Jonathan Drouin a frappé le poteau avec... sa tête en deuxième période.

Deux pénalités de trop

Sans participer au pointage, Jonathan Drouin a eu son grand mot à dire dans la victoire du Canadien de Montréal contre les Sénateurs d’Ottawa, dimanche après-midi.

Durant une seule présence sur la patinoire, en deuxième période, le Québécois a été impliqué dans deux incidents. Il s’est d’abord frappé la tête contre un poteau du filet adverse. Quelques secondes plus tard, il a perdu un peu de sang après avoir reçu le bâton d’Erik Karlsson en plein visage.

Au terme de ces deux séquences, deux joueurs des Sénateurs se sont retrouvés au banc des pénalités.

Le Canadien a obtenu une supériorité numérique de quatre minutes et 44 secondes, avec une séquence de 76 secondes à cinq contre trois.

Il a su en profiter pour marquer les deux buts qui ont fait la différence dans un match qu’il a finalement remporté 4-1, au Centre Bell.

Le Canadien avait auparavant vaincu les Ducks d’Anaheim, samedi. Il a donc connu un week-end parfait.

Les Sénateurs ont aussi signé une victoire, samedi, contre les Flyers à Philadelphie.

Leur série victorieuse est donc stoppée à deux.

« Ces deux pénalités nous ont coûté cher, mais nous ne pouvons pas dire qu’elles nous ont coûté le match », a réagi Karlsson avant de quitter Montréal.

« Quand ils menaient 2-1, nous étions encore dans le coup. Nous avons pris un troisième but en fin de période parce que nous avons joué sans vigueur dans notre territoire. Nous n’avons pas été capables de trouver l’énergie nécessaire pour revenir dans le match en troisième », a-t-il ajouté.

Révision vidéo

Les arbitres ont d’ailleurs eu recours à la technologie pour prendre Karlsson en défaut, lors de l’incident impliquant le bâton élevé, au deuxième tiers.

Au départ, les quatre hommes qui étaient d’office n’avaient pas épinglé le bon coupable. Ils avaient envoyé l’attaquant de soutien Magnus Paajarvi au cachot.

Ils ont consulté la reprise vidéo, au banc, pour corriger leur erreur.

« Je ne savais pas qu’ils avaient le droit de faire cela », s’est lamenté Guy Boucher, durant sa conférence de presse d’après-match.

« Selon l’information qui m’a toujours été transmise, les officiels ont le droit de consulter la vidéo pour vérifier s’il y a eu hors-jeu ou obstruction contre le gardien. »

Karlsson, de son côté, estime que les arbitres ont « pris la bonne décision » quand ils ont regardé la vidéo pour corriger leur erreur.

« Ils ne savaient pas que j’étais responsable. Pour être franc, je ne le savais pas non plus. Je croyais que mon bâton était demeuré près de la rondelle. Je n’avais aucune idée que mon manche avait atteint un joueur adverse au visage. »

Mike Hoffman a été le seul joueur à déjouer Carey Price dans la défaite.

Mike Condon a effectué 31 arrêts.

Artturi Lehkonen l’a déjoué deux fois, pour mettre un terme à une disette de 24 parties sans marquer. Il avait marqué ses deux buts précédents le 30 octobre dernier, lors d’un match disputé à Kanata.

Ça lui fait donc quatre buts en deux parties contre les Sénateurs, cette saison. Face à toutes les autres formations de la LNH, il présente une fiche de zéro but en 35 rencontres.

« Nous lui avons parlé. Nous lui avons rappelé qu’il avait obtenu de bonnes chances de marquer dernièrement. Nous lui avons dit qu’il avait sa part de responsabilités. Il devait trouver une façon de compléter le travail. Il a gardé la bonne attitude. Il récolte maintenant le fruit de son travail », commente son entraîneur, Claude Julien.

Jeff Petry a inscrit le premier but du Canadien, à cinq contre trois. Il a également réussi un doublé, samedi, contre les Ducks.

Tomas Plekanec a complété la marque, dans un match où il a atteint le plateau des 600 points.

CHABOT GARDE LA TÊTE HAUTE

« C’était une erreur. Ce n’était pas la première de ma carrière de hockeyeur. Ce ne sera certainement pas la dernière, non plus. »

Thomas Chabot a eu le courage de se présenter devant les journalistes, après la partie. Sans baisser les yeux, il a parlé de la faute qu’il a commise en troisième période.

Le défenseur beauceron a échappé la rondelle dans l’enclave, sur la séquence qui a permis à Tomas Plekanec d’inscrire le quatrième but du Canadien.

« La game de hockey, c’est une game d’erreurs. Pour qu’un joueur marque un but, il faut généralement qu’un autre joueur commette une erreur sur la patinoire. Ce sont des choses qui arrivent. Je vais retourner au travail, c’est tout. »

Chabot avait quelques raisons de garder le moral.

D’abord, dans un Centre Bell pas tout à fait rempli à pleine capacité, il a livré une bonne performance. Avant de commettre cette faute, il était possiblement le défenseur le plus efficace du club visiteur.

Chabot a reçu les encouragements de plusieurs vétérans. Au terme de cette mauvaise séquence, Derick Brassard et Erik Karlsson, entre autres, lui ont parlé.

« Erik m’a dit que ça lui est déjà arrivé. Il m’a dit que ça lui arrive encore, à l’occasion, aujourd’hui. Il est peut-être le meilleur joueur au monde... »

Chabot a surtout reçu un vote de confiance de son entraîneur. Guy Boucher l’a laissé sur la patinoire par la suite.

« Un jour, Thomas devra gérer ces grosses minutes-là de façon régulière. En attendant, on est prêts à vivre avec ses erreurs. C’est pour ça qu’il se trouve sur la glace en ce moment. »

Chabot a passé 19 minutes et 39 secondes sur la patinoire, en tout.

>> Sommaire