La visite de Jean-Gabriel Pageau et des Sénateurs d’Ottawa au Barclays Center coïncidait avec le 800e match en carrière de Derick Brassard.

Déjà 800 matches pour Brassard

BROOKLYN — Le hasard du calendrier de la LNH faisant drôlement les choses, c’est en affrontant les Sénateurs, l’équipe de son patelin et un de ses anciens clubs, que Derick Brassard a atteint le plateau des 800 matches de saison régulière en carrière mardi soir au Barclays Center.

L’attaquant gatinois, un centre maintenant utilisé à l’aile avec les Islanders de New York, a cherché à poursuivre une séquence de cinq matches de suite avec au moins un but qui s’est poursuivie samedi dernier quand il a compté l’unique but d’un gain de 1-0 à Buffalo.

«Je joue avec des gars qui ont 18 ou 19 ans, ça me rappelle qu’une carrière, ça se déroule vraiment rapidement, a lancé Brassard devant les médias new-yorkais en matinée. J’ai eu la chance de jouer avec plusieurs bons joueurs et de me faire plusieurs bons amis. Quand j’étais plus jeune, je n’aurais jamais pensé jouer 800 matches et j’en suis pas mal fier.»

La plupart des amis qu’il s’était faits à Ottawa «ont été échangés», a-t-il blagué, alors que son meilleur souvenir de ses deux saisons et demie avec les Sénateurs reste la participation à la finale de l’Est au printemps 2017.

Le vétéran de 13 saisons aime clairement l’air de New York, où il a aussi connu de belles saisons avec les Rangers avant son échange contre Mika Zibanejad à l’été 2016. Mais alors que plus jeune, il adorait habiter à Manhattan, pas trop loin du Madison Square Garden, le célibataire de 32 ans aime maintenant la tranquillité de Long Island, alors qu’il habite à peu près à mi-chemin entre le site d’entraînement voisin du Nassau Coliseum et le Barclays Center de Brooklyn, où il a disputé un premier match cette saison mardi soir.

«Je suis juste allé en ville deux fois depuis que je suis arrivé, pour souper avec les gars. J’aime l’ambiance qu’il y a à Long Island, c’est tranquille. J’habite dans un quartier plus résidentiel à Brooklyn qui va être un bon endroit pour rester quand la nouvelle aréna (près de la piste de course Belmont) va être construite, dans une couple d’années», a-t-il auparavant confié en entrevue avec Le Droit.

Brassard parle de cette façon même s’il n’a signé qu’un contrat d’un an cet été, indiquant à quel point il se plaît avec les Islanders.

«La confiance est là, toute l’équipe joue bien donc c’est facile pour moi de suivre la parade. C’est un club où tout le monde buy in depuis l’an passé, donc quand tu arrives, tu n’as pas vraiment le choix d’embarquer. Après l’année dernière (échangé par les Penguins et les Panthers), c’est certain que ça fait du bien de vivre ça, un club qui gagne neuf matches de suite», a-t-il dit à ce sujet.

«Il y a beaucoup de bons joueurs dans cette équipe, beaucoup de gars sous-estimés à mon avis. C’est le cas de mes deux compagnons de trio, Anthony Beauvillier et Brock Nelson, depuis que Jordan Eberle et Leo Komarov sont blessés. Beauvillier arrive dans son prime. Nelson, je ne le comparerais pas à des gars comme Crosby et McDavid, mais il est capable de dominer des matches. L’autre jour contre Tampa, en jouant contre Point, Stamkos et ces gars-là, il a joué tout un match». raconte-t-il.

Brassard apprécie jouer pour l’entraîneur Barry Trotz, et ce dernier l’aime bien aussi : «On peut voir qu’il est dans la ligue depuis un bon bout de temps. Il est calme. Évidemment, quand tu joues 800 matches, tu as fait le tour du jardin», a dit Trotz en matinée.

+

Retour de Capuano

Le passage des Sénateurs à Brooklyn a rappelé de bons souvenirs à l’entraîneur associé Jack Capuano, qui a dirigé les Islanders pendant six saisons entre 2011 et 2017. « Il va toujours y avoir des souvenirs parce que j’ai grandi avec tous les jeunes qui sont maintenant établis avec cette équipe. Lou (Lamoriello) a fait quelques changements, mais plusieurs de ces défenseurs et attaquants ont passé plusieurs années de leur développement avec nous... Et la première année qu’on est venus jouer ici (au Barclays Center), on avait eu une bonne fiche à la maison. Il avait fallu s’ajuster alors qu’au début, on allait à l’hôtel ici pendant la journée », a-t-il raconté lors d’une rare entrevue allouée par un adjoint de D.J. Smith (plus de détails dans notre édition de demain).

Entre les lignes

Comme prévu, D.J. Smith a laissé le défenseur recrue Erik Brännström dans les gradins pour le match d’hier, donnant un premier match au vétéran des mineures Cody Goloubef après 13 parties dans les gradins. « Je vais lui demander de garder les choses bien simples », a-t-il dit à son sujet... Remis d’une blessure au bas du corps, le vétéran centre Artem Anisimov est revenu au jeu et il allait prendre la place de Brännström sur la deuxième unité de jeu de puissance, probablement avec Dylan DeMelo comme seul défenseur... Filip Chlapik a été rayé de l’alignement pour faire place à Anisimov, lui qui n’avait joué que 6:56 minutes la veille contre les Rangers... En comptant dans un même match, Ron Hainsey (38 ans) et Brady Tkachuk (20 ans) sont devenus les joueurs avec le deuxième plus grand écart d’âge à compter pour les Sénateurs (18 ans, 176 jours), après Daniel Alfredsson et Mika Zibanejad (20 ans, 128 jours) le 18 mars 2013.