Tyler Ennis

Cinq Sénateurs susceptibles de changer d’adresse

DéTROIT — Pierre Dorion n’est pas dans le giron de son équipe cette semaine, le DG des Sénateurs étant resté dans la capitale nationale pour tenir sa réunion habituelle de mi-saison avec les dépisteurs professionnels du club.

Les travailleurs de l’ombre que sont Jim Clark, Michael Abbamont, John Perpich et Rob Murphy vont donner leurs opinions sur de nombreux joueurs à travers la LNH et les mineures qui pourraient intéresser leur patron sur le marché des transactions, celui-ci devant s’animer bientôt alors que la date limite du 24 février approche.

Ce n’est probablement pas là que la valeur des Sénateurs présentement sous contrat mais avec qui il faut négocier – Pageau, DeMelo et Borowiecki (voir texte page 30) – va être discutée, mais les retours attendus pour d’autres joueurs qui pourraient susciter de l’intérêt feront certes l’objet de débats animés.

On peut présumer que Dorion va tenter de s’entendre avec ses trois populaires vétérans, mais pour les autres, acquis depuis l’été dernier pour permettre aux espoirs de poursuivre leur développement à Belleville, c’est une autre histoire. On va présumer également qu’il ne cherchera pas à transiger des joueurs qui seront autonomes avec compensation l’été prochain – Anthony Duclair, Connor Brown et Nick Paul, notamment. Et que des vétérans aux salaires trop élevés comme Mikkel Boedker, Bobby Ryan (s’il revient bientôt) et Artem Anisimov sont difficiles, sinon impossibles, à troquer.

Il reste ce top–5 des Sénateurs qui pourraient – devraient ? – changer d’adresse d’ici six semaines alors qu’ils seront agents libres le 1er juillet prochain.

Tyler Ennis

1- Tyler Ennis

Mis sous contrat pour un an à un salaire de 800 000 $ l’été dernier, Ennis représente une belle aubaine. Il est une petite boule d’énergie qui travaille sans relâche et qui a des habiletés indéniables. Ses 11 buts sont le quatrième plus haut total du club, et il est deuxième derrière Duclair pour les buts en avantage numérique avec trois. Un club cherchant de la profondeur devrait être prêt à payer un choix de quatrième ronde pour lui.

+++

2- Ron Hainsey

Ron Hainsey

D.J. Smith ne cesse de dire à quel point il a une bonne influence sur ses jeunes joueurs, mais il semble pourtant être toujours un des derniers joueurs sur la glace pour les entraînements et le premier à quitter à la fin de ceux-ci. Il devait être le mentor d’Erik Bränsström, qui n’a pas vraiment progressé et a été rétrogradé à Belleville. L’arrière de 38 ans se remet d’une blessure, mais son expérience de gagnant de la coupe Stanley devrait quand même intéresser quelques clubs, malgré son salaire élevé (3,5 M$). Un choix de sixième ronde suffirait probablement.

+++

Vladislav Namestnikov

3- Vladislav Namestnikov

L’attaquant russe acquis en début de saison des Rangers connaît une saison moyenne (huit buts, 18 points en 38 matches), mais il est bon en désavantage numérique, ayant compté deux buts dans ces conditions, ce qui peut être utile pour un club aspirant aux grands honneurs. Son salaire de 3,25 M$ est assez élevé, mais pour deux mois de saison régulière et à un coût assez bas (un choix de cinquième ronde ?), il pourrait faire le bonheur d’un club cherchant du renfort.

+++

Craig Anderson

4- Craig Anderson

Le vétéran gardien a rendu de fiers services aux Sénateurs au cours de la dernière décennie et alors que sa succession semble bien en place avec Anders Nilsson et Marcus Högberg, il ne reste qu’à voir s’il y aura un marché pour un cerbère de 38 ans au salaire de 4,75 M$. Il faudrait probablement qu’un partant se blesse et même là, il y a d’autres options, comme Corey Crawford et Robin Lehner à Chicago. L’envoyer aux Panthers pour appuyer Sergeï Bobrovsky serait lui faire une belle fleur, lui qui habite près de Fort Lauderdale. Mais il ne serait pas surprenant qu’il soit toujours à Ottawa pour disputer un dernier match avant de prendre sa retraite.

+++

Chris Tierney

5- Chris Tierney

Il ne sera joueur autonome avec compensation que l’été prochain, mais si quelqu’un veut l’avoir à son salaire actuel de 2,9 M$, il serait avisé de le laisser partir (tout en gardant Pageau) pour faire de la place pour Josh Norris, qui pète le feu à Belleville.