Jean-Gabriel Pageau s’est bâti une solide réputation de joueur de hockey de printemps.

Du hockey de printemps pour Pageau?

Avec son tour du chapeau contre le Canadien de Montréal en 2013 et ses quatre buts dans un match contre les Rangers de New York l’an dernier, Jean-Gabriel Pageau s’est bâti une solide réputation de joueur de hockey de printemps.

Avec l’élimination de ses Sénateurs dans huit jours, est-ce que le centre gatinois serait intéressé à prolonger sa saison en mai en représentant son pays au Championnat mondial de hockey, qui aura lieu au Danemark ?

Au lendemain de son doublé de jeudi contre les Panthers, complété avec un tir de punition à 16 secondes de la fin, Pageau ne voulait pas vraiment considérer cette question. «Je n’y pense vraiment pas présentement. J’essaie juste de me concentrer sur notre équipe, sur notre fin de saison, on veut finir sur une bonne note. Ce qui arrivera après la saison, on verra. C’est certain que pour moi, mentalement, je veux finir la saison en force», a-t-il confié au Droit.

Depuis l’échange de Derick Brassard qui lui a permis de gagner du galon, pivotant un deuxième trio tout en jouant en avantage numérique, c’est exactement ce que Pageau fait, lui qui a six buts et trois passes en 15 matches depuis le début du mois de mars.

Des gros noms ont déjà confirmé leur intention d’aller à Copenhague en mai, comme Connor McDavid et Ryan Nugent-Hopkins, des Oilers, mais les codirecteurs généraux d’Équipe Canada Sean Burke et Martin Brodeur pourraient voir d’autres joueurs se faire tirer l’oreille pour représenter leur pays, comme cela arrive chaque année. Mark Stone, des Sénateurs, pourrait fort bien décliner pour des raisons contractuelles et de santé, et Matt Duchene n’a pas l’air trop enthousiaste à l’idée d’aller à ce tournoi mondial à nouveau.

Il y a aussi le fait que la formation nationale n’invite pas nécessairement tous les meilleurs joueurs disponibles, elle a aussi besoin de joueurs pour remplir des rôles spécifiques, et Pageau est reconnu pour son travail en désavantage numérique ainsi que pour affronter les meilleurs attaquants adverses.

Pageau n’a jamais fait partie du programme d’excellence de Hockey Canada lorsqu’il était d’âge midget et junior, et il avoue qu’il aimerait bien endosser le chandail unifolié si on lui en offrait la chance. «C’est sur que c’est quelque chose qui serait excitant, ça ne m’est jamais arrivé dans toute ma carrière depuis que je suis jeune de représenter Équipe Canada. Je ne sais pas si je suis dans leur mire, il y a tellement de bons joueurs disponibles pour aller à ce championnat. Je vais continuer à faire ma “job” ici et on verra ensuite. C’est hors de mon contrôle, mais c’est certain que je prendrais une grande fierté à représenter le Canada», a-t-il dit.

Pageau est revenu vendredi sur son but en tir de punition lors de la prolongation de la veille, où il a déjoué le gardien James Reimer entre les jambières, comme il l’avait fait le 9 mars dernier dans un revers de 2-1 contre les Flames de Calgary.

Il est devenu le premier joueur de l’histoire des Sénateurs à compter sur deux tirs de punition dans une même saison, s’approchant du même coup à un but du record de trois en carrière détenu par Daniel Alfredsson (en six tentatives).

«Je ne veux quand même pas être considéré pour les tirs de barrage, a-t-il blagué. J’étais pas mal nerveux alors que j’avais plusieurs amis qui étaient au match, je savais qu’ils me regardaient tous. J’ai juste fait ce qui fonctionne pour moi, me présenter et prendre un tir, ça a marché. Ça a frappé son bâton et la rondelle a continué au fond du filet. En arrivant au banc, (Alexandre) Burrows m’a dit que j’ai été chanceux et il a raison.»

LES SÉNATEURS EN BREF

Chabot s’éclate

Le défenseur recrue Thomas Chabot a joué un autre fort match jeudi soir, passant plus de 23 minutes sur la glace et terminant avec un différentiel de plus-1 tout en obtenant quatre tirs au but, dont un quand il a effectué une montée à l’emporte-pièce en prolongation, sauf que James Reimer l’a frustré de la jambière.

« Son jeu s’améliore à un rythme très rapide, ce dont on a besoin alors que l’an prochain, nous aurons des jeunes dans l’alignement. C’est excitant, je les prendrais tous présentement », a dit Guy Boucher vendredi, louant également le jeune Christian Wolanin qui a bien fait à ses six premiers matches.

« C’est toujours le “fun” de jouer en prolongation, il y a beaucoup de place et on essaie de garder la rondelle le plus longtemps possible.... Ça va bien aussi en jouant avec Erik Karlsson, je pense qu’on s’est bien débrouillé contre la ligne de (Jonathan) Huberdeau pendant tout le match. Il me parle beaucoup quand on est sur le banc, malgré tout ce qu’il vit présentement », a-t-il confié.

Entre les lignes

L’attaquant Mark Stone a pratiqué avec ses coéquipiers pour un deuxième jour de suite, mais Boucher a dit qu’il ne modifiera pas son alignement par rapport au match de jeudi lors de l’affrontement contre les Red Wings, donc celui-ci devra probablement attendre à lundi pour effectuer son retour au jeu.

Ben Harpur sera à nouveau laissé de côté tandis que Mike Condon sera devant le filet.

L’espoir Alex Formenton a vu sa saison prendre fin jeudi alors que ses Knights de London ont été balayés par Owen Sound en première ronde des séries. Il pourrait venir finir la saison à Ottawa ou aller à Belleville sur un essai amateur.