Cody Ceci félicite son nouveau coéquipier Anthony Duclair après son but marqué en première période.

Cody Ceci va s’ennuyer de son ami Mark Stone

WASHINGTON — Il y avait bel et bien de l’intérêt pour Cody Ceci, à travers la LNH, à l’approche de la date limite des transactions.

Au moins une formation a sérieusement étudié la possibilité de faire l’acquisition du jeune vétéran des Sénateurs.

« Les dirigeants de cette équipe ont demandé à Pierre Dorion de ne pas m’utiliser dans notre match, dimanche soir. Ils ne voulaient pas que je me blesse », a révélé Ceci, mardi.

Ceci se trouvait au Capitol One Arena, lundi matin. Il portait encore le chandail des Sénateurs.

Des équipes qui cherchaient de l’aide en défensive ont attendu la dernière heure pour bouger. Erik Gudbranson s’est retrouvé à Pittsburgh. Michael Del Zotto s’est joint aux Blues de Saint-Louis. Nathan Beaulieu a quitté les bancs de neige de Buffalo pour atterrir dans... les bancs de neige de Winnipeg.

Ceci a repris le travail comme si de rien n’était, avec la seule organisation qu’il a connue jusqu’à maintenant. Il ne sait pas trop ce que lui réserve l’avenir.

« J’ai parlé à Pierre. Il s’est excusé de m’avoir fait rater un match. Il n’était pas obligé de le faire. Je comprends que ce sont des choses qui arrivent, au hockey, à cette période de l’année. »

« J’imagine que nous allons nous asseoir, pour discuter sérieusement, à la fin de la saison. Il me dira si je fais toujours partie des plans de l’organisation. J’imagine que plusieurs facteurs, comme le développement des jeunes espoirs, auront un impact sur mon avenir. »

S’il n’y a plus de place pour lui à Ottawa, le défenseur droitier de 25 ans pourra toujours envisager l’avenir avec une petite dose d’optimisme. Même s’il présente un des pires différentiels de toute la LNH, depuis deux ans, une autre organisation était prête à lui offrir une seconde chance.

S’il tente sa chance au jeu des joueurs autonomes, en juillet, il devrait être capable de se trouver du travail.

« Il n’est pas facile d’envisager un changement d’organisation, dit-il. Mais c’est quand même positif et encourageant de voir qu’il y a de l’intérêt pour moi ailleurs. »

Vieil ami

Ceci a lui-même cherché à faire dévier la conversation. « La dernière semaine n’a pas été facile, pour moi. Je n’étais pas le seul joueur à nager dans l’incertitude. Au final, je reste, mais j’ai perdu un de mes meilleurs amis. »

C’est vrai. Le jeune défenseur s’est rapidement lié d’amitié avec Mark Stone, à l’époque où il participait aux camps de perfectionnement estivaux des Sénateurs.

Les deux joueurs ont été colocataires, quand ils ont donné leurs premiers coups de patin dans la LNH.

« La décision de partir n’a pas été facile à prendre, confie Ceci. Mark était déchiré. Il était à l’aise à Ottawa. Il aime beaucoup Ottawa. En fin de compte, il a décidé de saisir la belle opportunité qui lui était offerte. »

Ceci a vu la vidéo publiée dans les réseaux sociaux par les Golden Knights de Vegas, dans la nuit de lundi à mardi. Un impressionnant comité d’accueil – des percussionnistes, des cheerleaders, des mascottes et même des showgirls – attendait le nouveau joueur de concession à l’aéroport.

Ceci a surtout vu le sourire fendu jusqu’aux oreilles de son copain.

« Ils vont bien prendre soin de lui, ça saute aux yeux », note-t-il.

« Ce n’est pas tout. Mark m’a envoyé quelques snaps dans les dernières heures. Il voulait que je voie l’hôtel où il sera logé dans les prochaines semaines. C’est pas mal cool. Mark se retrouve dans une très bonne organisation. Pour cette raison, je suis très content pour lui. »

+

Oscar Lindberg (24) a touché la cible à son premier match avec les Sénateurs.

LINDBERG EST « EXCITÉ » DE QUITTER VEGAS POUR S'INSTALLER À OTTAWA

WASHINGTON — Las Vegas, capitale du divertissement. Las Vegas, ville de hockey.

Il fait bon vivre sur la côte ouest, tout en appartenant à un club gagnant qui aspire une fois de plus, cette année, à la coupe Stanley.

Ça doit être drôlement stimulant de s’entraîner, chaque jour, dans un petit aréna rempli à pleine capacité.

«C’était vraiment cool de faire partie de tout ça», a reconnu le nouvel attaquant des Sénateurs, Oscar Lindberg.

Le Suédois de 27 ans se dit quand même «excité» à l’idée de se joindre aux Sénateurs.

Vraiment ?

«Je me retrouvais dans une situation différente. On m’a utilisé de façon très sporadique dans les derniers mois», explique-t-il.

Une intéressante façon de voir les choses. Lindberg a participé à 35 des 63 premières parties des Golden Knights, cette saison. 

L’entraîneur-chef Gerard Gallant a fait appel à lui régulièrement, dans les dernières semaines. Les résultats n’ont pas été mauvais. Dans ses cinq dernières parties, dans le désert, il a inscrit trois points.

Le joueur se doutait bien que sa place n’était jamais acquise, et qu’il pouvait retourner dans les gradins à n’importe quel moment.

«Ici, au moins, je sais que j’aurai la chance de jouer plusieurs matches d’ici la fin de la saison», affirme celui dont le contrat arrive à échéance.

«Si je veux continuer de faire carrière dans la Ligue nationale, je dois prouver que je suis capable de jouer du bon hockey. Il n’est pas facile de jouer du bon hockey quand on ne fait pas partie de l’alignement. Je veux vraiment laisser ma marque, d’ici la fin de la saison», dit celui qui a déjà connu une saison de 28 points.

«Je suis efficace dans les deux sens de la patinoire.»

L’autre attaquant acquis par les Sénateurs à la date limite des transactions, l’Américain Brian Gibbons, a utilisé la même phrase pour se décrire à titre de joueur.

«Je suis un joueur honnête qui essaie d’utiliser sa vitesse pour se rendre utile un peu partout sur la glace.»

Il avait aussi besoin de changer d’air.