Les joueurs du Lightning de Tampa Bay ne tarissent pas d’éloges envers Erik Karlsson. Victor Hedman serait particulièrement heureux d’être son coéquipier.

Des joueurs qui rêvent à Karlsson

Les costumes de pirates n’ont probablement pas été rangés trop loin.

Le mois dernier, lors de la fin de semaine du Match des étoiles à Tampa, Victor Hedman et Erik Karlsson ont fait tout un tabac. Les deux vieux amis, qui ont souvent été coéquipiers dans le programme de l’équipe nationale suédoise, étaient déguisés en flibustiers quand ils sont arrivés au Amalie Arena.

Hedman serait bien content de pouvoir s’amuser avec Karlsson plus souvent. Il n’est pas insensible aux rumeurs selon lesquelles le capitaine des Sénateurs soit échangé dans les prochains jours. Surtout que son équipe, le Lightning, ferait partie des formations les plus intéressées à faire son acquisition.

« Je ne suis pas différent des autres. Je crois que toutes les équipes, à travers la ligue, aimeraient compter sur un joueur de sa trempe », a confirmé Hedman, jeudi matin.

« Il y a beaucoup de spéculation dans l’air, à cette période de l’année. On verra bien ce qui va se passer. Mais, comme je vous ai dit plus tôt, je suis convaincu que tout le monde veut un joueur comme Karlsson au sein de son équipe. »

Le meilleur défenseur à caractère offensif de la LNH ne manque visiblement pas d’admirateurs dans le vestiaire du Lightning.

Que pensez-vous de Karlsson, Tyler Johnson ?

« Ce gars-là, quand la rondelle se trouve sur son bâton, il peut créer de belles choses. Il peut compléter des passes là où personne d’autre ne voit d’ouverture. Je lève mon chapeau à ceux qui sont capables de bloquer ses lancers. Il est capable de changer les angles de façon instinctive pour trouver le bon corridor de tir. Par-dessus le marché, il possède tout un coup de patin. »

Que pouvez-vous ajouter, Steven Stamkos ?

« Karlsson est vraiment doué. Son coup de patin est exceptionnel et son flair à l’attaque est indéniable. Il faut être sur nos gardes, quand il est sur la glace, car il peut s’impliquer dans le jeu à n’importe quel moment. »

Et vous, Jon Cooper ?

« Il peut vraiment s’impliquer dans le jeu n’importe quand. Même s’il se trouve à 200 pieds de l’action, s’il sent qu’il peut prendre avantage de son adversaire, il va en profiter. S’il parvient à se détacher, il est très difficile de le rattraper », indique l’entraîneur-chef qui prépare des plans de matches spéciaux, chaque fois qu’il affronte Ottawa.

« Nos joueurs doivent toujours s’assurer de ne jamais le perdre de vue. Il faut se placer dans les corridors qu’il pourrait exploiter. Ce n’est pas simple. Parce qu’il possède tout un tir, aussi. »

MONNAIE D’ÉCHANGE
Les joueurs du Lightning peuvent se permettre de rêver. Ils connaissent une saison exceptionnelle. Ils dominent le classement de l’Association Est depuis le début de la saison. Ils ont atteint le plateau des 20 victoires sur la route plus rapidement que quiconque, à travers la LNH.

« Nous pouvons quand même continuer à nous améliorer dans plusieurs facettes du jeu », croit Hedman.

Dans une hypothétique transaction avec les Sénateurs, ils auraient plusieurs éléments à offrir.

Ils détiennent d’abord leurs choix de première ronde des quatre prochaines années.

Ils misent sur une des attaques les plus riches de toute la LNH. Leur directeur général, Steve Yzerman, n’aurait cependant pas l’intention de se départir du prometteur centre droitier de 21 ans Brayden Point.

Ils ont aussi de la relève aux autres positions. Le jeune gardien Connor Ingram, un ancien choix de troisième ronde, connaît une première saison fort satisfaisante dans la Ligue américaine.

Jon Cooper n’est pas né de la dernière pluie. Il trouvait les questions des journalistes canadiens bien rigolotes, jeudi matin.

« Quand notre directeur général s’intéresse à un joueur de talent, il n’est jamais seul dans la course, souligne-t-il. Il est fort amusant de spéculer à cette période de l’année. »