La dernière victoire des Sénateurs à Washington remonte au 21 janvier 2014. Craig Anderson avait alors blanchi les Capitals 2-0.

Du renfort contre les Capitals

Craig Anderson est l’unique survivant de la dernière victoire des Sénateurs à Washington... il y a déjà six ans.

Anthony Duclair jouait alors dans la LHJMQ sous les ordres de Patrick Roy à Québec. Thomas Chabot disputait sa saison recrue à Saint-Jean chez les Sea Dogs tandis que Dylan DeMelo faisait la découverte de la Ligue américaine à Worcester, au Massachusetts.

Anderson avait blanchi les Capitals dans un gain de 2-0, le 21 janvier 2014. Est-ce que l’histoire se répétera lorsque ses jeunes coéquipiers et lui seront de passage mardi soir au Capital One Arena?

Aucun gardien des Sénateurs n’a réussi un jeu blanc depuis le début de la saison 2019-2020.

La bonne nouvelle à la veille de ce rendez-vous avec les Capitals qui trônent au premier rang du classement général de la LNH? Ottawa devrait obtenir du renfort.

DeMelo reviendra au jeu aux côtés de Chabot au sein de la première paire de défenseurs après avoir raté 10 parties en raison d’une fracture à un doigt. Il portera un gant doté de protection supplémentaire.

Puis Duclair, le meilleur pointeur de l’équipe, a participé à l’entraînement lundi matin au centre Canadian Tire. On l’a vu à la droite de Brady Tkachuk et Jean-Gabriel Pageau.

« C’est un pas dans la bonne direction », a dit Duclair, blessé à un pied après avoir bloqué un tir, jeudi, dans le revers contre les Panthers de la Floride.

La bonne nouvelle? Il n’y a pas de fracture.

« Je ressens encore un peu de douleur. Je dois simplement m’assurer que je suis en mesure de batailler de la même façon si je joue », a indiqué Duclair.

L’attaquant québécois a raté un premier match depuis son arrivée chez les Sénateurs samedi, se contentant d’un rôle de spectateur lors de la visite du Lightning de Tampa Bay. Il a aussi fait l’impasse sur le concours d’habiletés de l’équipe, le lendemain.

Déclarer forfait pour ce rendez-vous favori des amateurs lui a fait un pincement au cœur. Surtout que les Sénateurs avaient bâti une partie de leur campagne publicitaire autour de lui.

On invitait les gens à voir de près la vitesse de Duclair.

« Ça faisait un bout de temps que j’avais hâte à ça. C’est un événement plaisant pour les spectateurs, mais aussi les joueurs qui aiment se mesurer à leurs coéquipiers. Ce fut un mauvais timing pour moi. »

Ce qui sera intéressant aussi? Comment les Sénateurs réagiront face aux puissants Caps.

« C’est l’équipe qui possède la meilleure fiche. C’est aussi probablement la plus imposante équipe de la ligue. Elle a gagné la coupe Stanley il y a deux ans. Elle est encore affamée, a rappelé l’entraîneur-chef D.J. Smith.

«C’est intéressant pour nous qui sommes au début de notre plan de relance. Nous affrontons une équipe qui se retrouve au milieu, sinon qui arrive vers la fin de leur parcours fructueux. C’est un bon test.»

Si DeMelo renoue avec l’action et fort possiblement Duclair, l’équipe devra quand même se débrouiller sans deux autres défenseurs réguliers.

Smith a qualifié de «très peu probable» la présence de Ron Hainsey dans l’alignement contre les Capitals. Il a aussi confirmé que Nikita Zaitsev ne jouera pas à Washington.

+

«Ovi» loin d’être un joueur fini

Qui dit un match contre les Capitals, dit une autre occasion de voir en action un des meilleurs marqueurs de l’histoire de la LNH. Sans faire trop de bruit, Alex Ovechkin pourrait s’offrir une neuvième saison de 50 buts ou plus en carrière.

Tout ça à l’âge de 34 ans.

L’ailier russe a envoyé 24 rondelles dans les filets adverses en 43 parties depuis le mois d’octobre. De quoi épater les jeunes attaquants des Sénateurs. À commencer par leur meilleur marqueur.

« Il est incroyable. C’est une machine sur la glace », a avoué Anthony Duclair, qui a inscrit 21 buts, trois de moins qu’Ovechkin. Ça ne le surprend pas de le voir encore déjouer les gardiens à un rythme de la sorte.

« Ça va être encore comme ça pour quelques années », a prédit Duclair. Ce dernier a déjà franchi lui aussi le cap des 50 buts, mais dans les rangs juniors.

« Nous sommes deux joueurs totalement différents, a averti l’attaquant des Sénateurs en parlant de lui et ‘Ovi’. J’essaie quand même de surveiller les meilleurs joueurs de la ligue tout en me concentrant tout de même sur mon jeu. Il [Ovechkin] semble être toujours à la bonne place au bon moment sur la glace, surtout en avantage numérique. Il possède un des meilleurs tirs de tous les temps. »