Les Sénateurs sont enthousiastes à l'aube d'un nouveau départ, mais Craig Anderson veut éviter que l'équipe ne retombe dans ses mauvaises habitudes.

Deux victoires en matches hors-concours n'impressionnent pas Anderson

Le niveau d’enthousiasme est élevé chez les Sénateurs cette semaine après les deux victoires contre les Maple Leafs en matches hors-concours ainsi que la prolongation de contrat signée par Thomas Chabot.

Le vétéran gardien Craig Anderson a vu neiger cependant, et il ne s’emporte pas trop avec ces développements de début de calendrier pré-saison.

Il a lui-même connu un bon départ mercredi soir en n’allouant qu’un but aux Maple Leafs en deux périodes de travail, mais du bout du banc alors que Toronto a dominé la troisième période du gain de 4-3 d’Ottawa, il a vu certaines choses lui rappelant les deux dernières saisons misérables de son club.

« Je trouve qu’on joue de façon beaucoup plus agressive et avec beaucoup plus de vitesse et d’intensité, les gars ne sont pas trop hésitants. Mais en troisième période (mercredi), on est retombé dans de vieilles habitudes des années passées. On a appris de celles-ci cependant, on a vu des séquences vidéos et les entraîneurs ont été très clairs sur ce qu’on doit améliorer. C’est un pas dans la bonne direction, mais ça n’arrivera pas du jour au lendemain », a noté le cerbère qui amorce sa 10e saison à Ottawa.

« Je pense qu’on a eu cette conversation-là quatre fois, vu que nous avons eu quatre entraîneurs-chefs différents depuis que je suis ici. Il faut s’adapter et s’ajuster. On ne verra pas les résultats dès le départ, mais à la longue, on va beaucoup s’améliorer. On doit tous être sur la même page... On a eu des saisons misérables ici et les gars qui les ont vécues n’ont pas aimé ça, nous sommes ouverts aux changements, à faire les choses comme elles doivent être faites », ajoute celui qui jouera deux périodes contre le Canadien samedi.

De son côté, Anderson s’est présenté au camp en réitérant comme chaque saison qu’il veut mériter son temps de glace, alors que le nouvel entraîneur-chef D.J. Smith a laissé entendre qu’il pourrait partager le travail plus équitablement entre lui et son adjoint Anders Nilsson, qui a bien fait (fiche de ,500) après son acquisition de Vancouver en janvier dernier.

« Je veux mériter ce qu’on me donne. Je veux rester affamé chaque jour. Je dois prouver à moi-même, et au nouveau personnel d’entraîneurs ainsi qu’à tout le monde, que je peux encore voler des matches et être celui sur qui l’équipe peut se fier », souligne-t-il.

À 38 ans, il amorce la dernière année de son contrat lui rapportant 4,75 M$ et il se voit encore jouer dans la LNH l’an prochain. « Je ne vois pas pourquoi pas », affirme-t-il.

+

ENTRE LES LIGNES

L’ancien Olympique Vitaly Abramov n’a pas patiné au cours des derniers jours alors que D.J. Smith a révélé vendredi qu’il a subi une commotion cérébrale mardi à Saint-Jean. « Il est presque remis, semble-t-il, mais on doit suivre le protocole avec lui », a-t-il dit...

L’attaquant Mikkel Boedker a patiné en solitaire vendredi après avoir patiné avec ses coéquipiers jeudi. Smith pense qu’il accompagnera l’équipe à Vancouver dimanche et qu’il pourrait jouer un des deux matches en Colombie-Britannique, lundi ou mercredi...

Joey Daccord sera l’adjoint de Craig Anderson samedi et il jouera la troisième période contre le Canadien...

Hubert Labrie

Les Sénateurs ont effectué 10 coupes vendredi, cédant notamment le défenseur Maxence Guénette à son club junior de Val-d’Or. L’ex-Olympique Hubert Labrie a été retranché et il se rapportera au camp de Belleville lundi prochain, tout comme les défenseurs Jonathan Aspirot et Nick Ebert, ainsi que les attaquants Jean-Christophe Beaudin, Michael Carcone, Mark Kastelic, Jack Rodewald et Andrew Sturtz. Tristan Scherwey a été renvoyé à son club suisse de Berne.

Jean-Christophe Beaudin