Bobby Ryan a jeté les gants devant son ancien coéquipier Kyle Turris.

Chabot tranche le débat contre les Predators

C’était la soirée country lundi au Centre Canadian Tire, mais les Sénateurs d’Ottawa n’ont pas laissé les Predators de Nashville se sentir totalement comme chez eux.

Après avoir laissé filer une avance de trois buts, les hommes de Guy Boucher leur ont infligé une première défaite contre un club de l’Est, après 11 gains de suite, 4-3 en prolongation devant 14 492 amateurs qui ont semblé apprécier l’ambiance western.

Ils ont certes aimé voir Thomas Chabot y aller du but gagnant après seulement 21 secondes de jeu lors de la quatrième période, profitant d’un revirement créé par Ryan Dzingel à la ligne bleue adverse. Il a ensuite servi une feinte magistrale à Ryan Johansen avant de déjouer le gardien Juuse Saros du côté rapproché.

« On ne voulait pas les laisser revenir, mais ils l’ont fait et c’était important de finir le travail, a lancé Chabot après avoir enfilé son 10e but de la saison et son premier but gagnant en carrière en prolongation. Je savais que je m’amenais contre un attaquant et qu’il ne patinait pas en plus, il avait les pieds dans le ciment (flat footed). Moi, j’avais de la vitesse. J’ai regardé pour la passe, mais le trou était là en haut et ça a rentré, je suis bien content. »

Deux buts de l’excellent défenseur Roman Josi et un autre de Craig Smith en avantage numérique au tout début du troisième tiers avaient permis aux visiteurs de remonter un déficit de 0-3, tous leurs buts étant préparés par Johansen.

Grandement améliorée depuis un mois, l’unité de désavantage numérique des Sénateurs a accordé deux buts pour la cinquième fois cette saison, la première depuis le 21 novembre dernier contre le Minnesota.

Le défenseur Thomas Chabot a donné la victoire aux Sénateurs en marquant en début de période de prolongation.

« C’est une grosse victoire. Quand tu prends une avance de trois buts, tu sais que l’adversaire va pousser pour revenir. Ils ont attaqué pendant 40 minutes, on a tenté de limiter les dégâts, mais le “P.K.” (désavantage) a juste été “O.K.” ce soir », a souligné l’attaquant Mark Stone, auteur de deux passes dans le match.

Les Sénateurs ont pris les devants 3-0 alors que tout fonctionnait en leur faveur au premier tiers et que le gardien partant Pekka Rinne, gagnant du trophée Vézina l’an passé et candidat à celui-ci encore cette saison, a connu des difficultés.

Il a d’abord vu un tir de Maxime Lajoie se faufiler entre ses jambières lors d’un avantage numérique dès la troisième minute de jeu. Il n’y pouvait pas grand-chose ensuite quand Brady Tkachuk a complété un bel échange amorcé par Colin White et poursuivi par Mark Stone pour doubler l’avance des locaux.

Stone a ensuite décoché une longue passe pour permettre à Ryan Dzingel de se démarquer de Roman Josi avant de prendre Rinne en défaut dans la lucarne.

C’en était fait pour Rinne, qui a cédé sa place à son adjoint Juuse Saros en début de deuxième période après avoir alloué trois buts sur 11 lancers.

La stratégie a porté fruit alors que les Predators sont revenus et que Saros a repoussé 11 lancers en relève, avant de céder devant Chabot en prolongation.

Tkachuk, dont c’était le premier but en 10 matches, s’est aussi vu refuser un but dans ce match pour avoir fait dévier une rondelle avec un bâton élevé, tout comme Mikkel Boedker. « Ça faisait du bien, surtout que nous avons obtenu les deux points. C’est toujours frustrant quand tu veux contribuer à chaque match, à chaque présence. C’était un beau jeu de “Stoney”, pas mal créatif avec ce qu’il a tenté de faire. Celui avec le bâton élevé, je savais qu’il n’était pas bon, j’ai juste tenté de faire un travail de vente », a dit Tkachuk.

Les Sénateurs auront maintenant quelques jours pour reprendre leur souffle après avoir terminé une autre séquence de trois parties en quatre jours, leur prochaine sortie étant vendredi au New Jersey.

+

LE COMBAT RYAN-TURRIS FAIT JASER

À leur deuxième rencontre en une semaine, les esprits se sont échauffés à quelques occasions entre les Sénateurs et les Predators.

Surtout, la deuxième période a été marquée par un combat un peu surprenant, Bobby Ryan lâchant les gants contre son ancien coéquipier Kyle Turris après que ce dernier lui eut assené une couple de coups de bâton sur les mains. Ayant été blessé plus souvent qu’à son tour dans cette région, Ryan a vu rouge et il a largement eu le meilleur dans l’échange, même s’il revient à peine d’une commotion cérébrale.

Turris a refusé de commenter à ce sujet après le match, tandis que Ryan a refusé une invitation à se présenter dans le vestiaire pour en jaser. Les coéquipiers de ce dernier l’ont donc fait à sa place. « Je ne m’attendais pas à ça, mais quand tu t’attaques aux doigts de Bobby, ça va arriver. Bobby s’est défendu lui-même et je pense qu’il a fait du bon travail. C’était un ancien coéquipier en “Turry”, mais il n’y avait rien d’autre là que le feu de l’action. Il a atteint Bobby sur les doigts et il n’aime pas ça », a noté le gardien Craig Anderson, solide face aux 34 tirs des visiteurs.

« Quand des matches sont physiques, des choses comme ça vont arriver. Il y a eu quelques coups de bâton et une bonne bataille ensuite. Ils ont lancé quelques bonnes “bombes” tous les deux, ça a mis de l’énergie dans l’édifice », a ajouté Mark Stone.

L’entraîneur-chef Guy Boucher a plutôt parlé du match dans son ensemble et de l’avance échappée par son club. « Nous avons eu la vie difficile récemment avec des trois matches en quatre jours et des voyages. Revenir d’un voyage est toujours difficile lors du premier match. La réalité est la réalité et elle nous a rattrapés, ça a tout pris pour se rendre en prolongation », a-t-il analysé.

À LIRE AUSSI : Le sommaire du match