Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Cinq clés pour causer une surprise

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Qu’ils soient dans la division canadienne plutôt que dans la division Atlantique, les attentes demeurent les mêmes pour les Sénateurs: rare sont les observateurs qui les voient ailleurs qu’au septième et dernier rang pour cette saison 2021 écourtée.

Au fil d’un camp d’entraînement à huis clos où il est difficile pour les nouveaux venus d’apprendre à connaître leurs coéquipiers, parlez-en à Braydon Coburn qui a raconté s’être présenté au même joueur à plus d’une reprise parce qu’il portait un masque, ils auront peine à forger un esprit d’équipe qui, normalement, s’avère important pour toute équipe de hockey.

Ça n’empêche pas un des nouveaux leaders de l’équipe, le défenseur originaire d’Orléans Erik Gudbranson, de penser que tout est possible pour la formation de son patelin.

Erik Gudbranson

« La direction nous a fait comprendre que les dernières années ici ont été inacceptables. Donc on s’attend à beaucoup mieux. On s’attend à beaucoup de nous-mêmes. Il va y avoir des douleurs de croissance, c’est normal quand vous êtes jeunes... L’équipe a cherché à envoyer cette équipe dans la bonne direction avec des échanges et des acquisitions de joueurs autonomes, et ce groupe a confiance que nous allons être meilleurs », a affirmé Gudbranson au début du camp.

Est-ce possible que les Sénateurs causent une énorme surprise et luttent pour une place en séries, eux qui ne s’y sont pas qualifié depuis leur printemps magique de 2017 ?

Thomas Chabot

Tout est possible dans le merveilleux monde du sport, même si on peut en douter.

Pour que ça arrive, il faudrait qu’au moins cinq choses se produisent.

1 — Matt Murray doit exceller

La plus importante acquisition de Pierre Dorion pendant la saison morte, Murray s’est vu consentir un contrat (6,2 M $ par an pour quatre saisons) qui le récompense pour deux coupes Stanley à Pittsburgh, et non pour avoir perdu son poste de partant à Tristan Jarry lors de la série contre Montréal dans la bulle de Toronto.

Auparavant, il a connu une saison régulière très ordinaire (taux d’efficacité de ,899). Pour avoir une chance de participer aux séries, il faudrait qu’il retrouve sa forme de sa saison recrue (après sa première coupe Stanley), quand il a délogé Marc-André Fleury avec son taux d’efficacité de ,923. Si jamais il n’est pas à la hauteur et que Marcus Högberg lui joue le même tour, Dorion aura une décision intéressante à prendre pour le repêchage d’expansion de Seattle l’été prochain.

2 — Tim Stützle est candidat au trophée Calder

Il est probablement le premier choix au repêchage le plus attendu depuis Jason Spezza au début des années 2000. Il est attendu en sauveur, une ballado populaire l’ayant déjà surnommé « Timmy Süperstar ».

Les Sénateurs vont tenter de modérer les attentes envers l’attaquant allemand de 18 ans, le plaçant à l’aile gauche plutôt qu’au centre pour commencer.

Mais après ses performances étincelantes au Championnat mondial junior d’Edmonton, où il a mené des Allemands démunis à une participation surprise aux quarts de finale, une adaptation rapide à la LNH pourrait changer la donne dans la capitale nationale.

3 — Thomas Chabot est candidat au trophée Norris

À la première année de sa prolongation de contrat de huit ans pour 8 M $/an, le défenseur vedette aura une nouvelle pression sur les épaules, en plus d’être un des trois assistants-capitaine du club. Pour qu’Ottawa reste dans la course aux séries, il faudra que Chabot produise comme il le faisait en première moitié de la saison 2018-2019, alors qu’il avait 38 points en 38 matches avant d’être blessé à une épaule. Il a amélioré son jeu défensif l’an dernier, au point où il a mené la ligue pour le temps de glace, et il sera intéressant de voir comment Erik Gudbranson pourra l’appuyer sur la première paire.

4 — Qu’un premier centre se lève

Pierre Dorion a fait l’acquisition de Derek Stepan juste avant le début du camp pour que ce vétéran affronte les meilleurs centres adverses, comme Connor McDavid et Auston Matthews, dans la division Nord. Dans un monde idéal, il ferait cela sur un troisième trio, comme le faisait Jean-Gabriel Pageau (sauf la saison dernière) avant lui, alors qu’un des jeunes centres de l’organisation, que ce soit Colin White, Logan Brown ou Josh Norris, prendrait le contrôle du premier trio qui sera complété Brady Tkachuk et Evgenii Dadonov.

5 — Galchenyuk imite Duclair

Les Sénateurs aiment bien les projets de réhabilitation. Après Anthony Duclair, à qui ils ont tourné le dos avant qu’il n’ait droit à l’arbitrage salarial, ils vont tenter de relancer la carrière d’Alex Galchenyuk, ancien compteur de 30 buts avec le Canadien. Sa production a chuté ensuite et il s’est contenté de huit buts l’an dernier, entre Pittsburgh et le Minnesota. Il devrait être motivé en jouant 10 parties contre Montréal, et s’il redevient un compteur de 20 buts, ça aiderait grandement.