Les Sénateurs ont subi une quatrième défaite consécutive face aux Capitals de Washington.

Dindons de la farce

WASHINGTON — Comme les nombreuses dindes qui seront dégustées lors de l’Action de grâce américaine, les Sénateurs d’Ottawa sont passés à l’abattoir mercredi soir, alors que les Capitals de Washington leur ont infligé un cuisant revers de 5-2 devant leurs partisans au Capital One Arena.

La descente aux enfers se poursuit donc pour la troupe de Guy Boucher, qui encaissait un quatrième revers de suite, un deuxième lors de ce voyage qui se poursuivra vendredi à Columbus, avec pour seul renfort en vue l’arrivée d’un joueur de soutien en Gabriel Bourque, acquis de Tampa Bay par le biais du ballottage plus tôt dans la journée.

Son arrivée ne changera probablement rien pour le centre Matt Duchene, qui n’a toujours pas de point avec sa nouvelle équipe, six matches après son acquisition. Son ailier attitré Bobby Ryan n’a toujours pas compté cette saison, et il n’a aucun point en quatre parties depuis qu’il est revenu après avoir soigné un doigt cassé.

Un but d’Alex Ovechkin sur une échappée à cinq secondes de la fin du premier tiers a particulièrement fait mal aux visiteurs. Sur le jeu, Cody Ceci s’est fait battre de vitesse par le capitaine des Capitals, qui comptait son cinquième but en deux matches contre Ottawa cette saison et mettait fin à une disette de six parties sans but.

« Nous avions bien commencé le match, puis nous avons été impatients, on voulait aller chercher un but égalisateur. Trois attaquants se sont fait prendre profondément et un défenseur a pinché avec Ovechkin sur la glace, ça nous a tués. On s’est saboté nous-mêmes », analysait l’entraîneur-chef Guy Boucher après coup.

Jakub Vrana avait ouvert le pointage avec moins de cinq minutes à faire en première en saisissant un retour, et il a complété son doublé à mi-chemin en période médiane quand son tir d’un mauvais angle a fait mal paraître le gardien Craig Anderson, que Boucher n’a pas retiré « parce que tout le monde devait se battre dans cette situation ». 

Evgeny Kuznetsov a été l’autre Capital à marquer, en avantage numérique alors que Dion Phaneuf agissait comme écran devant Anderson. Alexandre Burrows n’était pas d’accord avec la décision de l’officiel de lui imposer une punition pour avoir fait trébucher le gardien des Capitals Braden Holtby, et la reprise semblait lui donner raison. Plus tard, les officiels ont manqué un bâton élevé flagrant de Brett Connolly qui a ensanglanté Derick Brassard.

« C’était frustrant sur le coup, mais les arbitres sont les meilleurs au monde et ils ne savaient pas ce qui s’était passé. Ils se sont repris ensuite, ils nous ont donné une couple d’avantages numériques. La punition à Burrows a aussi coupé le momentum qu’on bâtissait en deuxième. Ce n’était pas vraiment une punition, mais il va toujours y avoir des décisions comme ça qui vont aller pour ou contre toi », a dit le centre gatinois.

L’attaque à cinq des Sénateurs a encore connu des ratés, étant blanchie en trois chances, incluant 76 secondes à cinq contre trois en fin de deuxième tiers. Elle est donc 0 en 14 lors de cette série de quatre revers de suite. 

Le but de Ryan Dzingel qui leur a redonné un peu d’espoir a cependant été marqué une dizaine de secondes après la fin d’une punition à Washington, cependant. Le défenseur Thomas Chabot, à son premier match depuis son dernier rappel, a amorcé le jeu poursuivi par Alexandre Burrows pour récolter sa troisième passe de la campagne, en quatre parties.

Mike Hoffman a compté avec un peu moins de huit minutes à faire, sur des passes de Mark Stone et Brassard, mais c’était trop peu, trop tard.

« On a donné deux mauvaises chances à la fin de la première période. Puis après le but que notre deuxième unité a compté (en fin d’avantage numérique), la nôtre n’a pas fait le travail à cinq contre trois », a commenté Stone.

L’ancien Sénateur Alex Chiasson a complété le pointage dans un filet désert avec 91 secondes à faire.

CHABOT EN DUO AVEC KARLSSON

Le fait de jouer du hockey de rattrapage a forcé les Sénateurs à former une paire qui devrait un jour faire des flammèches à la ligne bleue, Erik Karlsson ayant fait plusieurs présences avec Thomas Chabot, de retour après son dernier rappel.

Ce dernier a bien fait en récoltant une passe sur le but de Ryan Dzingel, à la fin d’un avantage numérique. Il a joué une quinzaine de minutes en tout, décochant un tir et effectuant un revirement tout en soutirant le disque à un adversaire, en plus de bloquer un tir.

Son entraîneur Guy Boucher n’a quand même pas trop vanté l’arrière de 20 ans qui a maintenant trois mentions d’assistance en quatre parties.

« Il a fait de bonnes choses, mais on a vu pourquoi il est dans la Ligue américaine, il doit travailler sur les revirements, le jeu défensif. Il est jeune, on l’aime, mais il y a des raisons pourquoi on l’a envoyé dans la LAH. Il s’améliore et il va continuer à s’améliorer. Il a certes bien paru sur le jeu de puissance, ça, on le savait », a-t-il dit après le revers de 5-2.

Karlsson, de son côté, n’a pas aimé la sortie de son équipe. « On n’a pas joué comme on le voulait. Ils ont un bon club et ils ont eu plusieurs longues présences dans notre zone, on n’a pas trouvé le moyen de générer la pression qu’on voulait. Ils ont compté sur leurs chances et on a joué du hockey de rattrapage ensuite... Le but en fin de première a fait mal, mais ça arrive », a-t-il noté. Karlsson a commenté une meilleure nouvelle du côté personnel alors que son épouse Melinda est enceinte. « On le sait depuis un bout de temps et c‘est bien de pouvoir le partager avec tout le monde. Ils vont bien tous les deux et je suis heureux dans ma vie personnelle », a-t-il dit.