À l’image de ses coéquipiers, Anthony Duclair était de bonne humeur après le léger entraînement des Sénateurs, vendredi.

De bon augure pour Duclair

Anthony Duclair venait d’être privé d’un deuxième but en quelques minutes, jeudi soir, au centre Canadian Tire. La rondelle s’est arrêtée contre un des poteaux après avoir été déviée par le gardien des Kings de Los Angeles.

La caméra de TSN a capté la réaction de l’attaquant québécois en voyant la reprise à l’écran géant. Le joueur des Sénateurs a lâché un juron bien québécois.

Et pas besoin d’être un expert pour déchiffrer sur ses lèvres le mot lancé. Ça commence avec un « T » et se termine avec la lettre « K » qui s’avère très payante au Scrabble.

« La rondelle est restée là une petite seconde ou deux... Il ne manquait pas grand-chose. C’est une des chances que tu aimerais ravoir », a expliqué Duclair, sourire en coin, vendredi, au lendemain de la victoire des siens en prolongation.

À l’image de ses coéquipiers, le numéro 10 était de bonne humeur après le léger entraînement des Sénateurs, qui disputeront un cinquième match en huit jours samedi soir. Les Hurricanes de la Caroline seront les visiteurs.

Ces derniers l’auront sûrement à l’œil. Car il n’y a pas que Jean-Gabriel Pageau qui fonctionne à plein régime depuis quelques matches.

Sans faire trop de bruit, Duclair a récolté sept points à ses sept derniers matches. Il compte déjà six buts à sa fiche, dont cinq à domicile. Si la tendance se maintient, il franchira le cap des 30 buts pour la première fois de sa carrière.

« Je ne vois pas pourquoi je ne serais pas capable », a dit l’ancien marqueur de 50 buts dans la LHJMQ.

Mais ce n’est pas le chiffre qu’il zieute en 2019-2020.

« Je n’ai pas encore joué tous les 82 matches durant une saison. C’est ça mon objectif. »

L’hiver passé, on l’a vu en action à 74 reprises, soit 53 dans l’uniforme des Blue Jackets de Columbus avant de passer aux Sénateurs. Il avait quand même terminé le calendrier avec 19 buts, un de moins que son sommet personnel de 20 en 2015-2016 en Arizona.

« J’avais bien commencé l’année dernière. Mais quand tu es un joueur offensif, que tu te retrouves sur un troisième ou quatrième trio, que tu ne joues que huit à 10 minutes par match, c’est difficile d’être constant. »

Duclair n’était pas un favori de John Tortorella à Columbus. Ça semble être tout le contraire à Ottawa avec la recrue D.J. Smith derrière le banc.

« Quand tu as la confiance du coach et qu’il te renvoie sur la glace à chaque séquence, ça te donne confiance à ton tour, a-t-il souligné. Je joue bien en zone défensive. Je fais toutes les petites choses qu’on me demande. En plus, on me donne l’opportunité de jouer en avantage numérique et en désavantage numérique. En espérant que ça continue à rouler comme ça pour le reste de la saison. »

Anthony Duclair peut aussi peaufiner sa maîtrise des langues étrangères. Son voisin de gauche dans le vestiaire est le vétéran russe Artem Anisimov. Puis depuis trois jours à sa droite, on retrouve la recrue suédoise Jonathan Davidsson.

« Je suis capable de leur dire bonjour dans leur langue. J’ai eu quand même de la pratique en russe à Québec quand je jouais avec Mikhail Grigorenko et Nikita Kucherov », a noté Duclair en riant.

Ce qui est moins drôle ? Anisimov ne pivotera pas le trio qu’il forme avec Duclair et Brady Tkachuk samedi contre les Hurricanes. Le centre âgé de 31 ans s’est blessé à nouveau à l’aine face aux Kings et ratera un bout de temps.

Surtout utilisé à l’aile, Vladislav Namestnikov prendra sa relève au centre.

+

Brady Tkachuk

DEUX CHOIX ÉLEVÉS QUI NE DÉÇOIVENT PAS

Les Sénateurs ne se sont pas trompés en optant tôt pour Brady Tkachuk au repêchage en 2018. Leurs prochains adversaires ont vu juste aussi, eux qui ont parlé deux rangs plus tôt.

Choisi deuxième au total, Andrei Svechnikov a marqué 26 buts jusqu’ici en 97 parties depuis son arrivée dans la LNH chez les Hurricanes. Le même nombre que Tkachuk, qui a toutefois disputé 12 parties de moins en raison d’une blessure à une jambe, l’hiver dernier.

Aucun autre espoir sélectionné dans ce repêchage n’a secoué les cordages plus souvent que ces deux joueurs. Même pas le centre Jesperi Kotkaniemi, louangé à tour de bras la saison passée chez les Canadiens de Montréal, qui en avaient fait le troisième choix du repêchage.

En revanche, le défenseur Rasmus Dahlin domine avec ses 55 points chez les Sabres de Buffalo, deux de plus que Tkachuk.

« Notre cuvée était d’une grande qualité, a rappelé l’ailier des Sénateurs, qui affrontera Svechnikov samedi soir au centre Canadian Tire. J’ai eu l’occasion de faire la connaissance de quelques-uns des gars qui ont été repêchés en même temps que moi. Il y a des joueurs incroyables. »

L’ailier russe de 6’2’’ et 195 livres fait partie du lot. À quel point ?

Tkachuk se permet de l’appeler par son surnom.

« C’est pas mal cool de le voir si bien jouer. “Svechni” est déjà un morceau important pour eux. Il a un rôle important. »

Svechnikov, qui a joué une saison dans la Ligue de hockey de l’Ontario chez les Colts de Barrie, s’avère le meilleur attaquant des Hurricanes depuis le début de la saison. Il a amassé 15 points en 16 parties.