Clarke MacArthur avait subi une commotion cérébrale lors du camp d'entraînement.

Du contact pour MacArthur

Bonne nouvelle au début du séjour californien des Sénateurs, Clarke MacArthur a obtenu le feu vert de ses médecins pour participer avec des exercices avec contact.
L'attaquant de 31 ans espère revenir de sa quatrième commotion cérébrale en 18 mois d'ici quelques semaines et c'est la prochaine étape dans sa réhabilitation alors qu'il avait été sonné dès le troisième jour du camp d'entraînement en septembre lorsque frappé par le défenseur des mineures Patrick Sieloff.
«Chaque jour, il va de mieux en mieux. Je pensais me réveiller ce matin et qu'on me dirait qu'il est prêt, mais non, on n'en est pas rendu là. Il a l'air très bien depuis un bout de temps sur la glace, ça se voit dans son langage corporel. Il peut maintenant faire tous les exercices difficiles et pousser son corps au maximum, il peut même donner des mises en échec», a dit Boucher en mêlée de presse mercredi matin, quelques heures avant d'affronter les Sharks de San Jose.
«Maintenant, c'est une question de temps avant d'avoir le OK. Il faut attendre que le moment soit bien choisi au point de vue médical ainsi que dans sa tête à lui. Quand ça va l'être, ça va être une journée très joyeuse parce qu'il est un gros morceau de notre club. Il fait partie de nos unités d'avantage et de désavantage numérique en plus d'être un leader», a-t-il ajouté. Le Droit
Vincent Dunn
Dunn ronge son frein à Wichita
Vincent Dunn n'est pas où il souhaiterait être, au beau milieu du Kansas plutôt qu'à Binghamton, dans l'état de New York, où il se sentirait plus près d'Ottawa.
Le Gatinois de l'organisation des Sénateurs tente cependant de faire contre mauvaise fortune, bon coeur alors qu'il connaît un difficile début de saison avec le Thunder de Whichita, dans la ligue East Coast
«Ça ne va pas si pire que ça, a-t-il confié au Droit en retournant un appel mercredi. C'est certain que j'aurais préféré rester à Binghamton, mais je ne jouais pas beaucoup là-bas quand j'étais en uniforme, alors qu'ici, au moins je joue régulièrement.»
Le fougueux attaquant de 21 ans avait disputé huit parties avec les petits Senators avant d'être rétrogradé il y a environ un mois, récoltant deux passes et neuf minutes de punition avec eux.
Avec Wichita, il a un but et une passe à sa fiche en neuf parties, avec seulement 11 minutes passées au cachot.
Une blessure à l'aine et une autre au pouce subies pendant le camp d'entraînement des Sénateurs ont fait qu'il a eu de la difficulté à lancer sa saison, mais il n'utilise pas ça comme excuse.
«Je suis bien rétabli de tout ça, ce n'est pas une excuse pour mal jouer. En fait, je trouve que je joue assez bien de ce temps-ci, j'obtiens des chances de compter en masse à tous les matches. C'est juste que ça ne rentre pas. J'ai justement parlé à Randy Lee (l'adjoint au d.g. des Sénateurs) hier et il me dit de ne pas me décourager, de rester patient», souligne-t-il.
Comme chez les juniors, à Val-d'Or, Gatineau et Rimouski, Dunn a passé beaucoup de temps au banc des punitions la saison dernière alors qu'il a passé la majorité de sa première saison professionnelle à Evansville, en Illinois, aussi dans la ligue East Coast. Il a souvent lâché les gants pour totaliser 154 minutes de punition. Mais cette saison, il ne s'est battu qu'à deux occasions.
«Ma blessure au pouce n'a pas aidé à ce niveau, mais je tente aussi de me concentrer plus sur mon hockey cette année. Si on m'a envoyé ici, c'est pour jouer, pas pour toujours me battre. Ils (les Sénateurs) savent que je peux faire ça», mentionne-t-il.
S'il y a un point positif, c'est que le Thunder a une bien meilleure fiche (9-7-0-1) que les Senators, qui croupissent dans les bas-fonds de la Ligue américaine. Et l'organisation est meilleure que celle d'Evansville aussi.
«Gagner, ça rend toujours les choses plus le ''fun''. Le "coach" est correct et nous sommes plusieurs Québécois aussi, dit Dunn. Le point négatif, c'est qu'on a de longs voyages en autobus ici, des fois jusqu'à 15 heures.»
Parmi ses coéquipiers, on compte l'ancien des Olympiques Louick Marcotte en plus d'Alexis Vanier, Vincent Arseneau Et Gabriel Gagné, avant son récent rappel à Binghamton. L'ancien de l'Océanic Alexis Loiseau était le meilleur compteur de l'équipe, aussi, avant d'obtenir un essai professionnel mercredi avec les Senators.