Brady Tkachuk s’est blessé en première période du match de lundi contre les Stars de Dallas.

Comment faire sans Tkachuk?

L’absence de Brady Tkachuk pour un mois a forcé Guy Boucher à brasser ses cartes à nouveau, ce qu’il aime toujours faire de toute façon.

Sans son excellente recrue, qui s’est déchiré un ligament à une jambe (pas à un genou ou une cheville, a-t-il réitéré jeudi), l’entraîneur-chef des Sénateurs d’Ottawa a promu le vétéran Bobby Ryan au sein de son top-6, aux côtés de Matt Duchene et Mikkel Boedker, alors que Ryan Dzingel, qui revient de sa propre blessure au bas du corps, remplaçait le premier choix de l’équipe aux côtés de Chris Tierney et Mark Stone, une ligne qui avait été dangereuse lundi contre les Stars de Dallas.

Zack Smith s’est pour sa part retrouvé sur une troisième ligne avec Magnus Paajarvi et Tom Pyatt.

Boucher ne cache pas que son club va s’ennuyer de son jeune attaquant de 19 ans.

« Il a eu un impact immédiat. C’est un de ces gars qui arrive et qui a un impact immédiat, il peut jouer dans des situations importantes dès le départ. Son unité de jeu de puissance faisait très bien. À cinq contre cinq, ce n’est pas juste la présence qu’il amène devant le filet, mais ce qu’il fait une fois rendu là aussi. Il faisait une différence avec et sans la rondelle là, il est fantastique pour ça. C’est son bureau, et c’était énorme pour nous. Le perdre comme ça, avec ce qu’il a fait jusqu’à maintenant pour devenir un gros morceau de notre attaque peu importe son âge, c’est énorme. On va devoir trouver un moyen de compenser en tant que groupe, avoir des gars qui vont faire ce travail », a souligné Boucher après l’entraînement des siens jeudi au Centre Canadian Tire, au lendemain de leur excursion au Centre Robert-Guertin de Gatineau.

Garder le moral

Tkachuk, qui avait trois buts et trois passes à sa fiche à ses quatre premiers matches en carrière dans la LNH, garderait un bon moral devant cet autre contretemps, assure son coéquipier Mark Stone, chez qui il habite en pension. Un Stone qui a assuré, en passant, qu’il sera à son poste samedi contre le Canadien de Montréal, après avoir raté la pratique de mercredi pour soigner une blessure mineure.

« C’est difficile de le perdre, il jouait si bien pour nous. Mais en même temps, un gars si jeune devrait s’en remettre assez rapidement. Il est un batailleur et un compétiteur, il a fini le match (de lundi) sur l’adrénaline et parce qu’il est pas mal tough. Il fait tout pour aider son équipe à gagner et nous avons été chanceux qu’il reste pour marquer le but gagnant. Dommage que le lendemain, on ait appris qu’il serait absent pour un mois », a-t-il d’abord souligné.

« J’ai eu des blessures à ma première année chez les professionnels moi aussi alors que je jouais à Binghamton, c’est difficile à accepter alors que tu tentes de faire ta place dans la ligue. Il est bon jusqu’à maintenant, il a assez de gens pour l’appuyer à travers ça, avec son père (Keith) et son frère (Matthew), ainsi que ses représentants. Ils font du bon travail pour l’aider à traverser cette épreuve en demeurant patient. Il va être correct et il va être prêt à jouer en novembre », a ajouté Stone.

L’autre recrue des Sénateurs qui connaît un excellent début de saison, Maxime Lajoie, regrettait de voir son jeune coéquipier s’absenter de la sorte pour une longue période. « C’est pas mal plate de le perdre, c’est un gars super le fun dans la chambre et il a plein d’énergie sur la glace. C’est dur de le perdre, mais je pense qu’on a des gars qui vont lever leur jeu d’un cran et nous donner de l’attaque en son absence », a noté le défenseur de 20 ans.

+

Bonnes et moins bonnes nouvelles de l’infirmerie

Il y avait un peu moins de monde à l’infirmerie des Sénateurs jeudi. Alors que Brady Tkachuk y prenait place pour le prochain mois, il y avait au moins Mark Stone, Ryan Dzingel et Max McCormick qui étaient de retour sur la patinoire avec leurs coéquipiers.

L’attaquant recrue Alex Formenton, qui se remet d’une commotion cérébrale, a patiné lui aussi avec le club, portant un chandail pourpre indiquant qu’il ne devait pas subir de contact physique. Il est rentré au vestiaire après une vingtaine de minutes, cependant. « Il a fait exactement ce qu’il était censé faire, il est resté aussi longtemps qu’il devait le faire. On savait déjà dans son cas qu’il ne jouerait pas samedi (contre Montréal), on va voir pour la semaine prochaine », a indiqué l’entraîneur-chef Guy Boucher.

Il est dans le même bateau que le vétéran défenseur Cody Ceci, qui a patiné en solitaire alors qu’il se remet de deux problèmes au haut du corps. Il est acquis qu’il ne jouera pas samedi. Boucher a laissé entendre qu’il a bon espoir que Dzingel (bas du corps) pourra affronter le Tricolore, une confirmation devant venir vendredi. Dans le cas de McCormick (aine), il pourrait devoir attendre jusqu’à samedi avant d’obtenir une confirmation quant à son statut.

Dans ce contexte, il ne sait pas encore quel genre d’alignement il enverra dans la mêlée samedi, ou si l’équipe aura besoin de rappeler du renfort du club-école de Belleville. 

« On va voir, tout va dépendre si on y va avec 7 défenseurs et 11 attaquants, si on récupère un gars d’attaque à cinq ou de désavantage numérique, un gars de deux premières lignes ou de quatrième. L’approche pourrait changer. J’aimerais pouvoir vous donner mon alignement pour samedi, mais je ne sais pas », a dit Boucher, qui a au moins confirmé que Craig Anderson sera son gardien partant.

L’équipe ne manque pas d’options pour un rappel de joueurs méritants à Belleville, où l’attaquant Drake Batherson a récolté trois passes dans un gain de 5-2 contre Binghamton mercredi soir lors du match inaugural à domicile des petits Senators. Nick Paul, rétrogradé mardi, y est allé d’un but, tout comme Rudolfs Balcers. Grippé, le défenseur Christian Jaros a pour sa part raté le match.