mes amis nous regardaient jouer autour du feu, c’était pas mal cool. »

Duchene a rapporté qu’il faisait encore plus froid pour cette sortie amicale que lors de la Classique 100 du 16 décembre dernier à la Place TD. « Il faisait environ –17 °C hier », a-t-il relaté, content de ne pas s’être blessé en raison de craques dans la glace, ce qui aurait été un désastre de plus dans cette saison cauchemardesque.

Alors que son club entamait une séquence cruciale de quatre parties contre des clubs de l’Est pour tenter de relancer sa saison, Duchene osait espérer que s’amuser de la sorte l’aiderait à retrouver ses moyens.

« Jouer dehors te ramène à réaliser que c’est un sport avant tout, ça te détend et tu as du plaisir à pratiquer ce sport. Il y a différentes formes de hockey, celui pratiqué sur un lac n’est pas le même que celui de la LNH. Ce n’est pas pareil, mais en fin de compte, ça reste le même sport, tu dois revenir à tes racines », estimait-il.

Même si les Sénateurs n’ont qu’une fiche de 6-12-3 (avant le match à Boston) depuis qu’il est arrivé dans leur giron, Duchene pense encore qu’un miracle digne du « Hamburglar » (Andrew Hammond) lors du printemps 2015 est encore possible pour cette équipe qui a atteint la finale de l’Est en mai dernier.

« On croit qu’on peut remonter la pente, mais ça va prendre du hockey spécial de notre part, et ça doit commencer le plus tôt possible », a-t-il ajouté.

Facile de décrocher

Comme joueur local, le Gatinois Derick Brassard voit régulièrement les membres de sa famille. Comme ils connaissent bien ses états d’âme au cours de cette saison difficile de son club, il n’a pas été trop difficile pour lui de décrocher un peu du hockey pendant la pause. «Ma sœur (Janie) a deux enfants plus jeunes, on a donc profité du temps de Noël avec eux, on n’a pas jasé de hockey du tout», a-t-il confié. Mais le maniaque de hockey qu’il est n’a pu s’empêcher d’en regarder à la télévision. «C’est difficile à éviter, il y a le Championnat mondial junior et la coupe Spengler, il y en a partout. Mais c’était bien d’être en famille pour Noël, il y a eu plusieurs années où je ne pouvais pas être là», a-t-il ajouté.

Phaneuf de retour

Absent lors des deux derniers matches avant la pause parce que son épouse Elisa Cuthbert a donné naissance à leur fille Zaphire, le défenseur Dion Phaneuf était de retour avec ses coéquipiers mercredi, reprenant place aux côtés de Cody Ceci. L’entraîneur-chef Guy Boucher a laissé entendre que Phaneuf aurait voulu rejoindre le club pour le match de samedi dernier à Fort Lauderdale, «mais il valait mieux qu’il reste» au chevet de sa conjointe, a-t-il dit sans vouloir entrer dans les détails. Les Sénateurs ont rappelé Ben Harpur du club-école de Belleville pour le match de mercredi, mais il est demeuré dans les gradins en tant que septième défenseur.

Entre les lignes

Gabriel Dumont (cheville) n’a pas accompagné le club à Boston, tout comme Zack Smith (épaule), ce qui fait que Filip Chlapik et Nick Paul ont pu conserver leur place dans l’alignement. Bobby Ryan était de retour de sa dernière blessure à un doigt, lui... Les gardiens Craig Anderson et Mike Condon sont tous deux arrivés à Beantown avant le reste de l’équipe et ils ont sauté sur la glace en matinée avec l’entraîneur des gardiens Pierre Groulx... Tard mardi soir, les Sénateurs ont annoncé la mise sous contrat de l’attaquant Aaron Luchuk, un joueur de 20 ans des Colts de Barrie (qui ont fait son acquisition récemment des Spitfires de Windsor). Jamais repêché, le hockeyeur originaire de Kingston a totalisé 31 buts et 56 points en 33 parties cette saison, ce qui lui vaut le deuxième rang des compteurs de la LHOntario jusqu’à maintenant.