«J’ai une chance d’arrêter tous les tirs et je veux faire tous les arrêts, je pense que je peux le faire. C’est ma mentalité en arrivant devant le filet», a déclaré le gardien des Sénateurs, Mike Condon.

Condon prêt à dompter les Coyotes

Retiré de son dernier départ samedi dernier à Stockholm même si ce n’était pas vraiment mérité, Mike Condon a tourné la page depuis longtemps.

«C’était quel jour déjà ? Samedi passé, ça veut dire il y a cinq jours ? Deux jours dans la LNH me semblent être une éternité, alors imaginez cinq. Ça fait longtemps que ce match-là est dans le passé, j’ai regardé la vidéo pour voir ce que j’aurais pu faire de mieux et je suis passé à autre chose. On a eu quelques bonnes pratiques depuis et j’ai hâte de voir ce que je vais être capable de faire (samedi)», a raconté le gardien auxiliaire des Sénateurs après la pratique des siens vendredi.

Condon n’aurait pas pu faire grand-chose différemment sur les trois buts qu’il avait alloués à l’Avalanche sur 10 tirs il y a une semaine au Ericsson Globe de Stockholm. Il avait été déjoué sur une échappée, un tir voilé en avantage numérique et une passe qui a dévié sur le bâton de son défenseur, Dion Phaneuf. Ça n’avait pas empêché son patron, Guy Boucher, de sortir son crochet pour envoyer Craig Anderson dans la mêlée à sa place, et ce dernier avait mérité la victoire quand les Sénateurs sont revenus de l’arrière pour l’emporter 4-3. Il n’avait pas été très occupé, repoussant les huit autres tirs obtenus par le Colorado dans ce match.

«Le premier gars a pris un bon tir et le deuxième aussi, avec de la circulation devant moi. L’autre dévie sur le bâton de Dion et tu te dis: "Qu’est-ce que j’aurais pu faire là-dessus?" Mais comme gardien, ce n’est pas l’attitude que tu dois avoir. J’ai une chance d’arrêter tous les tirs et je veux faire tous les arrêts, je pense que je peux le faire. C’est ma mentalité en arrivant devant le filet», dit celui qui a un dossier de 1-0-2 cette saison avec une moyenne de 3,02 et un taux d’efficacité de ,905.

Dans de telles circonstances, ce n’est certainement pas Condon qui va prendre les prochains visiteurs, les Coyotes de l’Arizona, à la légère, même s’ils ont la pire fiche de la LNH. «C’est un match de la LNH et dans tous les sports majeurs, peu importe quel jour c’est, tu affrontes des joueurs qui ont des habiletés de classe mondiale. Ça va être un défi, surtout après leur grosse victoire contre les Habs hier soir (jeudi). Ça va être difficile. Ils ont compté cinq buts dans un amphithéâtre où il n’est pas facile de jouer, donc ils ont un peu de momentum et il va falloir être prêts à répondre à ça», a-t-il souligné.

Après un revers contre les champions en titre de la coupe Stanley, les Penguins de Pittsburgh, Guy Boucher espère également que sa troupe va être en mesure de jouer un match plus complet que jeudi.

«Nous n’avions pas le même entrain pour les deuxième et troisième périodes que pour la première, mais en même temps, tu affrontes les champions de la coupe Stanley et tu ne peux pas les contenir tout le temps. Nous n’avions pas l’énergie nécessaire pour continuer à faire ce qu’on faisait, mais c’est surtout parce que nous avons fait des présences trop longues sur la glace», analysait-il.

«Peu importe la couleur du chandail de l’autre côté, qu’il soit bleu, jaune, noir, vert, on ne se préoccupe que de nous. On ne regarde même pas l’adversaire présentement, on cherche à garder notre concentration pour 60 minutes. C’est tout», a ajouté Boucher.

L’attaquant Bobby Ryan estimait de son côté que les Coyotes représentent un adversaire dangereux. «Mentalement, si tu regardes leur fiche, ils arrivent ici après avoir gagné un match. Parfois, c’est tout ce que ça prend pour rallier une équipe. Ils sont peut-être en train de se bâtir une confiance et il faut tuer ça dans l’oeuf tôt dans le match. Dans la LNH, peu importe ce qui se passe, tu dois respecter ton adversaire parce que tout le monde peut battre tout le monde. Il faut les traiter comme n’importe quelle autre équipe», a-t-il indiqué.

LES SÉNATEURS EN BREF

Anderson voit rouge

Le gardien Craig Anderson a étrenné de nouvelles jambières et une nouvelle mitaine vendredi en préparation pour la Classique hivernale du 16 décembre prochain contre le Canaden à la Place TD, un ensemble de couleur rouge avec le logo en forme de « O » du troisième chandail de l’équipe.

« J’ai choisi ce modèle parmi différentes options et je pense que ça va avoir fière allure avec les chandails pour le match à l’extérieur. J’ai un masque pour l’occasion qui s’en vient aussi, je ne sais pas quand », a raconté Anderson, qui pourrait utiliser ce nouveau look pour des matches réguliers également. C’est la première fois depuis qu’il a joué junior à Guelph que ses jambières ne sont pas blanches.

Mike Condon a également du nouvel équipement qui a été commandé pour cette occasion spéciale.

Le chien de Duchene

Matt Duchene a révélé après le match de jeudi et que son épouse et lui se sont trouvé une résidence dans la région de la capitale, dans laquelle ils emménageront à la mi-décembre. Il a décidé de louer, dans un quartier « entre le centre-ville et l’aréna » (on va présumer dans le quartier Westboro, où plusieurs de ses coéquipiers habitent), vu qu’il vit « au jour le jour, ou au mois par mois » à l’heure actuelle.

En attendant, il reste à l’hôtel avec son chien Paisley. « Il a fallu que je sorte le faire marcher à 3 h du matin hier, ce n’était pas le fun. Nous avons bien hâte de nous installer, ça va être une autre étape de franchie », a raconté Duchene, qui a dévoilé que son épouse s’occupe du compte Instagram de l’épagneul breton en question (paisleythebrittany a près de 4000 abonnés).

Entre les lignes

Après le match contre les Coyotes, les Sénateurs vont prendre le chemin de New York pour affronter les Rangers dimanche soir. L’ancien des Blueshirts Derick Brassard a dit que « ce sera un match comme les autres après les avoir affrontés neuf fois l’an dernier (incluant les séries) »...

Le club devait à l’origine rentrer à Ottawa après ce match, avant de repartir mardi pour Washington et Columbus, mais il restera plutôt à New York pour profiter d’une journée de congé lundi. « Après ce qu’on a vécu (en Suède), ça commence à faire beaucoup de voyagement. On veut passer des nuits à la même place », a expliqué Guy Boucher...

Après le match de samedi, les Sénateurs joueront 10 de leurs 11 matches suivants à l’étranger en raison de la tenue du tournoi de qualification olympique de curling au CCT.