Les joueurs des Sénateurs ignorent si Marc Crawford sera de retour l’an prochain.

Crawford attend de connaître son sort

La longue saison morte des Sénateurs d’Ottawa a commencé officiellement lundi alors que les joueurs sont passés ramasser leur équipement dans le vestiaire, incertains à savoir lesquels d’entre eux ne seront pas de retour la saison prochaine.

Pour ce qui est du bureau des entraîneurs, il faudra attendre encore un bout de temps avant d’être fixé sur l’avenir de l’entraîneur par intérim Marc Crawford et des autres anciens adjoints de Guy Boucher, mais il y a fort à parier qu’ils devront eux aussi récupérer leurs effets personnels.

Un indice qu’ils ne seront pas de retour est qu’ils n’ont pas participé aux traditionnelles rencontres individuelles avec les joueurs, qui se sont adressés uniquement au DG Pierre Dorion et à son adjoint Peter MacTavish. Le premier doit dresser son bilan au cours des prochains jours.

Un vétéran comme l’attaquant Zack Smith a pour sa part fait remarquer que « lorsque “Cro” (Crawford) est arrivé, il n’y a pas eu de changements drastiques. Le système était le même, on avait peut-être juste une approche différente. Parfois, entendre une nouvelle voix est une bonne chose, on a joué du meilleur hockey au cours du dernier mois, sauf pour quelques matches ».

À son dernier point de presse tenu lundi midi, Crawford a dit qu’il ne mènerait pas de campagne pour conserver le poste. Après une audition de 18 parties en fin de campagne, où le club a présenté une fiche de 7-10-1, il veut garder son poste et Dorion le sait.

« Je travaille depuis longtemps et je sais certaines choses. Par exemple, n’importe quel emploi dans le monde du hockey est un excellent emploi. J’en sais quelque chose, je les ai presque tous essayés. Le meilleur travail est celui de joueur. Le deuxième meilleur est celui d’entraîneur-chef. Ces 18 matches me l’ont rappelé, a indiqué Crawford. En même temps, je reconnais que ce groupe est destiné à être très bon, ils me rappellent beaucoup les Kings de Los Angeles lorsque j’étais là (2006 à 2008, avant leurs deux coupes Stanley), le meilleur est à venir ici aussi... En ce qui concerne ce qui va arriver, je reconnais que c’est un processus et je l’accepte. Oui, j’aimerais rester, mais je suis prêt à laisser les événements suivre leur cours. »

Le personnel d’entraîneurs rencontrera Dorion plus tard cette semaine, a-t-il révélé. Comme le sien, les contrats des assistants Martin Raymond, Rob Cookson et Pierre Groulx, l’entraîneur des gardiens, arrivent à échéance à la fin juin, tandis que Chris Kelly s’est joint à eux pour donner un coup de main en fin de saison.

« J’ai eu beaucoup de plaisir à la fin de l’année et si quelqu’un pense que nous avons joué un peu mieux, c’est excellent. J’ai trouvé que les joueurs ont pris leurs responsabilités. C’est important, il faut pouvoir se regarder dans le miroir et se demander si on a fait tout en notre possible pour faire avancer cette organisation. Il y a beaucoup de talent dans notre groupe d’entraîneurs. Notre jeu de puissance a été bon dès le début de l’année, et le désavantage numérique a été meilleur après le premier quart de la saison », a-t-il souligné, notant le travail effectué par Groulx avec les gardiens.

Ça n’a pas empêché les Sénateurs d’être derniers dans la LNH avec 301 buts alloués, une piètre fiche qui s’explique par des problèmes de structure ainsi que par le manque d’expérience d’une bonne partie de la brigade défensive. Et ça, Crawford, qui était responsable des défenseurs avant le départ de Boucher, l’a reconnu.

« C’est une priorité de réduire ce chiffre, tu ne peux envisager une participation aux séries sans le réduire de façon significative. On peut faire mieux avec notre jeu défensif, c’est certain, et il en va de même avec notre esprit de compétition, ce qui devrait se faire naturellement avec l’arrivée de jeunes joueurs talentueux. C’est la meilleure amélioration possible, comme on l’a vu cette année », a-t-il noté, parlant des jeunes comme Thomas Chabot, Brady Tkachuk, Colin White et d’autres comme Christian Wolanin et Rudolfs Balcers.

+

Cody Ceci espère demeurer à Ottawa la saison prochaine.

CECI VEUT RESTER DANS SON PATELIN... ET ÉVITER L'ARBITRAGE

Les Sénateurs ont des décisions à prendre au cours de l’été concernant leurs différents joueurs autonomes.

Mais au-delà de savoir si Anders Nilsson reviendra comme adjoint à Craig Anderson et si Anthony Duclair se verra offrir un nouveau contrat, où si des joueurs de soutien comme Magnus Pääjärvi, Brian Gibbons et Oscar Lindberg seront rapatriés, la principale question concerne le vétéran défenseur Cody Ceci, qui sera un joueur autonome avec restriction ayant à nouveau droit à l’arbitrage salarial.

Souffre-douleur de nombreux amateurs, au point où il a réduit sa présence sur les médias sociaux, l’arrière originaire d’Orléans a laissé entendre lundi qu’il ne demanderait pas mieux que de continuer à faire partie de la reconstruction du club de son patelin.

« J’ai déjà parlé à Pierre (Dorion, le DG) de nos objectifs pour l’été et après la date limite des échanges (à la fin février), nous avons eu de bons pourparlers, a-t-il indiqué. C’est certain que j’aimerais rester, je suis un gars d’Ottawa, j’ai grandi en étant un partisan des Sénateurs. J’aimerais faire partie de la solution alors qu’on va de l’avant. »

Ceci n’avait pas aimé les critiques des dirigeants du club entendues l’été dernier quand il était allé en arbitrage, où il s’était vu attribuer un contrat d’un an pour 4,3 millions $. « Personne ne veut aller en arbitrage une fois, donc y retourner cet été, ce serait difficile à faire. J’espère qu’on n’en arrivera pas là... Ce serait bien d’en arriver à un contrat avec quelques années de sécurité, je pense que ça aiderait mon jeu, et je pourrais aider les jeunes défenseurs qui s’en viennent ici. Je pense que Pierre et moi, nous sommes sur la même page », a-t-il ajouté.

Membre de l’équipe qui avait atteint la finale de l’Est pas plus tard qu’il y a deux ans, Ceci pense comme certains de ses coéquipiers qu’il faut cesser de vivre dans ce passé pas si lointain. « On avait fait des échanges pour s’améliorer et après, on a perdu des joueurs. Nous avons une équipe complètement différente et il faut cesser de regarder en arrière et se concentrer sur l’avenir. On va de l’avant et on va espérer retourner là éventuellement », a-t-il noté.

Anthony Duclair aimerait lui aussi rester à Ottawa, au sein d’un groupe de joueurs qui lui convient. «C’est une équipe quand même jeune et à 23 ans, je cadre là-dedans. Je pense que le style de jeu me convenait parfaitement aussi et je pense avoir bien fait ça, j’ai eu un peu de succès. Je ne regarde pas pour aller ailleurs, et je laisse les affaires de contrat à mon agent et Pierre (Dorion)», a-t-il indiqué.