Mike Condon a été soumis au ballotage par les Sénateurs mercredi.

Condon soumis au ballottage

Une sortie désastreuse en Arizona mardi risque de valoir un retour dans les mineures au gardien des Sénateurs d’Ottawa Mike Condon.

Au lendemain d’un revers de 5-1 contre les Coyotes où il a alloué trois buts en 15 minutes de jeu, dont un sur un dégagement de 145 pieds qui va se retrouver dans les faits saillants pour les mauvaises raisons, le nom de Condon a été soumis au ballottage. 

Comme le gardien substitut détient un contrat valide pour cette saison et la prochaine à un salaire moyen de 2,4 millions $, il serait surprenant qu’une autre équipe de la LNH le réclame d’ici midi jeudi. Les Sénateurs pourraient donc le céder à leur club-école de Belleville afin de lui permettre d’essayer de retrouver sa confiance en jouant plus souvent. Le vétéran de 35 ans Mike McKenna, qui a une fiche de 3-3-0 avec une moyenne de 2,72 et un taux d’efficacité de ,914 cette saison, pourrait être rappelé. Le gardien devait jouer à Laval mercredi soir, mais a finalement cédé sa place à la recrue Filip Gustavsson.

Acquis des Penguins de Pittsburgh contre un choix de cinquième ronde en novembre 2016, l’ancien gardien du Canadien de Montréal avait grandement aidé les Sénateurs à se qualifier pour les séries cette saison-là. Il avait disputé 27 parties consécutives, un record d’équipe, en l’absence d’Anderson, qui était au chevet de son épouse atteinte d’un cancer. Il a été récompensé en signant un contrat de trois ans. Il a connu une saison difficile l’an dernier avec une fiche de 5-17-5 (3,25, ,902).

Ses statistiques sont bien pires cette saison (moyenne de 6,38, taux d’efficacité de ,800). Par contre, l’entraîneur-chef Guy Boucher avait spécifié avant qu’il n’obtienne son deuxième départ en trois semaines mardi à Glendale qu’une raison pour son inactivité était qu’il composait avec une blessure mineure.

« Je devais faire quelque chose, a expliqué Boucher après le match de mardi quand il s’est fait demander pourquoi il a retiré Condon du match. Je déteste sortir le crochet pour un gars qui travaille fort et est une bonne personne. C’est une décision difficile pour un entraîneur de changer de gardien. Mais l’équipe avait besoin de ça, de quelque chose. Que ce soit un entraîneur ou les joueurs, tu ne veux pas faire ça. Si ton niveau de compétition et ton éthique de travail sont là au début du match, tu te donnes une chance de ne pas avoir à faire ça. »

Le gardien américain de 28 ans, qui est passé par la ligue East Coast et la Ligue américaine avant d’accéder à la LNH, n’a pas rencontré les médias après la rencontre. 

Ses coéquipiers se sont portés à sa défense.

« Je suis certain qu’il vous dirait lui-même qu’il voudrait ravoir ce but, a noté l’attaquant Bobby Ryan. C’est juste un mauvais bond et il se fait déjouer. Je me sens mal parce qu’il a attendu son tour. Il travaille d’arrache-pied dans un rôle de substitut. Nous croyons beaucoup en lui, et on aurait souhaité qu’il soit récompensé pour son travail. On l’a laissé tomber et c’est difficile à accepter. On espère qu’il va garder la tête haute et qu’il va revenir prêt à travailler jeudi. »

Ce travail, il va plutôt le faire avec Belleville, qui dispute deux parties en deux soirs à Syracuse vendredi et samedi soir.

Boucher, lui, va espérer que son équipe se remette à travailler beaucoup mieux qu’à la fin de ce voyage où elle n’a obtenu qu’un point au classement.

+

UNE FONDATION SOUS LA LOUPE

Selon une évaluation des huit fondations rattachées à des équipes sportives au Canada (LNH, NBA et baseball majeur) effectuée par l’organisme Charity Intelligence Canada, dont le rapport a été obtenu par la CBC, celle des Sénateurs est la deuxième pire pour ce qui est de la proportion de l’argent amassé (46 %) qui est distribué à d’autres organismes de charité. 

Seuls les Flames de Calgary (30 %) faisant pire alors que la MLSE Foundation de Toronto (Maple Leafs, Raptors et Blue Jays) est la meilleure à 79 cents par dollar. 

La présidente de la Fondation des Sénateurs, Danielle Robinson, a dit mercredi en entrevue avec TSN 1200 qu’une des raisons de la piètre performance de son organisation est que la portion du tirage 50-50 des matches de l’équipe qui va au gagnant est comptabilisée comme une dépense. 

« Nous sommes fiers du travail que nous faisons, depuis l’établissement de la Fondation, nous avons amassé 33 millions $ dans la région de la capitale nationale, dont 11 M $ lors des cinq dernières années. Nous sommes très transparents pour ce qui est de la façon dont nous distribuons ces sommes, donc nous n’avons pas de problème à participer à cette discussion », a dit Robinson.