«Cody devra quand même montrer qu’il est prêt à passer à la prochaine étape. Je crois qu’il est prêt à relever ce défi», a déclaré Mark Stone.

Ceci, défenseur numéro un

Cody Ceci a déménagé. Au Centre Canadian Tire, il accroche désormais son équipement dans un casier situé au beau milieu du vestiaire.

C’est le casier qu’occupait, jusqu’à tout récemment, Erik Karlsson.

À compter de mercredi soir, Ceci tentera de prendre la place qu’occupait Karlsson sur la patinoire.

Il s’apprête à disputer un premier match préparatoire dans le rôle de défenseur numéro un de l’organisation.

« Nous ne voulons surtout pas lui mettre trop de pression sur les épaules », intervient son grand ami Mark Stone.

« Pour que les choses fonctionnent bien, cette année, notre défensive devra travailler en groupe. Les six joueurs qui seront utilisés, chaque soir, devront faire leur part », enchaîne-t-il.

Cela dit...

« Cody devra quand même montrer qu’il est prêt à passer à la prochaine étape. Je crois qu’il est prêt à relever ce défi. »

Ceci a été le deuxième défenseur le plus utilisé par Guy Boucher, la saison dernière. Le défenseur droitier orléanais passait, en moyenne, 23 minutes et 20 secondes par match sur la patinoire.

Si on remonte juste un peu plus tôt, dans le temps, il était le membre le plus jeune et le plus effacé d’un solide quatuor qui était complété par Dion Phaneuf et Marc Méthot.

« Je continue de croire que je suis un jeune joueur, d’affirmer celui qui fêtera ses 25 ans juste avant les Fêtes. Je suis jeune, mais notre équipe est encore plus jeune, maintenant. Je comprends que je dois prendre plus de place, en ce qui a trait au leadership. »

L’ancien analyste des matches des Sénateurs sur les ondes du réseau Sportsnet, Denis Potvin, avait l’habitude d’affirmer qu’un défenseur devait jouer au moins 400 parties dans la LNH avant de vraiment comprendre son rôle, son métier.

« J’aurais tendance à être d’accord avec cette affirmation. Je m’approche rapidement de ce plateau. Je me sens de plus en plus à l’aise sur la glace », réagit Ceci.

L’ancien choix de première ronde a disputé 366 matches dans la grande ligue, jusqu’à maintenant. S’il reste en santé, il atteindra le plateau psychologique de Potvin, une semaine avant sa fête.

« Si tout ça m’ajoute un peu de pression sur les épaules ? Un peu. J’essaie de voir les choses différemment. Une belle opportunité s’offre à moi. Même si je m’approche du plateau des 400 parties, j’essaie toujours de m’améliorer. Si je ne pousse pas dans la bonne direction, mes jeunes coéquipiers se chargeront de me pousser dans le dos. »

Coups de sifflet
Au cours des derniers jours, à l’entraînement, Cody Ceci a patiné avec Thomas Chabot.

Boucher pourrait les utiliser, ensemble, dans le match de mercredi.

Chabot a fait le voyage à Lucan, mardi, mais il a été rayé de la formation. Il sera donc disponible pour ce deuxième match en autant de soirs contre les Maple Leafs de Toronto.

Craig Anderson croit, à l’instar de Mark Stone, qu’il faudra éviter de mettre trop de pression sur les jeunes défenseurs d’Ottawa en début de saison.

En tant que vétéran gardien, il entend faire sa part pour les aider.

« Je crois que je peux aider en augmentant la fréquence des coups de sifflet », explique-t-il.

Anderson s’explique. Pour limiter le nombre de chances de marquer des adversaires, il devra essayer d’immobiliser la rondelle le plus souvent possible dans sa mitaine.

« Quand les choses s’animaient, dans notre territoire, on pouvait toujours compter sur Erik. Quand la rondelle se trouvait sur son bâton, tout ralentissait. Tout sera différent, maintenant. Je devrai m’assurer de mieux contrôler mes retours. Si je peux garder la rondelle, provoquer un coup de sifflet, je calmerai le jeu. »


•••

LES SÉNATEURS EN BREF

Pageau évite la rondelle

Jean-Gabriel Pageau a visité le Centre Canadian Tire, mardi matin. Il n’a pas pris le temps de bavarder avec les journalistes, mais il a passé quelques minutes à suivre la séance d’entraînement impliquant les joueurs qui n’ont pas fait le voyage à Lucan. Il se déplace avec une certaine facilité, à l’aide d’une trottinette qu’on lui a fournie. Pageau l’a toutefois échappé belle. Il aurait pu subir une nouvelle blessure, quand une rondelle perdue a frappé la baie vitrée, tout juste derrière lui. Il a tout juste eu le temps de se pencher ! Au moment de quitter le CCT, en milieu de journée, on cherchait encore le « coupable » qui avait envoyé cette rondelle en sa direction. Ironiquement, Pageau se tenait à peu près là où un incident similaire est survenu, durant un match de la saison 2009-10. À l’époque, le gardien auxiliaire Pascal Leclaire avait subi une fracture de la joue...

Anderson plus mobile

Après Mike Condon et Marcus Högberg, Craig Anderson pourrait disputer mercredi un premier match préparatoire. Le gardien de buts numéro un est convaincu qu’il peut rebondir cette saison, malgré ses 37 ans. Il n’a cependant rien laissé au hasard. 

« J’ai apporté quelques modifications à mon équipement, ce qui me permet de bouger un peu plus librement quand je me trouve sur la patinoire. Je dirais que j’ai passé quelques tests sur la patinoire, ce week-end. Ça me semble concluant »… Chris Phillips a passé une partie de la journée de mardi dans l’entourage des Sénateurs. L’ancien défenseur n’a pas de rôle bien précis à jouer avec l’organisation... pour l’instant.