Erik Karlsson aurait aimé jouer «plus longtemps» avec Kyle Turris. «Je sais qu’il voulait rester ici.»

«Ça fait partie de la business»

L’échange qui a envoyé Kyle Turris d’Ottawa à Nashville et amené Matt Duchene du Colorado va faire jaser pendant des années à venir, et il était évidemment encore plus d’actualité alors qu’il était de passage dans la capitale à son premier retour dans son nouvel uniforme.

Turris a tenu un bref point de presse à son arrivée au Centre Canadian Tire deux heures avant le match, reprenant ni plus ni moins ses commentaires de la veille à Toronto avant un revers de 3-2 en tirs de barrage.

Il a réitéré qu’il ne voulait pas revenir sur ses négociations de contrat qui ont avorté à Ottawa, et son commentaire émis au début décembre à l’effet que la direction de l’équipe aurait voulu lui offrir une prolongation de pacte, mais que le propriétaire Eugene Melnyk s’y était opposé. « Ça a été sa décision », avait-il affirmé.

« Je ne regrette pas d’avoir dit ça. En même temps, j’ai dit tout ce que je vais dire à ce sujet », a-t-il répondu en entrevue à Sportsnet avant le match contre les Maple Leafs.

Un de ses bons amis avec les Sénateurs, le capitaine Erik Karlsson, a émis d’intéressants commentaires au sujet du départ du centre que les Sénateurs avaient acquis des Coyotes de Phoenix (maintenant de l’Arizona) en décembre 2011.

« Ça va être étrange (de le voir dans un chandail jaune), il était quelqu’un que je pensais voir rester ici pour une bien plus longue période de temps. J’espérais avoir la chance de jouer avec lui plus longtemps, même si nous avons eu plusieurs années ensemble. Encore une fois, ça fait partie de la business et ça va être différent de le voir de l’autre côté, portant un chandail d’une autre couleur », a noté Karlsson, qui a dit avoir gardé contact avec son ancien coéquipier maintenant qu’il est rendu au Tennessee.

Il n’a pas été surpris par le commentaire qu’il a émis au sujet de ses négociations de contrat avortées, lui qui passera par le même processus à compter du 1er juillet prochain.

« Je pense que dans la situation où il se retrouvait, il était d’un côté et ils (les dirigeants) étaient de l’autre. Je pense qu’il devait évidemment dire ce qu’il pensait, exprimer ce qu’il pensait qui était arrivé. Je sais qu’il voulait rester ici et il n’a pas eu l’opportunité de le faire... Je ne sais pas si on serait dans la position où on est s’il était resté. Je sais cependant qu’il nous manque, il était un joueur de qualité et une personne de qualité. Il était établi dans ce vestiaire et cette organisation », a-t-il ajouté.

Entre les lignes
L’attaquant Alexandre Burrows a décidé de ne pas aller en appel de sa suspension de 10 matches pour avoir agressé et donné des coups de genou à Taylor Hall, des Devils, mardi soir. Par le biais de l’Association des joueurs, il a émis une déclaration où il avoue que « dans cette situation, je reconnais que j’ai laissé mes émotions avoir le meilleur sur moi, et je suis soulagé que Taylor Hall n’ait pas été blessé. J’ai décidé d’accepter la décision de la LNH et je n’irai pas en appel. » Il a ajouté qu’il ne ferait pas d’autre commentaire à ce sujet. L’entraîneur-chef Guy Boucher a mentionné que le club « n’est pas d’accord avec la décision, mais on respecte le processus de la ligue »... Comme Mark Stone et Derick Brassard n’étaient pas prêts à revenir au jeu, le club a rappelé le vétéran Mike Blunden, capitaine des Senators de Belleville, pour affronter les Predators.