Chris Phillips

Chris Phillips de retour sur la glace

Un défenseur perdu, un défenseur retrouvé. Trois joueurs manquaient à l'appel, mercredi après-midi, lorsque les Sénateurs d'Ottawa ont repris l'entraînement.
Dans deux des trois cas, pas de surprise. Erik Karlsson et Milan Michalek avaient joué à Sotchi plus tôt durant la journée. Personne ne s'attendait à les croiser à Kanata.
L'absence de Jared Cowen, en revanche, a fait jaser.
«Il est... grippé», a lancé l'entraîneur-chef Paul MacLean en pesant bien chacun de ses mots, en toute fin de journée, lors de ses retrouvailles avec les journalistes.
«On dirait qu'il n'aime pas les camps d'entraînement», a-t-il ajouté avec humour. Il faisait référence à la grève qui a poussé Cowen à rater une petite partie du «vrai» camp d'entraînement, en septembre dernier.
Le géant défenseur qui connaît une saison difficile devrait - en principe - participer au prochain match. Parce qu'il y a encore six jours à écouler avant le match en question. «Et c'est juste une grippe», rappelle MacLean.
Si Cowen ne s'est jamais pointé, hier, Chris Phillips a été le premier joueur à sauter sur la glace. Il s'agissait d'un retour sur patins pour celui qui a raté les sept matches qui ont précédé la pause olympique. Il a subi une blessure au «bas du corps».
«Ça s'est bien passé, a-t-il révélé. J'ai profité du congé pour prendre un peu de repos. Je m'étais bien entraîné aussi. Je n'avais cependant pas chaussé les patins. J'aurais bien voulu, mais il aurait été difficile de trouver une surface glacée dans les îles Turks-et-Caïcos...»
Il devrait aussi être disponible dans le prochain match, jeudi prochain, lorsque Daniel Alfredsson et ses nombreux coéquipiers olympiens seront de passage au Centre Canadian Tire.
MacLean entend profiter des prochaines journées qui sont à sa disposition pour apporter quelques modifications au système de jeu des Sénateurs. «Des petites modifications, en réalité. Nous n'avons pas besoin de tout chambarder», indique l'homme dont l'équipe présente une fiche de 9-4-4 en 2014.
La première journée du mini-camp n'a pas été la plus éreintante.
Les joueurs devaient sauter sur la glace à 14h. Il était passé 15h, finalement, lorsque MacLean a donné son premier coup de sifflet.
«Les gars voulaient regarder le match de hockey opposant le Canada et la Lettonie. Il n'a pas été très difficile de convaincre les patrons de nous accorder ce privilège», a indiqué un Phillips au teint bien basané.
Grandes demandes
Dans le vestiaire, en fin de journée, les joueurs n'avaient pas tellement envie de parler de hockey. Ils étaient bien plus enclins à partager leurs anecdotes de vacances.
Cory Conacher et Bobby Ryan ont profité de leurs voyages dans des destinations exotiques pour se fiancer.
Conacher était dans les Antilles lorsqu'il a fait la grande demande à sa copine de longue date, Shaynen Chadwick.
Ryan, contrairement à la plupart de ses coéquipiers, n'avait pas choisi de se réfugier au soleil. Il a tendu une bague à sa conjointe Danielle Rhodes au sommet de la tour Eiffel.
«Quinze secondes plus tard, tout était fini. C'est bien romantique, la tour, mais il faisait tellement froid là-haut que nous avions juste envie de redescendre en courant», confie l'attaquant.
Ryan risque d'avoir froid aujourd'hui également. La deuxième séance d'entraînement du mini-camp sera présentée à l'extérieur, au parc Jules-Morin d'Ottawa, vers 11h.