Alex Burrows a décidé de poursuivre sa carrière comme entraîneur adjoint du Rocket de Laval.

Burrows devient entraîneur

Alexandre Burrows a accroché ses patins comme joueur, mais il n’aura pas à les ranger bien loin.

L’attaquant de 37 ans, dont la dernière année de contrat a été rachetée par les Sénateurs d’Ottawa la semaine dernière, a été nommé adjoint à l’entraîneur-chef du Rocket de Laval, Joël Bouchard, à peine quelques minutes après avoir annoncé qu’il prenait sa retraite par l’entremise du site de l’Association des joueurs de la LNH.

Hockeyeur jamais repêché qui a connu une carrière de 13 saisons dans la LNH, dont plus de 11 avec les Canucks de Vancouver, Burrows est âgé de 37 ans et il avait surtout été relégué à un quatrième trio la saison dernière avec les Sénateurs, pour qui il n’avait récolté que 6 buts et 14 points en 71 matches. Il avait écopé d’une suspension

« Je suis heureux de ma carrière et j’ai d’excellents souvenirs, a-t-il dit à NHLPA.com. J’ai rencontré des gens fantastiques au fil des années. Mes coéquipiers vont me manquer le plus. Nous avons eu beaucoup de plaisir à travailler ensemble, nous avons eu du bon temps loin de la patinoire, et nous avons passé du temps à faire face à de l’adversité ensemble. C’est ce qui va me manquer. »

« J’aimerais aussi remercier ma famille, qui m’a appuyé tout au long de ma carrière. Mon épouse (Nancy) a toujours été là pour moi. Mes enfants (Victoria, Lexie et Jacob) sont nés à Vancouver et ils m’ont vu jouer. J’ai eu des années fantastiques à Vancouver et j’ai aimé le temps que j’ai passé à Ottawa », a-t-il ajouté. 

Le Québécois de 37 ans a amassé 384 de ses 409 points en carrière (193 de ses 205 buts) avec les Canucks, où il a complété pendant quelques années un trio avec les jumeaux Henrik et Daniel Sedin. Il a été échangé aux Sénateurs le 27 février 2017 en retour de l’espoir Jonathan Dahlen.

« Ça a passé très vite. J’ai eu beaucoup de plaisir et c’était beaucoup de travail au début, de rentrer dans la ligue et mériter ton poste quand tu n’es pas repêché. J’ai eu d’excellents coéquipiers et entraîneurs. Les dernières années, j’ai aimé aider les jeunes joueurs, comme d’autres m’avaient aidé. Quand tu as la passion, c’est une chose. Tu dois avoir une vision et un plan pour toi. Je me considère très chanceux d’avoir joué aussi longtemps que je l’ai fait », a dit Burrows.

Un des Sénateurs qui s’est retrouvé sous son aile la saison dernière, le défenseur Thomas Chabot, a félicité Burrows pour sa carrière par l’entremise de son compte Twitter. « Merci pour la saison dernière et pour tout ce que tu as fait pour m’aider sur la glace et en dehors. Une retraite bien méritée », a-t-il écrit.

Son entraîneur pendant sept ans à Vancouver, Alain Vigneault, n’a pas été surpris par sa décision de passer immédiatement derrière un banc.

« Il y a certains joueurs que tu diriges au cours de ta carrière et tu vois qu’ils ont de la graine d’entraîneur. J’ai toujours pensé ça d’Alex... C’est un gars qui avait une éthique de travail phénoménale. Il avait une bonne attitude et il faisait toujours passer l’équipe en premier. Je n’ai aucun doute qu’avec ces qualités-là, il va aider l’organisation du Canadien », a confié l’ancien entraîneur du Canadien et des Rangers, qui a aussi dirigé Burrows avec le Moose du Manitoba, club qui lui a donné sa chance après deux ans dans la ligue East Coast.

KARLSSON ATTEND

Dans un autre ordre d’idées, il n’y a pas eu de nouveau dans le dossier du capitaine Erik Karlsson. Des rumeurs l’envoient à Las Vegas, Tampa Bay ou Dallas, où il pourrait retrouver son ancien partenaire Marc Méthot, mais le DG Pierre Dorion n’aurait toujours pas eu d’offre à son goût. Karlsson était justement aux noces de Méthot, vendredi, à Ottawa. Celles de Claude Giroux, des Flyers, auront lieu samedi, à Ottawa également.