D.J. Smith a apprécié la contribution de Filip Chlapik dans la victoire contre San Jose.

Chlapik et Beaudin déjà de retour

Le malheur de Bobby Ryan fait certes le bonheur de Filip Chlapik.

L’attaquant tchèque de 22 ans est revenu dans le giron des Sénateurs jeudi, rappelé en même temps que le centre Jean-Christophe Beaudin alors que l’entraîneur-chef D.J. Smith entend utiliser le même alignement qui a eu raison des Sharks de San Jose dimanche dernier contre les Bruins samedi.

Les deux recrues étaient retournées au club-école de Belleville lundi dernier, histoire de sauver un peu d’argent vu qu’ils ont tous deux des contrats à deux sens.

Mais Smith a confirmé dès leur retour qu’ils formeront à nouveau son quatrième trio aux côtés de Scott Sabourin samedi soir à Boston, alors que le vétéran Ryan sera laissé de côté pour un deuxième match de suite, tenant compagnie à Mikkel Boedker sur la galerie de presse.

«On va y aller avec le même alignement. Le message est que si vous jouez bien et que vous jouez avec ardeur, vous pouvez jouer à nouveau. J’ai trouvé qu’ils ont été une grande raison de nos succès (contre les Sharks), ils frappaient tout ce qui bougeait et ils étaient du bon côté de la rondelle», a commenté Smith jeudi, lui qui disait considérer le quatrième trio des Bruins, pivoté par Sean Kuraly, comme le meilleur de la ligue (il estime que celui de Casey Cizikas avec les Islanders est vraiment une troisième ligne).

«Ce sont des trios qui changent le momentum pour vous et c’est ce que je recherche, des gars qui travaillent, se replient et rendent la vie difficile à l’adversaire», a-t-il ajouté.

Chlapik, un ancien compteur prolifique avec les Islanders de Charlottetown dans la LHJMQ, est prêt à faire tout ce que Smith lui demande pour rester dans la LNH.

«Tout ce que je veux, c’est rester ici. Si c’est ce que je dois faire, je dois le faire. Sur la quatrième ligne, il faut écouter D.J. qui parle toujours de travailler fort, il faut aller sur la glace et provoquer des choses. Envoyer la rondelle au fond de la zone et frapper des joueurs adverses, ce qui crée de l’énergie pour les autres lignes. On l’a fait (contre les Sharks) et on a gagné, c’était amusant surtout que mon meilleur ami (Tomas Hertl) joue pour eux», a raconté Chlapik à son retour dans le vestiaire du club de la LNH jeudi.

Chlapik a vécu un drôle de mois d’octobre alors qu’il s’est taillé un poste au camp d’entraînement et a disputé le match inaugural de la saison à Toronto, avant d’être relégué aux gradins pour le deuxième match, puis cédé à Belleville.

«Tu ne veux évidemment pas redescendre une fois que tu t’es taillé un poste dans l’équipe, tu veux jouer dans les big leagues. En même temps, il faut rester positif, tu ne peux pas aller là-bas (à Belleville) et être déçu. J’ai essayé de travailler fort et jouer de la même façon que je le ferai ici, m’occuper des détails et m’améliorer chaque jour», a-t-il relaté, rappelant qu’il avait commis un revirement lors du match contre les Maple Leafs «qui n’avait pas été mon meilleur» même s’il avait préparé le but de Sabourin.

Chlapik sympathise avec Ryan, qui se retrouve dans une bizarre de situation en tant que plus haut salarié de l’équipe. «C’est évident que tu ne veux pas voir ça. Bobby est un bon gars, il a toujours été bon avec moi. Ce n’est pas idéal de prendre sa place, mais je suis juste heureux d’être ici et d’avoir la chance de jouer», a-t-il noté.

Quant à Beaudin, qui jouera un quatrième match dans la LNH à Boston, il savoure chaque moment passé dans la LNH. «Ils (les dirigeants du club) m’en avaient parlé que je pourrais revenir, donc je suis resté prêt et je suis content d’être ici. Tout le temps que je passe ici, j’apprends beaucoup et je suis certain que je m’améliore beaucoup. Je prends tout ça comme une expérience, en espérant rester le plus longtemps possible.»