Curtis Lazar

Curtis Lazar, grand lauréat du camp estival des Sénateurs

Curtis Lazar s'est arrangé pour qu'on parle de lui du début à la fin du camp de perfectionnement des Sénateurs.
Hier matin, alors que les espoirs de l'organisation complétaient leur dernière séance d'entraînement sur glace, le directeur général adjoint annonçait aux journalistes que le centre de 19 ans remportait le titre très convoité du hockeyeur qui a travaillé le plus fort au cours de la dernière semaine.
Il s'agit réellement d'un titre très convoité.
Chaque année, Lee isole ainsi un joueur. Avant de choisir le gagnant, il prend le temps de consulter tous les entraîneurs et tous les intervenants qui travaillent avec les espoirs.
La formule a fait ses preuves. Presque tous les récipiendaires de ce titre honorifique ont fini par atteindre la LNH.
Lazar, malgré son jeune âge, se fait souvent comparer à l'ancien centre des Sénateurs Mike Fisher.
Fisher a justement été un des premiers joueurs décorés par Lee, vers la fin des années 1990.
«Le choix n'a pas été facile à faire cette année car il y avait plein de candidats de qualité», assure Lee.
Max McCormick et Garrett Thompson auraient obtenu des votes. Ces deux ailiers américains qui évoluaient dans la NCAA la saison dernière devraient se retrouver à Binghamton cet automne.
En bout de ligne, Lazar s'est quand même distingué. «Il a vraiment beaucoup joué au cours de la dernière année. Son équipe a remporté la coupe Memorial. Il a également participé au Championnat mondial junior. Malgré tout cela, il s'est présenté ici et il s'est vraiment défoncé. Il s'est démarqué lors des séances d'entraînement sur glace, il s'est démarqué lors des séances d'entraînement hors-glace. Il a été très impliqué lors des activités de groupe. Vraiment, c'est bien mérité.»
«Nous voulons impressionner»
En quittant la patinoire, Lazar était souriant, comme toujours. Quand on lui a demandé s'il était satisfait de sa plus récente expérience à Ottawa, il s'est empressé de répondre que ç'aurait pu être mieux.
«J'aurais voulu que mon équipe connaisse un meilleur sort lors du tournoi à trois contre trois», a-t-il soufflé.
On ignore à quel rang les Rouges de Lazar ont terminé, hier, lors de la compétition qui mettait un point final au camp d'été. On sait qu'ils n'ont pas gagné. Ce sont les Noirs de Shane Prince, Nick Paul et Tobias Lindberg.
«En fin de compte, nous sommes tous ici dans le même but. Nous voulons impressionner la direction», a dit Lazar, malgré tout satisfait de lui.
«Mes parents m'ont élevé de la bonne façon. Je crois fermement qu'il faut prendre le temps de tout faire correctement avant de passer à la prochaine étape. Il ne faut jamais négliger les petits détails.»
Sstlaurent@ledroit.com