Chris Phillips, lors d'un récent match contre le Canadien.

Chris Phillips est prêt à reprendre le collier

Chris Phillips était de retour sur la patinoire avec ses coéquipiers hier et il devrait être en mesure d'affronter les Blackhawks ce soir.
Le vétéran défenseur des Sénateurs s'en est tiré à bon compte après être entré tête première dans la bande lundi dernier à Tampa Bay, à l'issue d'une course pour la rondelle l'opposant à Ryan Malone, du Lightning.
Phillips avait quitté ce match et il n'a pas joué le lendemain contre les Panthers à Sunrise, mais après une journée de congé au retour en ville de l'équipe, il disait «se sentir bien».
«Tout allait comme c'est supposé aller, j'étais content. C'était une bonne chute, je l'ai ressentie pour quelques jours. Mais là, je me sens beaucoup mieux, a-t-il dit sans entrer dans les détails de ses maux. J'avais mal un peu partout. Il y avait plusieurs membres affectés. Les quelques jours de congé ont certainement aidé.»
Son patron Paul MacLean a indiqué qu'il attendrait à aujourd'hui avant de déterminer si Phillips réintègre bel et bien l'alignement. Il en allait de même pour le centre Mika Zibanejad, qui a raté la partie de mardi en Floride en raison d'une blessure au haut du corps, mais qui était de retour à l'entraînement jeudi.
Phillips n'a pas regardé la reprise de sa chute, mais il a laissé entendre qu'il n'avait pas de reproche à adresser à Malone sur le jeu qui aurait très bien pu lui valoir une commotion cérébrale, ou pire encore.
Brouiller les cartes
«J'ai senti que nos patins se sont touchés ou quelque chose du genre, il ne m'a pas poussé ou quelque chose du genre. Il n'a rien fait de mal sur le jeu, et il me demandait par la suite comment je me sentais. Ça fait des années que je joue contre lui, il est un joueur assez honnête. C'est un de ces jeux qui arrivent parfois quand vous patinez à haute vitesse», a-t-il noté.
Les Sénateurs vont rater les séries éliminatoires pour seulement la troisième fois en 16 ans de carrière avec Phillips dans l'alignement, et celui-ci espère que les siens vont brouiller les cartes d'ici la fin de la campagne.
«Nous avons des matches à jouer et tout le monde lutte pour un emploi, un contrat, essayer de prouver aux entraîneurs et aux dirigeants que vous devriez rester ici, en plus de la fierté de porter ce chandail. Nous allons donc essayer de jouer du mieux qu'on le peut à chaque match d'ici la fin de la saison», a ajouté celui qui a signé une prolongation de contrat de deux ans le jour de la date limite des transactions dans la LNH, au début du mois.