À peine 9 204 personnes ont foulé les gradins du Centre Canadian Tire, jeudi soir, contre les Blues de St. Louis.

Des gradins vides remarqués au Centre Canadian Tire

C’est mal parti sur la glace pour les Sénateurs d’Ottawa, et il en va de même dans les gradins.

Assis au bout du banc jeudi soir lors de la visite des Blues de St. Louis, champions en titre de la coupe Stanley, le vétéran gardien Craig Anderson a évidemment remarqué que les estrades du Centre Canadian Tire étaient à moitié vides lors de ce troisième revers de suite pour ouvrir la campagne.

Alors que la capacité de l’amphithéâtre de Kanata est officiellement maintenant de 18 652 places, l’assistance à ce deuxième match local de la saison a été annoncé à 9 204 amateurs, ce qui semblait même généreux alors que plusieurs personnes présentes estimaient qu’il y avait encore moins de monde que ça.

C’était la plus petite foule enregistrée par les Sénateurs depuis qu’ils ont emménagé dans ce qui était à l’origine le Centre Corel en 1995-1996, le « record » précédent étant les 10 648 spectateurs qui ont assisté à une visite des Hurricanes de la Caroline le 12 février dernier.

« J’ai vu pire lorsque j’ai commencé ma carrière à Chicago », a lancé Anderson, se rappelant des problèmes des Blackhawks avant leurs succès de la dernière décennie, quand leur ancien propriétaire Bill Wirtz gérait bien mal le club de son patelin.

« Il y a eu certains commentaires à ce sujet (dans le vestiaire). Comme joueurs, on voit qu’il y a une petite foule. C’est un jeudi soir, il fait encore beau... La visite des champions de la coupe Stanley, c’est un argument qui peut aller dans les deux sens. Comme joueurs, ça ne change pas notre façon de jouer, tu dois offrir le même genre de performance, qu’il y ait 5000, 10 000 ou 20 000 personnes. On aimerait avoir plus de soutien, que les gens viennent nous voir, mais on doit aussi faire notre travail, s’assurer qu’ils veulent venir nous encourager et nous voir jouer », a-t-il souligné.

Les chiffres d’assistance moyenne du club sont en déclin chaque année depuis la saison 2014-2015, quand la foule moyenne était de 18 247 partisans (le sommet ayant été les 19 821 de 2007-2008), Lors de la dernière campagne, cette moyenne s’élevait à 14 553 personnes par match, environ 1300 de moins que l’année précédente.

Le Gatinois Jean-Gabriel Pageau a fait ses débuts au printemps 2013, connaissant son fameux match de trois buts contre le Canadien en séries dans un amphithéâtre comble.

Il a certes remarqué le contraste lui aussi jeudi. « C’est assez dur de voir ça. On joue un match à la maison et on veut que les partisans soient là. On veut leur appui, surtout dans une année de reconstruction. Les gars vont se donner à fond, on a une jeune équipe qui a tellement de talent. C’est à ce point-ci que tu peux montrer que tu es un vrai partisan des Sénateurs, tu veux encourager les jeunes et leur montrer que tu vas être là pendant le “processus” », a-t-il indiqué.

« J’espère revivre ça (un CCT plein) parce que c’est quelque chose de mémorable quand ça vibre, que la ville vibre pour le hockey et que tu sens leur soutien à 100 %. Je sais que ce n’est pas facile parce qu’on a beaucoup de hauts et de bas », a ajouté Pageau.

Ce n’est pas la première fois que les amateurs envoient un message à la direction de l’équipe tôt en saison, alors qu’il y a déjà eu une foule de 11 061 amateurs enregistrée pour une visite des Coyotes de l’Arizona en octobre 2016.

Il faudra voir si la tendance va se maintenir alors que samedi après-midi, pour la visite du Lightning, le club au slogan « Les jeunes débarquent » tiendra son « match d’ouverture pour les jeunes », de l’animation spéciale étant prévue pour les enfants qui seront présents.

+

Erik Brännström

BRÄNNSTRÖM IMPRESSIONNE SMITH

C’est passé à peu près inaperçu en marge du premier but de Vitaly Abramov, mais le défenseur Erik Brännström a aussi profité du match de jeudi contre St. Louis pour récolter le premier point de sa carrière, une passe sur le but d’Anthony Duclair qui créait l’égalité 4-4.

Le Suédois de 20 ans acquis contre Mark Stone a bien appuyé l’attaque sur cette séquence, mais il a vu son tir de l’enclave être dévié par le bâton d’un défenseur des Blues. Bobby Ryan a récupéré la rondelle dans le coin par la suite avant de la refiler à Duclair dans l’enclave.

«On ne m’a pas donné la passe à l’origine, mais j’ai vu qu’elle a été ajoutée ensuite. C’est toujours le fun d’obtenir des points. Il me reste maintenant à essayer de compter un premier but. J’ai obtenu quelques occasions, de bons tirs, j’espère que l’opportunité va se présenter à nouveau», a noté l’arrière recrue, qui présente un différentiel de moins-3 en jouant aux côtés du vétéran Ron Hainsey.

Dans le contexte d’un virage jeunesse où les Sénateurs ont déjà annoncé qu’ils voulaient être patients avec leurs espoirs, dans la foulée de la rétrogradation de Drake Batherson et Filip Chlapik à Belleville plus tôt cette semaine, il va falloir surveiller toute perte de confiance du jeune homme.

Son entraîneur-chef D.J. Smith affirme cependant qu’il est impressionné par son jeu défensif après les trois premiers matches de la saison régulière.

«Il est intelligent et il fait de beaux jeux. Contre un des plus gros clubs, sinon le plus gros, de la ligue (jeudi) soir, il bloque le chemin à des gars (boxing out, en jargon d’entraîneur) et il déplace bien la rondelle, a souligné Smith après l’entraînement des siens vendredi au Sensplex. Si vous m’en aviez parlé en juin ou en juillet, j’aurais dit qu’il serait difficile qu’il en soit rendu là défensivement. Au tournoi des recrues, il était partout et il commettait des revirements alors qu’il cherchait juste à amasser des points. Maintenant, il réalise ce que ça prend pour jouer dans la Ligue nationale de hockey. Il va développer son jeu offensif, mais ce jeune va être un très bon défenseur pour longtemps.»

Satisfait du travail de Brännström et du reste de sa brigade défensive, Smith n’a pas l’intention d’apporter de changement à son alignement contre le Lightning, même s’il a exprimé le souhait de faire jouer le septième défenseur Cody Goloubef bientôt. «J’y ai pensé et je ne veux pas qu’il reste assis trop longtemps. Mais aucun (des défenseurs) ne mérite de sauter son tour», a-t-il dit.