Sans leur meilleur défenseur, les Sénateurs se sont écroulés après avoir pris une avance de 3-1, encaissant un troisième revers de suite.

Chabot tombe au combat

BROOKLYN — Thomas Chabot avait de bons souvenirs de sa première visite au Barclays Center, parlant vendredi matin du premier but en carrière qu’il avait compté à cet endroit l’an dernier.

Il va se rappeller moins positivement de son dernier passage à Brooklyn alors que le défenseur vedette des Sénateurs d’Ottawa a dû quitter le match perdu par les siens 6-3 contre les Islanders de New York vendredi soir.

Alors qu’il avait récolté une passe pour son 38e point de la saison, Chabot a pris le chemin du vestiaire après une collision avec Matt Martin. L’équipe a annoncé à la fin du deuxième entracte qu’il ne reviendrait pas, blessé au haut du corps.

L’entraîneur-chef Guy Boucher a fait savoir après le match qu’il va assurément rater le match de samedi contre Washington, mais point positif, sa blessure ne serait pas une commotion cérébrale.

«On va voir ce que nos médecins ont à dire, mais il ne jouera pas demain et on verra combien de temps il sera absent. Il a été frappé et il n’avait pas la rondelle, c’était un de ces coups à la limite. C’est le haut du corps, pas la tête, a dit Boucher. Il est notre meilleur défenseur, tout club qui perd son meilleur défenseur, ça fait mal. Ça a eu un impact sur le reste du match, c’est certain.»

Sa perte s’ajoute à celle du gardien numéro un Craig Anderson, qui se remet d’une commotion cérébrale.

Sans leur meilleur défenseur, les Sénateurs se sont écroulés après avoir pris une avance de 3-1, encaissant un troisième revers de suite. Ils n’ont toujours que quatre gains (4-13-1) à l’étranger cette saison.

Deux buts en moins de deux minutes par Johnny Boychuk et Mathew Barzal, puis un autre de ce dernier, ont lancé les Islanders en avant en début de troisième.

Casey Cizikas a ajouté un cinquième but de l’engagement dans un filet désert alors que l’ex-Sénateur Robin Lehner est demeuré invaincu en carrière (7-0-3) contre son ancien club, lui qui a repoussé 10 tirs en relève.

Partant surprise considérant les succès de Lehner contre Ottawa, Thomas Greiss a été envoyé aux douches après avoir alloué trois buts sur 17 lancers, tous réussis dans la partie supérieure du filet.

Mark Stone a d’abord ouvert le pointage en fin de première période après avoir intercepté une mauvaise passe du défenseur Adam Pelech dans l’enclave. Matt Duchene a doublé cette avance en avantage numérique au début du deuxième tiers quand il a foncé au centre et qu’il a poussé Boychuk pour se créer de l’espace pour un tir qui a atteint la lucarne du côté de la mitaine de Greiss.

Les Islanders ont répliqué 24 secondes plus tard quand Mike McKenna a fait une mauvaise sortie, remettant le disque au toujours dangereux Mathew Barzal, qui a donné une cage béante à Josh Bailey.

Cody Ceci a souligné sa participation à un 400e match en carrière dans la LNH en s’amenant sur l’aile pour chasser Greiss avec un tir du côté rapproché, ce qui a amené l’entraîneur Barry Trotz à envoyer Lehner dans la mêlée.

Un autre cadeau des Sénateurs a permis aux locaux de faire 3-2 avant la fin du deuxième engagement, Nick Paul échappant une passe de son coéquipier Ben Harpur pour permettre à Anders Lee de réduire l’écart.

«On a donné deux buts malheureux, et c’est le résultat que tu obtiens quand tu n’as pas joué depuis un bout de temps, que ta concentration n’est pas à point. On a bien joué pendant deux périodes, mais en troisième, on n’a pas joué avec confiance en notre système», a noté l’attaquant Mikkel Boedker, auteur d’une passe dans ce match.

Les Sénateurs (15-19-4) sont rentrés à Ottawa immédiatement après le match.

>> Sommaire du match

+

McKenna s’en voulait d’avoir gaffé

Mike McKenna a été déjoué deux fois par d’excellents tirs de l’excellent Mathew Barzal. Il s’en voulait cependant bien plus pour le tour que l’attaquant des Islanders lui a joué pour le premier but des locaux dans la défaite de 6-3, celui de Josh Bailey sur sa mauvaise sortie.

«Ce n’était pas un match plaisant. Ça commence avec moi, je n’ai pas fait mon travail pour gagner ce match. Je sais que c’est une équipe et que tout le monde est responsable, mais c’est à moi de ne pas leur donner du momentum avec un telle gaffe», a dit le cerbère qui a affronté 38 tirs.

Interrogé par Le Droit à savoir si Barzal avait fait semblant d’être son défenseur en lui demandant une passe, il a hoché de la tête. «Oui, a-t-il soupiré. C’est absolument un revirement inexcusable. C’est comme ça. Ça m’est déjà arrivé, j’espère que ça n’arrivera plus mais je serais naïf de penser que ça n’arrivera plus.» Le match s’est terminé dans le tumulte, la dernière minute étant marquée par des combats entre Mark Borowiecki et Matt Martin, Ross Johnston et Christian Jaros (son premier dans la LNH), et Ben Harpur et Scott Mayfield lorsque la sirène a retenti.

«Ils ont envoyé leur quatrième ligne sur la glace alors que j’y étais, on savait que quelque chose arriverait. Le gars (Martin) a frappé Chaby (Thomas Chabot). J’ai beaucoup de respect pour Martin, qui gagne sa vie à faire un travail dur. Mais je n’ai pas aimé qu’il frappe [Maxime] Lajoie dans les numéros... Et pour Chabot, je ne pense pas que c’était intentionnel, mais le kid est notre meilleur joueur présentement. Il est le plus gros morceau de notre brigade défensive, le perdre, ça fait mal... Le message à la fin n’est pas pour eux, c’est pour nous», a commenté Borowiecki.