Thomas Chabot impressionne tout particulièrement le vétéran entraîneur Boudreau.

Chabot impressionne Boudreau

ST. PAUL, MINNESOTA — Quand Bruce Boudreau a eu une entrevue pour le poste d’entraîneur-chef des Sénateurs il y a deux ans et demi, ils avaient une équipe tournant autour d’une super-vedette, Erik Karlsson, et leur nouveau directeur général Pierre Dorion voulait essayer de gagner avec lui.

Les choses ont bien changé depuis dans la capitale nationale, que l’entraîneur-chef du Wild du Minnesota connaît bien vu que sa fille Kasey y habite. Après une première saison au-delà des attentes sous la direction de Guy Boucher, l’homme que Dorion lui a préféré tandis que Boudreau acceptait une offre du Wild venue plus rapidement, les Sénateurs ont connu une saison désastreuse l’an dernier et ils sont maintenant en reconstruction.

Boudreau, pour sa part, dirige une formation qui est reconnue pour connaître de bonnes saisons régulières, avant de se faire éliminer en première ronde des séries (deux fois sous son joug).

Après son entrevue avec Dorion, Boudreau avait analysé les Sénateurs de mai 2016 de cette façon en entrevue avec Le Droit. « Ils sont rapides, ils sont jeunes, je pense qu’il y a beaucoup plus de talent que ce qu’ils ont montré cette année (2015-2016). Il y a beaucoup de bonnes choses dans ce club. »

Mercredi matin, avant de les affronter au XCel Energy Center, Boudreau était tout aussi élogieux : « Je pense que Pierre a fait un travail fabuleux pour reconstruire cette équipe. Ils ont du bon jeune talent qui monte dans leur système. Ils sont probablement en avance sur où ils pensaient être à ce point-ci. Je suis content qu’on ne les affronte que deux fois par saison », a-t-il souligné.

Le vétéran entraîneur originaire de Toronto est particulièrement impressionné par Thomas Chabot. « Ils ont une bonne offensive, avec beaucoup de vitesse. Si vous ne faites pas attention, ils vont compter quatre buts contre vous... Ils sont deuxièmes pour les points amassés par les défenseurs, et Chabot a 24 points, ce qui est cinq de plus que notre meilleur compteur. Leurs défenseurs appuient bien l’attaque, qui se fait à quatre », a-t-il noté.

Pour les buts comptés par la brigade défensive, les Sénateurs sont derrière... le Wild, en termes de pourcentage des buts comptés par le club (27,7 %). Les deux équipes étaient à égalité avant le match pour le nombre de buts comptés par leurs arrières, avec 18, alors que les défenseurs d’Ottawa étaient premiers pour les points (57, contre 47 pour le Wild).

« Nos défenseurs font du bon travail pour appuyer l’attaque et nous avons des attaquants intelligents qui savent couvrir pour eux quand ils décident de pincher le long des bandes », notait le gardien Devan Dubnyk en matinée.

C’est peut-être la grande différence avec les Sénateurs, avec tous leurs jeunes autant en attaque qu’à la ligne bleue. En ce sens, le Wild représente un modèle pour eux, notait Guy Boucher en matinée. « Ils ont une équipe très balancée, qui est efficace dans toutes les phases du jeu... Il n’y a pas de faiblesse dans leur jeu, et ils ne se battent pas eux-mêmes. Ça, c’est une affaire d’expérience. Ils ont des gars offensifs, des gars qui peuvent se défendre, de gros gars qui peuvent garder la rondelle. Je vois aussi une structure, un club qui ne commet pas de revirements, qui se replie bien, leur troisième homme est à la bonne place. Toutes les choses que nous, comme jeune équipe, devons apprendre à faire, comme cette équipe », a souligné Boucher.

Entre les lignes

Les Sénateurs ont tenu une séance d’entraînement facultative en matinée et comme le gardien Craig Anderson a pris congé, ils ont fait venir un gardien d’entraînement local. Celui-ci avait un lien distant avec l’organisation ottavienne, Connor Beaupre étant le fils de Don, qui a joué deux saisons pour eux entre 1994 et 1996... Le fait qu’un journaliste de PostMedia s’était vu refuser l’accès à une place à bord de l’avion nolisé des Sénateurs pour leur voyage en Floride comme représaille pour le UberGate avait fait l’objet d’un entre-filet dans nos pages, il faut donc rapporter qu’un représentant du Ottawa Sun et du Citizen était de retour dans l’avion pour le présent voyage... Le défenseur Chris Wideman a été retranché pour un deuxième match de suite.

+

BATHERSON NE VOULAIT RIEN CHANGER

Après des débuts impressionnants au Centre Canadian Tire, Drake Batherson a disputé son premier match à l’étranger mercredi soir au Minnesota avec l’intention de continuer à jouer exactement de la même façon.

« Je ne veux pas trop changer les choses, je vais tenter de garder ça simple, un peu comme lors des trois matches précédents. Je veux utiliser mes compagnons de trio, leur donner la rondelle et bouger mes pieds. Quand je joue bien, je suis impliqué en échec avant pour créer des chances de marquer », avait-il confié quelques heures avant la rencontre.

Ça a été plus difficile contre le Wild lors des deux premières périodes pour l’attaquant originaire de la Nouvelle-Écosse qui avait déjà récolté deux buts et trois passes à ses trois premières sorties dans la LNH.

Alors que certains joueurs sont plus « frileux » quand ils jouent à l’étranger plutôt qu’à domicile, Guy Boucher n’anticipait pas de problème d’adaptation à ce niveau pour son attaquant qui a mérité son rappel en dominant la Ligue américaine en début de saison.

« Il n’est pas un gars qui est dérangé par la pression, il travaille fort et avec Équipe Canada (junior), plus il y avait de pression, plus il était bon. Pour faire ce qu’il a fait à ses premiers matches dans la Ligue nationale, sans avoir l’air nerveux... Je ne sais pas s’il va connaître son meilleur match (hier soir), mais en regardant ses premiers matches, il a été exceptionnel défensivement, ce qui fait que je m’attends à ce qu’il soit capable de gérer ça sur la route », a-t-il souligné.

Batherson, qui découvrait les joies de la route dans la LNH (hôtels cinq étoiles, vols nolisés, etc.), apprécie l’aide qu’il reçoit de ses compagnons de trio expérimentés, Matt Duchene et Mikkel Boedker.