Chris Tierney regarde la rondelle glisser dans le filet de Jordan Binnington, en première période.

Craig Anderson solide dans une défaite à Saint-Louis

SAINT-LOUIS — La bonne nouvelle du week-end, c’est que Craig Anderson n’est pas trop rouillé.

Le gardien de buts numéro un des Sénateurs d’Ottawa retrouvait son filet, après avoir passé presque un mois sur la liste des blessés.

Si on s’arrête strictement à sa performance au Enterprise Center de Saint-Louis, on pourrait même croire que le repos lui a fait du bien.

Il n’a pas été capable de faire gagner son équipe. Les Blues l’ont emporté 3-2. Le défenseur Carl Gunnarsson a marqué le but décisif à mi-chemin au troisième tiers, sur une séquence controversée.

Anderson se disait ouvertement inquiet, à quelques jours de ce match. «Je dois retrouver mes instincts. Je ne peux pas me permettre de figer quand la rondelle arrive.»

Il vient quand même de subir une première commotion cérébrale en carrière.

L’ailier d’expérience Jordan Nolan lui a fait une fleur, en quelque sorte, en décochant un lancer très haut en fin de première période. Anderson a stoppé le tir avec son masque. La tête a tenu le coup.

Anderson a même connu ses meilleurs moments de la soirée par la suite, durant une deuxième période où les Blues ont ouvert la machine. Il a fait face à 15 lancers durant cette période. Il a fini par flancher, avec deux minutes à faire, sur un boulet de canon de la pointe du défenseur Vince Dunn.

Le toujours très dangereux Vladimir Tarasenko a inscrit l’autre but des vainqueurs.

Anderson obtient donc une très bonne note pour cette performance. Puisque le Suédois Anders Nilsson a très bien travaillé récemment, les Sénateurs comptent enfin sur un duo de gardiens digne de la LNH. Ça devrait faire une grosse différence jusqu’à la fin de la saison.

«Ce n’est pas le seul facteur, mais c’est important. Le joueur numéro un de ton équipe, c’est le gardien de buts. Quand vos gardiens vous donnent des sorties de qualité, généralement, vous allouez un but de moins par match. Des fois, c’est encore mieux. Vous allez moins de retours. Donc, moins de lancers. Le reste du groupe se sent mieux en défensive. Il a donc plus de confiance à l’attaque. Quand vos gardiens font le travail, les impacts positifs se font sentir partout», croit l’entraîneur-chef Guy Boucher.

Anderson n’était pas le seul joueur qui vivait une soirée spéciale.

Le jeune Brady Tkachuk disputait un premier match dans sa ville d’origine.

La recrue des Sénateurs a vu le jour en Arizona, lorsque son père Keith portait les couleurs des Coyotes.

Il n’était qu’un bébé, en 2001, lorsque les Coyotes ont échangé le paternel aux Blues.

Toutes ces années plus tard, les Tkachuk vivent toujours dans la métropole du Missouri.

Le jeune Tkachuk, si efficace dans les deux dernières parties, semblait un peu nerveux en début de match.

La nervosité lui a probablement coûté son 12e but de la saison, à mi-chemin, en deuxième période. Il n’avait qu’à pousser une rondelle libre dans le filet. Il n’a jamais été capable.

Il s’est dégourdi par la suite, mais il n’a pas été capable de participer au pointage.

Les acteurs de soutien Nick Paul et Magnus Pääjarvi ont marqué les buts d’Ottawa. Paul n’avait pas marqué un seul but dans la LNH depuis le 29 décembre 2017.

Par ailleurs, il a beaucoup été question des Sénateurs, samedi, sur le plateau de Hockey Night in Canada. Le commentateur Nick Kypreos a révélé qu’un contrat de huit ans d’une valeur de 64 millions $US a été offert à Matt Duchene. Mark Stone doit s’attendre à recevoir une offre encore plus généreuse sous peu, selon son collègue Elliotte Friedman.