Selon l’entraîneur des Sénateurs, «c’est l’équipe de Brady Tkachuk et Thomas Chabot maintenant».

Chabot prend le flambeau

NASHVILLE — Thomas Chabot a utilisé son compte Instagram pour rendre un hommage à Jean-Gabriel Pageau après l’échange qui l’a envoyé à Long Island, écrivant « Tu as placé la barre haute, mon homme ».

Le défenseur des Sénateurs d’Ottawa sait que le flambeau du leadership lui est tendu encore plus qu’avant avec le vétéran centre gatinois maintenant rendu avec les Islanders de New York. L’entraîneur-chef D.J. Smith l’a exprimé clairement cette semaine quand il a dit que « c’est l’équipe de Brady Tkachuk et Thomas Chabot maintenant ».

Tkachuk a vu un « A » d’assistant-capitaine être brodé sur son chandail pour les deux matches du début de la semaine à Columbus et Nashville, Chabot ayant obtenu le même ajout à son gilet l’an dernier (le vétéran Ron Hainsey est l’autre avec une lettre).

Ils ont tous deux montré le chemin sur la glace lors des deux matches suivant la date limite des transactions, qui a aussi vu Tyler Ennis, Vladislav Namestnikov et Dylan DeMelo (la semaine dernière) aboutir sous des cieux plus cléments.

Tkachuk a dérangé l’adversaire comme d’habitude, poussant notamment Roman Josi dans les jambes de son gardien au début du match de mardi pour s’attirer des reproches.

Chabot, lui, a passé plus de 32 minutes sur la glace (32:36, pour être exact), comptant un but et orchestrant plusieurs autres bonnes occasions de marquer.

« Il était le meilleur joueur des deux équipes sur la glace ce soir, à mon avis. Il a joué 32 minutes, il avait toujours la rondelle, il a obtenu des lancers [quatre], il était partout, a dit Smith. C’est un joueur de classe mondiale et il va être une des grandes raisons pourquoi nous allons commencer à gagner des matches à l’avenir et voir notre équipe changer de direction. »

L’arrière de 22 ans est conscient des responsabilités qui lui tombent sur les épaules, mais il n’a pas l’intention de trop s’en faire avec ça.

« On [Tkachuk et lui] ne changera pas notre façon de faire, nous allons continuer à essayer de montrer le chemin chaque soir et être les meilleurs joueurs que nous pouvons être. C’est ce qu’on va faire pour le reste de l’année. Leadership ou pas, nous avons notre fierté et nous voulons en faire beaucoup pour cette organisation », a souligné Chabot en mêlée de presse.

« C’est certain qu’en perdant Pager, il y a une partie [du rôle de leader] qui nous revient. Mais on ne va pas changer les choses et tenter de réinventer la roue ici. On va être nous-mêmes et on va continuer à jouer au hockey comme on le fait depuis qu’on a commencé à jouer. Nous avons du plaisir et on veut avoir du succès en tant qu’équipe, c’est certain », a-t-il ajouté.

Plus tard, il confiait au Droit qu’il va tenter d’honorer Pageau en se comportant de la même manière que lui.

« Quand j’ai été repêché et que je suis rentré dans la chambre [au Centre Canadian Tire], il a été un des premiers à venir me voir pour m’accueillir. Tu regardes la façon dont il jouait tous les soirs, sa façon de se comporter en dehors de la glace, ce n’est pas juste parce qu’il était un gars local que tout le monde l’adorait, c’est à cause de ça. Il a effectivement mis la barre haute et c’est à nous autres de suivre son exemple et continuer dans cette voie », a-t-il dit.

En trois petites saisons dans la capitale nationale, Thomas Chabot a vu partir plusieurs gros noms comme Erik Karlsson, Mark Stone, Matt Duchene, Mike Hoffman, Ryan Dzingel ainsi que Pageau maintenant, en plus de nombreux autres vétérans, dont son ancien partenaire à la ligne bleue Dylan DeMelo. Il a donc eu une bonne éducation sur le côté « affaires » du hockey.

« C’est [la date limite des échanges] un moment difficile, mais ça fait partie de la business. Il faut être capable de passer à autre chose et se concentrer sur ce qu’on a à faire en ce moment. On ne peut pas contrôler ce qu’on avait avant et ce qu’on a en ce moment. Il nous reste [18] matches et c’est avec ces joueurs-là qu’il faut qu’on s’améliore en tant que groupe », lance-t-il.

+

Brännström blessé à Belleville

Les blessures s’accumulent à Ottawa, et elles ne lâchent pas nécessairement le club-école des Sénateurs à Belleville non plus.

L’entraîneur-chef Troy Mann a révélé que le défenseur Erik Brännström, grand espoir du club depuis son acquisition contre Mark Stone, allait rater le match de mercredi soir contre le Rocket de Laval en raison d’un poignet endolori.

« Il est évalué au jour le jour. Nous avons neuf défenseurs présentement et nous avons décidé de lui donner quelques jours de repos de plus, puis on verra où il en est. C’est un luxe que nous avons, surtout que [Christian] Wolanin peut être le quart du premier jeu de puissance à sa place », a confié l’entraîneur-chef des petits Senators Troy Mann à TSN 1200 mercredi.

Wolanin a récemment lancé sa saison après une blessure sérieuse à une épaule subie avant le camp d’entraînement.

Brännström avait raté la fin de la saison dernière en raison d’une blessure à un poignet.