Pierre Dorion trouve qu'il y a peu de vendeurs et beaucoup d'acheteurs sur le marché.

Dorion cherche du renfort en attaque

RALEIGH - À une semaine de sa première date limite pour les transactions dans la LNH, Pierre Dorion est fébrile à l'idée de tenter d'améliorer son équipe, mais il n'a pas l'intention de se lancer dans des dépenses folles.
Le fait d'avoir dû placer son joueur le mieux rémunéré, Bobby Ryan, sur la liste des blessés pour le prochain mois ne lui donne pas plus de latitude au plan financier pour ajouter de la profondeur à un club qui lutte pour le premier rang dans la division Atlantique.
« M. (Eugene) Melnyk m'a dit dès le premier jour de faire tout en mon pouvoir pour amener ce club en séries, a-t-il déclaré lors d'un point de presse tenu à l'hôtel du club à Raleigh, au lendemain d'un gain de 2-1 au New Jersey. Ça (l'aspect financier) n'est pas un problème. »
Épidémie de blessures
Les blessures à Ryan, Mark Stone et Mike Hoffman, même si celles des deux dernières sont assez mineures, l'obligent à regarder le marché pour du renfort en attaque.
« Ce n'est pas un secret que nous sommes bien établis devant le filet et à la défense, a-t-il souligné. Mais avec l'épidémie de blessures en avant, nous devons probablement regarder de ce côté si on fait quelque chose. Même si je suis content avec ce qu'on a vu (mardi) au niveau de notre profondeur, on ne sait jamais quand on pourrait perdre d'autres joueurs. Essayer des gars en l'absence de Bobby n'est peut-être pas la pire chose, mais à ce temps-ci de l'année, quand tu as besoin des points de classement chaque soir, essayer des joueurs peut aussi être la pire chose à faire. »
Comme plusieurs clubs pensent être toujours dans la course aux séries, surtout dans l'Est, Dorion estime que le marché en est un où il y a peu de vendeurs et beaucoup d'acheteurs, ce qui fait que les prix pour les joueurs qui pourraient être disponibles sont élevés à l'heure actuelle. Ça pourrait changer d'ici au 1er mars, évidemment.
« Le marché est en train de s'établir, que ce soit pour les joueurs de location ou les échanges de hockey. Il y a une bonne chance qu'on va continuer après le 1er mars avec le club qu'on a présentement. Pour faire un échange, tu dois donner quelque chose. Comme DG de première année, c'est tentant de donner un excellent joueur d'avenir. Mais je dois à l'organisation de penser à quel point ces joueurs vont être bons d'ici un an, deux ans, trois ans. On ne peut pas faire ça. C'est pourquoi on pourrait garder ce qu'on a », a-t-il ajouté à ce sujet.
Les espoirs les plus convoités des Sénateurs sont évidemment le défenseur Thomas Chabot et le centre Colin White, les deux choix de première ronde de 2015. Dorion a déjà dit qu'il aimerait mettre White sous contrat à la fin de sa saison à Boston College, mais il a tempéré un peu ses propos mercredi.
« Je vais laisser Randy (Lee, son adjoint) négocier ça avec Kent Hugues (agent de White), il s'occupe des contrats d'entrée. Nous espérons qu'il pourra faire partie de cette organisation. J'ai une haute opinion de Colin White, il va être un très bon joueur dans la LNH. Mais sauter dans un club qui est dans une course aux séries à 20 ans n'est pas facile, il faudrait réduire un peu les attentes envers lui. Personne n'aime parler d'espoirs autant que moi, mais la LNH est une ligue très difficile, il faut avoir la maturité physique et mentale pour faire la même chose qu'à un niveau inférieur. Il faut être prudent, on va voir au jour le jour ce qui va se passer », a-t-il dit à son sujet.
Pierre Dorion a aussi mentionné que toutes les décisions prises dans les prochains jours et les prochains mois sont affectées par le repêchage d'expansion pour les Golden Knights de Las Vegas, qui aura lieu en juin prochain.
Lazar marque des points auprès du DG
Pierre Dirion estime que Lazar a joué « probablement son meilleur match de l'année » dans le gain de 2-1 contre les Devils, mardi.
Il n'a pas obtenu de tir au but pour un quatrième match de suite mardi à Newark, mais Curtis Lazar a quand même impressionné son grand patron, Pierre Dorion.
Le DG des Sénateurs estimait qu'il avait joué « probablement son meilleur match de l'année » dans le gain de 2-1 contre les Devils où il a joué près de 13 minutes, le troisième meilleur temps de glace qui lui a été offert cette saison par Guy Boucher. « Son trio avec Chris Kelly et Tommy Wingels nous a donné beaucoup de grosses minutes de jeu », a noté Dorion.
L'attaquant de 22 ans obtient une chance de se faire valoir en l'absence des grands blessés de l'équipe, chance qui se présente à peine quelques jours après une rencontre entre Dorion et son agent J.P. Barry à Toronto samedi. La rumeur voulait que ce dernier exige une transaction pour son client qui n'a qu'une passe à sa fiche en 32 matches cette saison, mais il n'est clair si une telle demande a été déposée. « Cette rencontre avait plus à voir avec son rôle dans l'équipe. Pour Curtis, dès le premier jour à Ottawa, on a dit que c'est l'entraîneur qui décide qui joue et c'est au joueur de mériter ses minutes de jeu. Curtis, avec sa mono (au camp d'entraînement) puis en allant à Bingo (Binghamton), il n'a pas trouvé sa niche avec l'équipe. Maintenant, il obtient une opportunité de jouer plus et ça va être à lui de la saisir. Définitivement, le match d'hier était un pas dans la bonne direction », souligne Dorion.
Celui-ci dit avoir eu quelques appels de directeurs généraux qui se sont enquéris de la disponibilité du choix de première ronde en 2013. « Il est facile de faire affaire avec certains collègues, d'autres sont plus difficiles et ils cherchent à te flouer. Curtis va être un bon joueur dans la LNH et on doit être prudent si on va dans cette direction. Notre premier choix avec Curtis est de le garder avec cette équipe, après tout le développement que nous avons fait avec lui. On espère qu'il fera partie d'un club participant aux séries cette année et qu'il pourra en faire encore plus lors des prochaines années », a ajouté Dorion.