Thomas Chabot s’est laissé déjouer par Max Domi, mais il est passé à autre chose.

Chabot garde le cap

Avec l’expérience qui s’accumule, Thomas Chabot apprend à ne pas s’apitoyer trop longtemps sur des erreurs qui se sont avérées coûteuses.

C’est peut-être au contact du vétéran Ron Hainsey, son nouveau partenaire qui a vu neiger pendant ses 1100 parties en carrière, que Chabot développe cette attitude. Toujours est-il que le défenseur vedette des Sénateurs d’Ottawa n’a pas perdu de sommeil après la défaite de 3-2 en prolongation des siens mercredi soir à Montréal.

Sur le but victorieux de Ben Chiarot, l’arrière québécois s’est laissé attirer par le porteur de la rondelle, Max Domi, alors que son coéquipier Brady Tkachuk le couvrait déjà. Le vidéo laisse croire que c’est le numéro 72 qui a gaffé, faisant signe à Tkachuk que c’était à lui de contrer l’attaquant du Tricolore, avant de se diriger aussi vers lui. Domi en a profité pour refiler la rondelle à un Chiarot qui s’était facilement démarqué.

Chabot a cependant confié au Droit que c’était un peu plus compliqué que ça.

« On a regardé la séquence vidéo ce matin. C’est une situation de deux contre deux où normalement, on met de la pression sur le porteur de la rondelle. J’ai comme pointé à Brady de prendre le gars là, mais quand j’ai vu Domi arrêter en rentrant dans la zone et qu’il ne mettait pas de pression, j’ai hésité entre les deux et la rondelle a passé. Sur caméra, ça a l’air pire que ce qui s’est passé dans le moment, mais ce n’est pas grave, même si c’est une hésitation qui faisait paraître qu’on ne savait pas trop ce qu’on faisait. Si on commence à s’arrêter sur chaque petite erreur, on ne sera pas capable de jouer au hockey. On en a parlé en équipe et tout le monde est sur la même page, on passe à autre chose », a-t-il expliqué.

Meilleure défensive

L’arrière de 22 ans a récolté le 100e point de sa carrière, une passe, dans la défaite contre le Canadien, lui qui a 20 points (3 buts) en 32 parties cette saison, avec un différentiel de moins-5. À pareille date l’an dernier, il avait récolté plus d’un point par partie (35 en 33 matches), avant d’être ralenti après une blessure à une épaule subie pendant le temps des Fêtes.

Les problèmes du jeu de puissance, qui est bon dernier dans la LNH (9,8 % d’efficacité), expliquent en grande partie sa production réduite en attaque. Mais en défensive, mis à part quelques erreurs flagrantes comme celle de mercredi, Chabot est de plus en plus fiable.

Il semble à l’aise de jouer au sein d’une équipe qui a réussi à améliorer considérablement sa façon de jouer dans sa zone et qui y passe moins de temps, en sacrifiant de l’offensive.

Alors que les Blue Jackets de Columbus s’amènent samedi, un club qui a remporté un gain de 1-0 il y a près de trois semaines contre Ottawa avant de s’incliner par le même pointage jeudi à Pittsburgh, Chabot s’attend d’ailleurs au même genre de match où les occasions de marquer sont limitées.

« Nous sommes deux équipes similaires, on n’est pas les plus talentueux sur papier, mais quand on arrive sur la glace, on travaille, on joue de la bonne façon et on met beaucoup de pression sur l’autre équipe. La dernière fois contre eux, on n’avait pas obtenu assez de circulation devant leur filet lorsqu’on obtenait des lancers », estime-t-il.

Alors que ses parents n’ont pas fait le trajet de milieu de semaine à partir de Ste-Marie de Beauce pour assister au match au Centre Bell, Chabot a hâte de disputer les trois prochains matches devant son père François, dans le cadre du « voyage des pères ». « C’est le fun de vivre cette expérience avec ton père, qu’il vienne sur la route et à l’aréna, voir comment ça se passe dans l’avion et tout ça. Il a été notre premier entraîneur, à mon frère et moi. Il n’a pas joué un haut niveau, mais il a joué jusqu’à l’âge de 45 ans avant de se blesser. Maintenant, il arbitre parce qu’il aime être dans le mix », relatait-il.

+

DEMELO AU RANCART

Les Sénateurs devront se passer des services du défenseur Dylan DeMelo pour trois à quatre semaines alors qu’il s’est fracturé un doigt de la main droite en bloquant un tir de Brendan Gallagher mercredi à Montréal. 

« Il est peut-être le joueur le plus sous-estimé de notre équipe, il brise bien des jeux que personne ne remarque, a souligné l’entraîneur-chef D.J. Smith en annonçant la nouvelle. C’est dommage, mais ça va donner la chance à quelqu’un d’autre de se faire valoir. C’est la mentalité next man up que nous devons avoir. » 

Ce quelqu’un sera le défenseur franco-albertain Maxime Lajoie, qui sera inséré sur une troisième paire aux côtés de Cody Goloubef, revenant dans l’alignement après une absence de trois parties. 

Smith a laissé entendre qu’un défenseur sera rappelé de Belleville après le match de samedi en vue du voyage en Floride – possiblement Christian Jaros – pour agir comme septième arrière. 

Les petits Senators avaient un match à domicile vendredi soir et ils ont plusieurs blessés à la ligne bleue.