Nic Ruszkowski et Pierre Dorion

Dorion a «extrêmement confiance» en boucher

Après Guy Boucher, c’était au tour du directeur général Pierre Dorion d’accorder une entrevue au Droit à la veille du début de la saison régulière des Sénateurs. Il parle de ses attentes à l’endroit des jeunes joueurs de l’équipe, ainsi que de Boucher lui-même, qui amorce la dernière année de son contrat.

LD : Quelles sont vos impressions du camp d’entraînement après une première journée marquée par l’échange d’Erik Karlsson ?

PD : La première journée a été chargée de beaucoup d’émotions, avec l’échange d’Erik et la blessure de Jean-Gabriel Pageau. Depuis, nous sommes très contents de la direction de l’équipe, l’éthique de travail, la structure... Tout le déroulement du camp a été très, très bien.

LD : À la fin de la saison dernière, vous avez évalué le travail de tout le personnel d’entraîneurs avant de ramener Guy Boucher pour sa troisième année de contrat. Depuis, il y a eu un changement de cap, un virage jeunesse. Est-ce qu’il est l’entraîneur capable d’amorcer la reconstruction annoncée de l’équipe ?

PD : Guy est on board avec la direction que prend l’équipe. Lors de ses années junior (à Drummondville), il avait dirigé un plus gros revirement de situation que ça. Il comprend notre situation. Il sait que pour notre organisation, à moyen et long terme, c’est la meilleure chose à faire. Il veut travailler avec les jeunes et avec l’implantation d’un nouveau système. Guy est vraiment avec nous pour faire ce changement de direction... La relation entre le groupe d’entraîneurs et la direction, ainsi qu’entre Guy et moi, n’a jamais été aussi bonne. Guy sait ce qu’il doit faire pour avoir du succès, il doit y avoir une progression des jeunes et de l’équipe. Il doit y avoir des changements, et c’est lui qui en a suggéré plusieurs au niveau du style de jeu. On va le laisser faire son travail d’entraîneur, mais on a énormément confiance en lui.

LD : Dans un tel contexte, les attentes venant de l’extérieur ne sont pas très élevées. Qu’est-ce qu’il en est de l’intérieur ?

PD : Nous, de l’intérieur, on veut voir une progression. C’est un terme un peu vaste, mais il faut voir une progression de nos jeunes et de nos vétérans. En même temps, on veut voir une progression offensive et défensive, un beau jeu d’unité de l’équipe. Ce sont toutes des choses qu’on va regarder cette année.

LD : Après les départs d’Erik Karlsson et Mike Hoffman, est-ce que le vestiaire brisé, comme vous l’aviez dit, est réparé maintenant ?

PD : Ça, je pense que c’est plus aux joueurs de répondre. Avec l’unité qu’on a vue de la part des joueurs pendant le camp d’entraînement, c’est vraiment rassurant. Les joueurs ont la responsabilité de gérer eux-mêmes le vestiaire. D’après ce que les joueurs me disent, on est sur la bonne voie de ce côté-là.

LD : Quelle est l’approche au début de cette saison avec les principaux joueurs qui pourraient être joueurs autonomes le 1er juillet prochain, les Mark Stone, Matt Duchene et Ryan Dzingel ?

PD : Dès le début, on a été honnêtes avec eux, on leur a laissé savoir quel était le plan, surtout les plus gros noms de l’équipe. On ne parlera pas des discussions spécifiques avec chacun d’entre eux, mais on espère qu’ils vont vouloir faire partie d’un plan pour le futur et on va laisser les discussions aller où elles ont besoin d’aller.

LD : Il va y avoir cinq joueurs de 21 ans ou moins dans l’alignement lors du match inaugural de jeudi soir contre Chicago. Est-ce que c’est possible de gagner dans la LNH avec un club aussi jeune ?

PD : Si on regarde dans les dernières années, la LNH a vraiment pris un virage sur le côté jeunesse. Nous, oui, on pense qu’on peut gagner. Est-ce qu’on va gagner la coupe Stanley ? Ça va peut-être être un peu plus difficile. Mais si on peut voir une progression dans les jeunes, qu’ils se développent comme des joueurs de la LNH, et que l’équipe continue dans cette direction-là, on va être bien content de la situation.

LD : Vous allez avoir deux joueurs de 19 ans dans ce groupe, soit Brady Tkachuk et Alex Formenton. Quel est le plan avec eux, sont-ils là pour rester ?

PD : On va y aller match par match avec eux. On va voir comment la saison commence. On ne veut pas avoir de trop grandes attentes, même si ce sont des espoirs qui ont une haute valeur, selon nous. On va voir ce qui va arriver dans leur cas.