Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Brady Tkachuk et Thomas Chabot
Brady Tkachuk et Thomas Chabot

Chabot et Tkachuk en compétition pour le C

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La saison écourtée de la LNH en 2021 devrait permettre de régler une fois pour toutes la question à savoir qui sera le prochain capitaine des Sénateurs d’Ottawa.

Confirmés comme assistants-capitaine samedi, Thomas Chabot et Brady Tkachuk vont se livrer une saine compétition à l’interne pour déterminer lequel d’entre eux héritera du titre laissé vacant depuis le départ d’Erik Karlsson à l’automne 2018, estime l’entraîneur-chef D.J. Smith.

«C’est juste de dire ça. On n’a pas d’échéancier comme tel, mais ces deux gars-là ont la capacité d’être capitaine. Ils mènent à leur propre manière et ça va être une décision difficile à prendre quand ce sera le temps. Cette année, ils vont travailler ensemble pour améliorer notre équipe de jour en jour. La décision va suivre plus tard», a affirmé Smith en visioconférence dimanche, en réponse à une question du Droit.

L’arrière de 23 ans et l’attaquant de 21 ans seront appuyés par le nouveau-venu Erik Gudbranson, 28 ans, alors que Smith a évoqué la possibilité d’ajouter Derek Stepan, acquis de l’Arizona la semaine dernière, au groupe de leaders, lui qui devait arriver en ville dimanche.

«Nous avons deux jeunes joueurs qui vont être des leaders dans cette ligue longtemps en Chabot et Tkachuk. L’an dernier, ils ont eu des ‘A’ par moments. Je pense qu’il est temps de faire la transition pour qu’ils deviennent les leaders de cette équipe en allant vers l’avant... On a d’autres gars qui n’ont pas besoin de lettre sur leur chandail, ils ont connu des moments difficiles et savent comment passer au travers. La clé, c’est de ne pas tout mettre sur les épaules de jeunes joueurs. Je pense qu’on prend la bonne décision en ne forçant pas un jeune à répondre aux questions quotidiennement et que les plus vieux aident de ce côté», estime Smith.


« Nous sommes une équipe qui veut continuer de bâtir vers l’avenir, mais cette année, on veut prendre un ‘step’ et moi en tant que personne, je vais rester le même, avec une année d’expérience de plus. »
Thomas Chabot
Thomas Chabot

«Je ne veux pas me mettre de pression sur les épaules, mais ça veut dire beaucoup de porter un ‘A’ à temps plein cette année, après l’avoir porté un peu à la fin de l’an dernier. Être un leader de cette équipe, c’est quelque chose que je veux faire», affirme Chabot.

C’est aussi la première année de sa prolongation de contrat de huit ans pour 64 millions $ paraphée en septembre 2019 et il est conscient qu’une certaine pression supplémentaire vient avec ça également.

«C’est certain que la pression est toujours là, on est dans la Ligue nationale, c’est un privilège qui vient avec le sport, le travail qu’on a, dit-il. En même temps, c’est un bel honneur de porter un ‘A’ et d’avoir un rôle de leader à Ottawa comme ça, j’en suis vraiment heureux. Nous sommes une équipe qui veut continuer de bâtir vers l’avenir, mais cette année, on veut prendre un ‘step’ et moi en tant que personne, je vais rester le même, avec une année d’expérience de plus.»

Brady Tkachuk

Âgé de 21 ans seulement, Tkachuk amorce la troisième et dernière année de son contrat d’entrée et une entente à long terme pour une prolongation pourrait entrer en ligne de compte quand l’état-major va finalement trancher entre lui et Chabot. Mais pour l’instant, il est juste heureux d’être de retour avec ses coéquipiers.

«Ça a été beaucoup trop long (la saison morte), je m’ennuyais des gars et du personnel, c’était fou. C’est un honneur et je prends ça au sérieux (porter un ‘A’), mais ça ne changera pas ma façon de faire et de jouer. Je vais essayer de mener par l’exemple, jouer avec de l’énergie et de la bonne façon», a-t-il indiqué.

Issu d’une famille de hockeyeurs, Smith souligne qu’il n’est pas un joueur de troisième année comme les autres : «Il a vécu dans la LNH toute sa vie, son frère (Matthew) est dans la ligue aussi (Calgary). Il est encore jeune, il apprend encore, mais il mène avec de l’émotion, avec du coeur, son niveau d’effort et sa ‘toughness’. Quand un match commence, il est aussi féroce que n’importe qui dans la ligue pour son désir de gagner. Il va continuer d’être un bon leader.»

À ce sujet, Brady a noté que son père Keith, l’ancien des Blues, lui a conseillé de trouver un «équilibre» entre lever le ton dans le vestiaire et mener par l’exemple. «Tous les leaders sont différents, c’est de trouver un juste milieu. Étant encore jeune, tu ne veux pas marcher sur les pieds de personne. Son message, c’est de continuer à jouer à ma façon pour mener les gars dans la bataille», lance-t-il.