Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Il va y avoir un nouvel acteur dans la bataille des frères Tkachuk lundi, alors que l’entraîneur-chef des Flames de Calgary Darryl Sutter s’est amené dans le portrait depuis leur dernière rencontre.
Il va y avoir un nouvel acteur dans la bataille des frères Tkachuk lundi, alors que l’entraîneur-chef des Flames de Calgary Darryl Sutter s’est amené dans le portrait depuis leur dernière rencontre.

Darryl Sutter débarque dans la bataille des Tkachuk

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Il va y avoir un nouvel acteur dans la bataille des frères Tkachuk lundi, alors que l’entraîneur-chef des Flames de Calgary Darryl Sutter s’est amené dans le portrait depuis leur dernière rencontre.

Celui-ci a amorcé son deuxième séjour derrière le banc de la formation albertaine au lendemain du gain de 7-3 des siens contre les Sénateurs du 4 mars dernier au Saddledome, au lendemain duquel Geoff Ward a été congédié, de façon un peu surprenant, mais les Flames s’étaient inclinés 5-1 contre Ottawa à leur sortie précédente, précipitant la sortie de cet ancien adjoint de Claude Julien à Boston.

Sutter était en quarantaine lorsque les Sénateurs ont remporté un gain en prolongation de 4-3, ce qui leur donne une fiche de 3-2-0 contre le club du frangin de Brady Tkachuk, Matthew.

Avec Sutter derrière le banc, ils ont remporté quatre de leurs cinq premiers matches avant d’être blanchis 2-0 par les Maple Leafs samedi à Toronto.

«Je pense qu’on peut voir leur façon de jouer maintenant, ils sont rapides et ils sont plus difficiles à affronter maintenant. Ils avaient une très bonne équipe auparavant, mais le nouvel entraîneur a sa réputation et je pense que Matthew aime jouer pour les deux, mais maintenant, il y a probablement une attitude différente dans leur vestiaire. Il est excité et leur dos est acculé au pied du mur, donc chaque match est comme une partie de séries pour eux», a commenté le plus jeune des Tkachuk dimanche en Zoom.

Son entraîneur-chef D.J. Smith était d’accord avec son analyse.

«Ils (les Flames) jouent comme on veut jouer nous aussi, avec beaucoup d’ardeur. Ils ne se laissent jamais glisser sur la patinoire et ils jouent en unité de cinq, de façon très physique. C’est ce qu’il (Sutter) amène, il s’assure que ce ne sera pas facile pour vous de se rendre à leur filet, et il place l’équipe en premier et quand il obtient qu’assez de gars tirent dans la même direction, tu as une chance chaque soir. La division est très serrée, ils ont battu Toronto lors du premier match avant de perdre le second, mais ils ne font pas de cadeaux... On ne va reculer devant personne et nous avons aussi une équipe capable de jouer avec robustesse, ça va être un bon match pour nos jeunes joueurs qui vont devoir se débrouiller avec peu d’espace», a souligné Smith en parlant de ce premier match d’une courte série de deux qui se poursuivra mercredi.

À leur sixième rencontre cette saison, Brady et Matthew Tkachuk n’auront à nouveau pas le droit de se rencontrer hors de la glace, selon les protocoles mis en place par la LNH. À part via FaceTime ou au téléphone, leur seule conversation en personne devrait avoir lieu lors de la période d’échauffement, eux qui font toujours leurs exercices d’étirement près de la ligne rouge.

Brady Tkachuk (droite)

«Normalement lorsqu’on s’affronte, on va toujours trouver le temps d’aller souper ensemble ou aller à l’appartement de l’autre pour se tenir ensemble, même si on est arrivé la veille (d’un match), a dit Matthew à NHL.com. Évidemment, ce n’est pas vraiment permis cette année. On a hâte à une saison normale parce que c’est une des meilleures choses qui en font partie... On aime s’affronter pas tant pour le match comme tel, mais juste pour se voir en dehors de la glace et prendre des nouvelles.»

Ami de longue date de la famille, le centre Colin White aime faire partie de leur rivalité sur la glace. «C’est le ‘fun’ de voir ça vu que je les ai connus quand nous étions jeunes. Ils composent bien avec l’attention quand ils s’affrontent et comme ils l’ont déjà dit, ils ne vont pas se battre, mais c’est drôle de les voir dans les mêmes échauffourées», a-t-il noté.

White de retour

Blessé au haut du corps en troisième période du revers de mercredi dernier contre Vancouver, le centre Colin White devrait pouvoir affronter les Flames lundi, ayant participé à toute la séance d’entraînement de dimanche. «Les quatre jours (sans match) ont certes aidé et je me sentais bien lors de la pratique, on verra comment je vais récupérer après, a dit White. On dirait que j’ai des blessures une après l’autres cette année et ça va arriver parfois. La saison est courte, donc tu veux essayer de jouer chaque match pour aider ton club. Les soigneurs ont fait du bon travail avec moi pour que je sois dans la meilleure forme possible. Je jouais assez bien cette saison et je veux jouer le plus possible.»

Gudbranson laissé de côté?

L’entraîneur-chef D.J. Smith a laissé entrevoir la possibilité de retrancher le vétéran Erik Gudbranson de son alignement pour la première fois de la saison après l’entraînement de dimanche où l’arrière originaire d’Orléans s’est retrouvé sur une quatrième paire avec Braydon Coburn, tandis que Josh Brown prenait place aux côtés de Christian Wolanin. «Wolanin a fait du bon travail pour nous, il déplace bien la rondelle même si comme tout jeune défenseur, il va commettre des erreurs à l’occasion. Donc ce n’est pas le bon moment pour le retirer de l’alignement, a-t-il commencé. Gudbranson nous donne tout ce qu’il a chaque soir, mais il y en a où il a des difficultés à sortir la rondelle de notre zone. En disant ça, Josh Brown est un gars qui n’a pas obtenu beaucoup de matches pour nous. J’aimerais lui donner des matches dans le dernier droit pour voir ce qu’il pourrait faire.» Gudbranson n’avait joué qu’une douzaine de minutes lors du dernier match contre Vancouver.