Le DG des Sénateurs a tenu une rencontre d’équipe, la fin de semaine dernière. Ça n’a pas eu l’effet escompté. Son équipe s’est encore effondrée, samedi contre les Maple Leafs.

Dorion a rencontré ses joueurs

Le DG des Sénateurs Pierre Dorion a dérogé à une des règles de son précédesseur Bryan Murray.

Ce dernier croyait que les directeurs généraux ne devraient rencontrer les joueurs de l’équipe en groupe qu’au début et à la fin de la saison, mais avec son club croupissant dans la cave du classement dans la LNH au début de la deuxième moitié de la saison, l’homme de hockey d’Orléans a convoqué ses ouailles à une rencontre vendredi dernier.

« C’est vrai qu’il s’est adressé à l’équipe. Quand vous êtes au bas du classement comme ça et qu’on joue de la façon qu’on l’a fait, comment les clubs adverses nous ont dominés, il faut s’attendre à ce que des choses comme ça arrivent. Ce n’est pas une surprise pour nous », a commenté le meilleur compteur du club, Mark Stone, lorsqu’interrogé au sujet de cette nouvelle divulguée à l’origine par Sportsnet après le revers de 4-3 contre les Maple Leafs samedi soir.

« C’est arrivé (des rencontres avec le DG), par le passé, chaque fois que l’équipe ne répond pas aux attentes et se retrouve dans la position où nous sommes, des choses vont arriver. Il s’est assis avec nous et il a expliqué que ce n’était pas assez bon, ce qu’on sait tous. Il n’y a rien d’étrange avec ça », a pour sa part indiqué le capitaine Erik Karlsson.

Stone a évité une question concernant la réponse des joueurs lors de cette réunion qui aurait été houleuse, toujours selon Sportsnet.

« Les gars dans ce club croient toujours en notre groupe, ils pensent toujours que nous avons une équipe capable de gagner des matches de hockey. C’est difficile quand on ne le fait pas. On va continuer de venir à l’aréna pour tenter de trouver une solution, “compétitionner” jusqu’à la fin. On va essayer de gagner le plus de matches possible. Présentement, ça ne fonctionne pas pour nous, on trouve le moyen de perdre des matches », a-t-il noté après avoir vu son club échapper une avance de 3-1 après deux périodes.

L’entraîneur-chef Guy Boucher ne voulait pas discuter de la teneur de cette réunion entre son patron et ses protégés après coup. « Ce qui se passe à l’intérieur des bureaux du club, ça va rester à l’interne », a-t-il déclaré succinctement.

Boucher était content après le match d’avoir enfin vu son club se tirer mieux d’affaire en deuxième période, engagement où l’adversaire à compté 26 buts de plus que les siens, avec les buts consécutifs de Karlsson, Mike Hoffman et Tom Pyatt, en avantage numérique, à cinq contre cinq et en désavantage numérique, respectivement. « Je dirais qu’on a joué notre deuxième période en première, on n’avait pas la mentalité de prendre des tirs (quatre seulement). On a eu une excellente deuxième période, les gars se sont bien battus les uns pour les autres, Dzingel est allé défendre son coéquipier (Smith) et on a compté en désavantage numérique à cause de ça », a-t-il analysé.

Mais en troisième, Auston Matthews a réduit l’écart à un but. Puis Mitch Marner a créé l’égalité en contournant facilement Johnny Oduya, alors que Zack Smith était au cachot. Finalement le gardien Craig Anderson a accordé le but gagnant de Connor Carrick sur un tir du poignet de loin où il ne semblait pas voilé. Les Sénateurs n’ont ensuite pas vraiment menacé le gardien des visiteurs Frederik Andersen.

LES SENS EN BREF

Stone « OK »

Les Sénateurs ont été amochés lors du match de samedi contre les Maple Leafs, en particulier leur meilleur compteur Mark Stone, qui est tombé lourdement dans la bande après une collision avec Bruce Gardiner au début de la deuxième période.

« Je suis OK », a dit Stone après avoir récolté deux passes pendant le reste du match « en jouant sur une seule jambe, on va être honnête », a souligné l’entraîneur-chef Guy Boucher.

Celui-ci était du voyage vers le Minnesota dimanche, tout comme Alexandre Burrows, qui est rentré au vestiaire au premier vingt après avoir bloqué un tir avec son bras.

« Il y a plusieurs joueurs qui se sont battus pour rester dans le match jusqu’à la fin », a souligné Boucher.

Entre les lignes

En date de dimanche, les Sénateurs n’avaient pas prévu de rencontre avec leur partisan numéro un au Minnesota, « l’enfant papillon » Jonathan Pitre, qui poursuit son combat contre sa maladie, l’épidermolyse bulleuse, après une greffe de la moelle épinière de sa mère l’an dernier dans un hôpital de Minneapolis.

Lors de leur passage à St. Paul l’an dernier, Kyle Turris avait amené toute l’équipe au complexe où le jeune Pitre, 17 ans, habite avec sa mère Tina Boileau, et il avait aussi été l’invité d’honneur au match contre le Wild, lançant le traditionnel « Let’s play hockey » avec le consul du Canada au Minnesota.

Son état de santé s’améliore depuis quelques semaines, au point où il pourrait rentrer à la maison, à Russell dans l’Est ontarien, en février... Guy Boucher a refusé de commenter la mauvaise punition écopée par Zack Smith en début de troisième période, juste après le but d’Auston Matthews.