« Carey demeure quand même le gardien que tous les directeurs généraux choisiraient pour bâtir leur club. Je ne m’en fais pas pour lui. », a affirmé le gardien auxiliaire des Sénateurs, Mike Condon.

Condon ne s’en fait pas pour son ami Price

Mike Condon a eu la chance d’affronter 29 des 31 équipes de la LNH. Il n’a toujours pas croisé les Golden Knights de Vegas. Il ne s’est pas frotté au Canadien, non plus.

Le gardien de buts numéro deux des Sénateurs n’aura pas la chance d’affronter ses anciens coéquipiers lundi. Craig Anderson sera l’homme de confiance de Guy Boucher.

« Je n’ai pas de vendetta, rien du genre. Le Canadien m’a donné ma première chance. Sans cette organisation, je n’aurais peut-être jamais quitté la Ligue East Coast. Mon prochain match sera le 100e de ma carrière. À une certaine époque, je n’imaginais même pas que j’aurais la chance d’en disputer un seul. »

« Pour cette raison, il y aura toujours une place dans mon cœur pour le Canadien. C’est juste que cette place n’est pas très grande à l’heure actuelle... »

Même s’il défend aujourd’hui le filet d’un club rival, Condon a de la compassion pour ses vieux copains. 

Il y a Carey Price, d’abord. Son ancien partenaire connaît un de ses pires débuts de saison en carrière. Toute sa frustration a bien paru, dans un récent match à Anaheim, quand il a fracassé son bâton contre un poteau.

« Vous êtes surpris parce que vous avez l’habitude de côtoyer un homme très calme. En surface, c’est bien le cas. Cela ne veut pas dire que le feu ne brûle pas en lui. Il est un homme terriblement compétitif, dans les matches comme dans les séances d’entraînement. »

« Sa petite poussée de colère a duré deux secondes à peine. Ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose quand un gardien laisse sortir sa frustration. Ça démontre, simplement, que les succès de l’équipe lui tiennent à cœur. »

Condon peut concevoir que la pression est très forte, en ce moment, pour les joueurs du Canadien. « Moi, quand je jouais à Montréal, je ne consultais jamais Twitter et Instagram. J’essayais de regarder exclusivement Netflix. »

« Carey demeure quand même le gardien que tous les directeurs généraux choisiraient pour bâtir leur club. Je ne m’en fais pas pour lui. »