Thomas Chabot (72) a encore beaucoup de chemin à faire avant de battre les records d’Erik Karlsson pour les buts et les points par un défenseur en carrière (126 et 518), mais il l’a déjà relégué au deuxième rang pour ce qui est du temps de glace pour un seul match.

Chabot fait tomber un record de Karlsson

Thomas Chabot a encore beaucoup de chemin à faire avant de battre les records d’Erik Karlsson pour les buts et les points par un défenseur en carrière (126 et 518), mais il l’a déjà relégué au deuxième rang pour ce qui est du temps de glace pour un seul match.

Le défenseur des Sénateurs d’Ottawa a eu une soirée occupée mardi quand il a passé 37 minutes et 50 secondes sur la patinoire du Amalie Arena lors du revers de 4-3 en prolongation des siens face au Lightning de Tampa Bay.

Cette importante charge de travail a relégué aux oubliettes un match de 36:34 minutes de Karlsson contre ce même Lightning le 20 décembre 2015, un revers de 5-2 en 60 minutes où l’ancien numéro 65 maintenant avec les Sharks de San Jose avait été appelé à prendre les bouchées doubles parce que Mark Borowiecki avait été expulsé du match dès la deuxième minute de jeu tandis que Cody Ceci n’avait pas terminé la rencontre en raison d’une blessure.

Dans le cas de Chabot, son utilisation à outrance a été le résultat des absences des vétérans Dylan DeMelo et Nikita Zaitsev, combinée au peu de confiance affiché envers l’arrière Andreas Englund, rappelé de Belleville en fin de semaine dernière, et celui qui est normalement le septième défenseur, Cody Goloubef. Le premier n’a joué que 7:27 minutes, le second, 10:09.

« Le temps de glace de Chaby [Chabot] a été un peu élevé, je ne sais pas si c’est le plus dans la LNH cette saison, mais il a certes été très bon. Nous avons eu plusieurs gars qui ont puisé dans leurs réserves », a raconté l’entraîneur-chef D.J. Smith en point de presse d’après-match.

Vérification faite, c’est effectivement un sommet dans le circuit Bettman cette saison. C’est le deuxième plus haut total depuis que la LNH comptabilise ces statistiques de temps de glace, soit depuis le début de la saison 1997-1998. Seul Dennis Wideman, des Flames de Calgary, a fait mieux (38:05 minutes) lors d’un match contre Vancouver du 18 janvier 2014 marqué par une mêlée générale dès la mise au jeu initiale, ce qui a mené à l’expulsion de quatre défenseurs, deux de chaque côté.

Chabot n’a pas rencontré les médias après son match occupé parce qu’il était dans la salle du thérapeute athlétique. On peut présumer qu’il a eu besoin d’un massage et d’un bain de glace, lui qui avait joué plus de 22 minutes la veille à Sunrise lors du revers de 6-1 contre les Panthers de la Floride. La journée de congé de mercredi aura certes été nécessaire pour lui alors qu’il risque de jouer beaucoup à nouveau jeudi soir contre Nashville, lui qui avait compté un but spectaculaire pour procurer un gain en prolongation à son club il y a un an presque jour pour jour (17 décembre 2018).

« Je sais qu’il a eu une petite coupure et il a continué à jouer en troisième période... Je savais qu’il avait joué plus de 22 minutes après deux périodes. Ce n’est pas idéal à long terme, mais quand on joue un match compétitif comme ça, tu veux gagner. C’était la fin d’un segment [de cinq matches] pour nous, on voulait un point ou mieux, on l’a obtenu. On aurait certes aimé faire jouer plus de gars, mais il a été excellent », a souligné Smith.

Derrière Chabot, Ron Hainsey (26:12) et Mark Borowiecki (18:18) ont aussi été utilisés abondamment, mais il est allé de même aussi pour la recrue Erik Brännström, qui a eu son match le plus chargé à 18:12 minutes de travail.

« Dans son cas, on fait tout pour qu’il soit un meilleur hockeyeur dans deux ans. Que ce soit des matches ici ou à Belleville, c’est pour en faire un meilleur joueur. Présentement, il joue bien pour nous, il fait plus de jeux et ça va faire de lui un meilleur joueur », estime Smith.

Le jeune Suédois de 20 ans a habilement préparé le but de Connor Brown contre le Lightning, et il a aussi bloqué trois tirs en plus d’en obtenir un lui-même.

+

Lajoie retourne à Belleville

De la Floride à Belleville, il n’y a qu’un pas et Maxime Lajoie a été appelé à le franchir mercredi.

Le défenseur franco-albertain a été cédé au club-école des Sénateurs à leur retour en ville mercredi, et il était en uniforme mercredi soir alors que les petits Senators recevaient Utica.

Lajoie n’aura pas profité de son rappel dans la capitale nationale pour gagner la confiance de D.J. Smith, qui ne l’a utilisé que pour quatre parties sur les 13 où il était dans les parages, et jamais plus que pour 10 minutes de jeu (3:52 à sa dernière sortie samedi dernier contre Columbus). 

Il a au moins pu participer au voyage en Floride, passant du temps de qualité avec son père Michel pour l’occasion.