Ryan Dzingel tente de rattraper Colton Parayko des Blues au cours de la première période, mardi soir.

Colin White commence à être à l’aise

ST. LOUIS — L’épidémie de blessures qui frappe les Sénateurs ne les aide pas à sortir de leur torpeur, mais elle a du bon parce qu’elle permet à leurs meilleurs espoirs de commencer à prendre leurs aises dans la LNH.

C’est le cas du défenseur Thomas Chabot depuis un bout de temps, et ce l’est maintenant aussi pour l’attaquant Colin White, l’autre choix de première ronde de 2015.

Après le match de lundi soir au Minnesota, l’entraîneur-chef Guy Boucher a déclaré qu’il venait de disputer son meilleur match dans l’uniforme des Sénateurs, lui qui en jouait un septième, dont cinq cette saison.

Le centre comparé à Patrice Bergeron, des Bruins, a obtenu quelques bonnes chances de compter lui-même et il en a préparé d’autres que son compagnon de trio Tom Pyatt n’a pu compléter, l’empêchant de mettre la main sur son premier point.

« Au fil des matches, je pense que je gagne de la confiance. Je pense en effet que c’était mon meilleur match,. Je ne faisais pas juste me débarrasser de la rondelle, je la gardais plus longtemps pour faire des jeux. La confiance est importante, c’est une bonne chose si je peux en gagner un peu plus », a-t-il commenté mardi midi, quelques heures avant d’affronter les Blues.

« Au début, je ne voulais pas faire d’erreurs, je me dépêchais tout le temps. Là, le jeu semble avoir ralenti un peu. C’est certain que j’ai hâte d’obtenir un premier point, mais en jouant à ma manière aux deux bouts de la glace, je sais que ça va venir, une bonne défensive mène à de l’offensive. J’ai eu de bonnes chances (lundi) soir, donc je vais espérer que ça s’en vient », a-t-il ajouté, nettement plus à l’aise devant les journalistes également alors qu’il offrait des réponses très courtes par le passé. 

White a notamment été frustré par le gardien Alex Stalock alors qu’il a coupé seul devant lui après avoir accepté une passe de Ryan Dzingel.

Son entraîneur-chef Guy Boucher a réitéré mardi que White a offert sa meilleure performance avec son club.

« C’était définitivement son meilleur match. Ce que j’ai trouvé, c’est qu’il a bien géré la position de centre et celle d’ailier, vu qu’il alterne avec Smitty (Zack Smith). Pour un jeune comme lui, il n’est pas facile de jouer au centre. Même pour les meilleurs comme Sidney Crosby et Auston Matthews, les mises au jeu sont très difficiles au début, les gars sont forts et expérimentés, ils connaissent tous les trucs. Les gens ne le réalisent pas, mais c’est beaucoup de pression de gagner les mises au jeu à des moments cruciaux », a-t-il noté.

« En le faisant de cette façon (jouer à l’aile et au centre), il peut grandir au bon rythme. Il fait les petites choses très bien, et ce que j’aime aussi, c’est qu’il est un batailleur et il est acharné. Il est comme ça et s’il continue à progresser comme ça, à ce rythme, nous allons avoir un joueur plus rapidement que prévu. Mais il n’y a pas de pression sur lui, il ne peut devenir ce qu’on veut qu’il devienne au rythme qu’on veut, il faut que ce soit au rythme qu’il est capable de le faire. C’est la même chose pour Chabot », a-t-il ajouté.

White affirme qu’il est complètement remis de la fracture au poignet qu’il a subie lors d’un match hors-concours contre Toronto.

« J’ai eu de la difficulté sur les mises au jeu au début et ça arrive encore ici et là. Mais en général, je pense que c’est presque à 100 %. La bonne affaire ici, c’est que Zack Smith peut prendre la majorité des mises au jeu et s’il se fait éjecter du cercle, je peux le remplacer. C’est bon qu’on puisse en prendre tous les deux », estime White, qui n’a gagné que 22 % de ses mises au jeu jusqu’à maintenant cette saison.

Chlapik blessé

En plus de Mark Stone qui a raté un deuxième match de suite en raison d’une inflammation au genou, les Sénateurs ont dû se débrouiller sans les services du centre recrue Filip Chlapik, qui a été blessé au bas du corps lors du match de lundi au Minnesota, possiblement quand il est entré en collision avec Marcus Foligno, qui a été puni pour l’avoir fait trébucher. Les Sénateurs ont rappelé l’attaquant Mac McCormick de Belleville pour le remplacer, mais comme son vol en direction de St. Louis ne lui aurait pas permis de se rendre à temps pour le match contre les Blues, ce rappel a été annulé et Boucher a habillé un septième défenseur, Erik Burgdoerfer. Ce dernier avait été rappelé lundi comme police d’assurance, en même temps que Chris DiDomenico.

Brassard à l’honneur aussi

Jean-Gabriel Pageau ne sera pas le seul joueur des Sénateurs à voir son chandail être retiré par l’Intrépide midget AAA de Gatineau, l’organisation ayant approché le Gatinois Derick Brassard afin de souligner son passage au sein de l’organisation, lui qui a joué pour eux en 2002-2003 et 2003-2004, amassant 104 points en 74 matches. « Je dois parler à Alain Sanscartier, ça se peut que ça se fasse dimanche en même temps que Jean-Gabriel. On avait parlé d’un autre jour, mais je ne sais pas si ça va marcher. C’est un bel honneur pour nous deux, On est fier d’être des joueurs de l’Outaouais qui ont réussi à percer. On a eu un bel exemple devant nous en Daniel Brière et ça va être un honneur de voir notre gilet être retiré », a confié Brassard, qui a porté le numéro 23 avec l’Intrépide.

Protéger Chabot

Guy Boucher avait annoncé son intention de donner plus de glace à Thomas Chabot en l’absence de Johnny Oduya, mais il s’est ravisé mardi alors qu’il trouvait que son défenseur recrue a connu certaines difficultés lundi soir contre le Wild. Il était sur la glace lors des deux buts du Wild à forces égales, avec son partenaire Erik Karlsson qui s’est aussi fait prendre sur le but en avantage numérique de Mikael Granlund. « Affronter les meilleurs joueurs adverses présence après présence, ça peut devenir difficile et il faut qu’on gère ça comme il faut, on va probablement le faire alterner avec quelqu’un d’autre (mardi contre St. Louis). On ne veut pas qu’il soit débordé, on veut qu’il continue à progresser par intervalle », a dit Boucher, qui a utilisé Fredrik Claesson avec Karlsson contre les Blues.