Maxime Lajoie, qui a souligné le 2000e match des Sénateurs avec ce but, n’était pas encore né quand son équipe a vu le jour.

Cinq matches des Sénateurs mémorables parmi 2000

Les Sénateurs affrontaient leurs cousins de l’expansion de 1992-1993, le Lighting, dimanche soir dans ce qui était le 2000e match de leur histoire respective.

Cette étape numérologique n’était pas une occasion de célébrer avec trop de vigueur pour Ottawa, alors que ça survenait au lendemain d’un revers de 9-2 à Buffalo lors de leur 1999e partie. Une défaite qui rappelait la pire de leurs 26 saisons dans la LNH, une volée de 12-3 encaissée au début de leur saison inaugurale, le 30 octobre 1992 à... Buffalo !

Alors que cette saison 2018-2019 s’annonce difficile, il vaut quand même la peine de faire un retour dans le temps pour se remémorer quelques bons moments d’une histoire qui a commencé dans le vestiaire d’un aréna de quartier d’Ottawa.

Voici donc cinq matches mémorables qui ne se seraient pas produits si ce trio n’avait pas pourchassé ce rêve que plusieurs croyaient impossible.

Match no 1

Deux ans et demi après avoir obtenu leur franchise, les Sénateurs de l’entraîneur-chef Rick Bowness lancent leur campagne inaugurale le 8 octobre 1992 en accueillant le Canadien de Montréal au Centre municipal, rempli à capacité de 10 449 amateurs. Contre toutes attentes, ils l’emportent 5-3 contre les futurs champions de la coupe Stanley qui ont Patrick Roy devant le filet. Neil Brady compte le premier but de l’histoire du club et Sylvain Turgeon marque le but de la victoire contre le club qui l’a laissé partir au repêchage d’expansion.

Match No 81

À la fin de cette première saison de misère, les Sénateurs se présentent au Nassau Coliseum pour se mesurer aux Islanders de New York. Ils parviennent à l’emporter 5-3 grâce au tour du chapeau du premier capitaine, Laurie Boschman. Ce dernier marque ses deux derniers buts dans la dernière minute de jeu. Ce gain met fin à une série de 14 défaites de suite. « Personne ne s’habitue à perdre », a dit Boschman après le match.

Match No 259

Après deux saisons complètes au Centre municipal, une autre écourtée par un lock-out, puis une dernière demi-saison sur la rue Bank, le Palladium est enfin prêt pour devenir le nouveau domicile des Sénateurs. Deux jours après l’inauguration de l’amphithéâtre avec un concert de Bryan Adams, les Sénateurs sont blanchis 3-0 par Jocelyn Thibault et le Canadien le 17 janvier 1996.

Match No 380

Jacques Martin a pris la barre d’un club qui compte maintenant Daniel Alfredsson dans ses rangs. Grâce à un but de Steve Duchesne sur une passe d’Alexeï Yashin pour un gain de 1-0 contre Buffalo au dernier match de la saison régulière, les Sénateurs se qualifient pour les séries éliminatoires pour la première fois. Ils s’inclineront en sept matches devant ces mêmes Sabres.

Match No 1168

Plusieurs bons matches ont lieu en 2006-2007, alors que le club atteint la finale de la coupe Stanley au printemps. La saison suivante, Daniel Alfredsson connaîtra son meilleur match en carrière et établira un record d’équipe en récoltant sept points, dont un tour du chapeau, dans un gain de 8-4 à Tampa Bay le 24 janvier 2008. « Quand ça vient, tu les prends », dit Alfredsson après coup, lui qui verra son numéro 11 être retiré par le club le 29 décembre 2016.

Match No 1935

Après être passés à un but près de la finale de la coupe Stanley, les Sénateurs connaissent une saison 2017-2018 difficile. Au milieu de celle-ci, ils accueillent le Canadien pour la Classique 100, un match en plein air à la Place TD à laquelle assisteront 33 959 spectateurs le 16 décembre 2017. Le Gatinois Jean-Gabriel Pageau compte un but contre ses victimes favorites dans un gain de 3-0 contre le Tricolore.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Retour de Borowiecki

Le défenseur Mark Borowiecki a purgé le troisième et dernier match de sa suspension samedi pendant que ses coéquipiers se faisaient varloper 9-2 à Buffalo. Il a réintégré la formation à sept défenseurs des siens dimanche à la place d’Erik Burgdoerfer. « Subconsciemment, peut-être que je vais changer ma façon de jouer, je ne sais pas. Je ne pense pas changer qui je suis, je ne suis pas là pour chasser des têtes ou être un prédateur, contrairement à ce que certaines personnes peuvent penser. Je joue selon mes instincts, qui sont de jouer avec ardeur et être physique. Ça ne changera pas, mais je dois trouver un équilibre dans mon jeu », a avancé celui qui a été suspendu pour quatre des cinq dernières parties des siens.

Encore Anderson

Comme Craig Anderson a été retiré du match de samedi après avoir alloué trois buts en 15 minutes, et que Mike McKenna n’a pas trop bien fait en relève en accordant six buts (il a une moyenne de 7,83 et un taux d’efficacité de ,806), Guy Boucher n’a pas eu trop le choix de se tourner à nouveau vers son vétéran cerbère, qui participait à un 10e match consécutif dimanche contre le Lightning. « On gère ça en lui donnant des congés d’entraînements et des journées de congé tout court. Si vous lui demandez, il vous dira qu’il aime avant tout jouer », a indiqué Boucher. Son adjoint régulier, Mike Condon, doit être cédé à Belleville lundi.