Les plus jeunes joueurs des Sénateurs, comme Erik Brännström (photo), peuvent suivre l’exemple de Thomas Chabot.

Chabot, le leader, prend tranquillement sa place

Les préposés à l’équipement ont offert un beau petit cadeau de dernière minute à Thomas Chabot. Ils ont cousu un gros « A » blanc sur son chandail.

Le défenseur québécois l’a étrenné samedi, lors du match contre les Flyers de Philadelphie. Il le portait encore, lundi, lors de la visite des Sabres.

« Porter une lettre, c’est tout le temps le fun », réagit-il.

« C’est le fun de voir que les entraîneurs pensent que je peux apporter du leadership. »

Encore plus agréable d’obtenir cette marque de reconnaissance – et de confiance – à un très jeune âge.

On a l’impression que Chabot fait déjà partie des meubles, au Centre Canadian Tire. Il ne compte pourtant que 172 matches d’expérience dans la Ligue nationale de hockey.

Ce n’est pas énorme.

La direction des Sénateurs n’est pas prête à inclure Chabot dans son trio de leadership de façon permanente.

Son « A » lui sera probablement retiré lorsque le vétéran Ron Hainsey sera prêt à reprendre sa place.

« Nous avons identifié Thomas parmi les joueurs qui seront appelés à jouer un grand rôle au niveau du leadership, dans l’avenir. Il y en a d’autres. Je pense à Brady Tkachuk, d’abord. Il ne faut pas non plus oublier des gars comme Colin White, Erik Brännström... »

Le moment était bien choisi pour récompenser un membre du jeune noyau, en l’absence de Hainsey.

Puisque Chabot doit passer beaucoup de temps sur la glace, on a jugé que son tour était venu.

Smith estime que son jeune protégé a des croûtes à manger pour devenir un grand leader.

« Il est un type assez discret. On l’entend rarement, ou même jamais, crier après les autres, dans le vestiaire. »

Chabot se distingue davantage quand il saute sur la patinoire.

« Dans sa façon de jouer, on voit bien à quel point il veut gagner. Son leadership s’exprime de cette façon. On le voit constamment poser les bons gestes pour aider l’équipe, vers la fin des matches. Quand il pose ces bons gestes, il se comporte comme un leader. »

« Pour le reste, il va continuer à s’améliorer en vieillissant. »

Attitude positive

Chabot n’est pas pressé. Il n’a pas besoin de brûler les étapes. Il est bien prêt à prendre son temps.

Il n’en viendra probablement jamais à prendre la parole pour brasser la cage de ses coéquipiers, quand les choses ne fonctionnent pas à sa façon.

Il y a d’autres façons d’exercer son leadership à l’extérieur de la glace.

« Je suis quelqu’un d’assez positif. J’aime parler avec les gars. J’aime passer du temps, à l’aréna, avec les gars », rappelle-t-il.

« Tout ce que je fais, à l’aréna, ça me vient naturellement. Je ne fais pas d’efforts pour prendre la parole, régulièrement, dans le vestiaire. Quand j’ai quelque chose à dire, je le dis. Un peu comme n’importe qui dans la chambre. »

Avec sa copine, Chabot a quitté Ottawa immédiatement après le match de lundi. On fêtera Noël en Beauce, cette année. Les copieux repas et le temps passé en famille lui permettront de se reposer un peu.

Il ne se plaindra certainement pas des minutes supplémentaires qui lui ont été données, au cours de la dernière semaine.

Il ne sera pas non plus fâché de revoir ses coéquipiers Hainsey, Dylan DeMelo et Nikita Zaitsev après les Fêtes.

Quand tout le monde sera de retour en santé, son temps de jeu devrait se stabiliser aux environs de 24 minutes par partie.

+

Ryan de retour

Les Sénateurs voulaient sans doute que ça se fasse discrètement. C’est raté. Bobby Ryan est de retour à Ottawa. Il a même recommencé à patiner, en prévision d’un éventuel retour au jeu. L’attaquant de 32 ans, qui est absent depuis maintenant cinq semaines, a patiné sur une des quatre surfaces glacées du Sensplex de Kanata, lundi matin. Ça n’a pas été publicisé. Un agent d’immeubles d’Ottawa, qui passait par là, a pris une photo qui a ensuite circulé dans les réseaux sociaux. Il ne faut pas sauter trop vite aux conclusions. Ryan n’est peut-être pas près d’effectuer un retour au jeu. «Il faut être prudent, dit le directeur général des Sénateurs, Pierre Dorion. Le seul commentaire que je veux faire, en ce moment, c’est que nous sommes là pour Bobby. Nous allons l’aider en tant que personne, avant de l’aider en tant que hockeyeur.»

Brown bientôt à Belleville ?

Il est malchanceux, Scott Sabourin. L’homme fort devait effectuer un retour au jeu, lundi. Il avait eu le feu vert de tous les médecins. Il a finalement été contraint de rater une partie de plus. «Il est grippé. C’est bien malheureux», a déclaré l’entraîneur-chef des Sénateurs, D.J. Smith, en matinée. S’il avait joué, Sabourin aurait remplacé Logan Brown dans la formation débutante. Ça soulève donc une question importante. Le jeune centre risque-t-il de se retrouver à Belleville, dans la nouvelle année ? «Nous devrons prendre une décision prochainement. Il traverse une séquence durant laquelle il ne passe pas beaucoup de temps sur la patinoire», note Smith. L’entraîneur ne veut pas nécessairement lui ajouter de la pression. «Éventuellement, nous allons lui demander de produire davantage. Les joueurs à caractère offensif, comme lui, doivent obtenir de bons chiffres pour passer plus de temps sur la glace. D’ici là, il serait sage de ne pas oublier qu’il n’a que 21 ans.» La patience est donc de mise...

Joyeux Noël !

Les joueurs et les entraîneurs profitent d’une courte pause de trois jours, à compter de maintenant. La prochaine séance d’entraînement est prévue pour le 27 décembre. Le prochain match sera disputé le 29.