Bryan Murray inaugurera le nouveau Cercle d'honneur des Sénateurs le 24 janvier.

Bryan Murray au Cercle d'honneur

Les célébrations du 25e anniversaire des Sénateurs d'Ottawa s'étireront pendant 12 mois, en 2017. Elles débuteront quelques heures avant les célébrations du Nouvel An, en fait. Le 29 décembre, le retrait du numéro 11 de Daniel Alfredsson lancera le bal.
L'organisation a fait savoir que le meilleur marqueur de l'histoire de l'équipe ne sera pas la seule personne à faire l'objet d'une cérémonie spéciale.
L'ancien entraîneur-chef et directeur général Bryan Murray deviendra le tout premier membre du « Cercle d'honneur » des Sénateurs, le 24 janvier prochain, au Centre Canadian Tire.
Le Cercle est une idée originale d'un comité formé de personnalités influentes de la région d'Ottawa-Gatineau. Ces gens, issus de différents milieux, ont le mandat de trouver des façons de rendre hommage aux hommes qui ont marqué la jeune histoire des Sénateurs.
« Le comité n'a pas eu de mal à se prononcer. Tout le monde s'est entendu très rapidement sur l'importance de retirer le numéro 11 d'Alfie », explique le propriétaire des Sénateurs, Eugene Melnyk.
« Quand nous avons décidé de créer le Cercle d'honneur, il a été tout aussi facile de s'entendre sur l'identité de la première personne qui y fera son entrée. Bryan est, sans l'ombre d'un doute, le meilleur directeur général que nous avons connu », ajoute-t-il du même souffle.
À compter du 24 janvier, un des gigantesques piliers de béton qu'on retrouve au niveau 300 du Centre Canadian Tire sera dédié à Murray.
D'autres joueurs, entraîneurs et dirigeants de l'organisation devraient à leur tour voir leurs noms et leurs visages apparaître sur un pilier dans les prochains mois.
« Notre organisation demeure jeune, mais notre histoire s'écrit chaque jour. Il est temps de commencer à songer à des moyens de rendre hommage aux gens qui l'ont marquée », explique M. Melnyk.
Bryan Murray était présent à la conférence de presse visant à présenter les grandes lignes du projet, vendredi matin.
L'homme de Shawville, qui a célébré son 74e anniversaire de naissance au début du mois de décembre, a d'abord tenu à rassurer tous ceux qui s'inquiètent à son sujet. Sa santé est bonne.
« Je ne me sentais pas si bien hier, quand je suis allé à l'hôpital pour compléter un traitement de chimiothérapie. Déjà, quelques heures plus tard, je peux vous assurer que je me sens déjà beaucoup mieux. Ma situation semble stable », jure celui qui vit avec un cancer colorectal de stade IV depuis l'été 2014.
« Le diagnostic qu'on m'a dressé au départ n'était pas très encourageant, mais tout s'est stabilisé depuis. Vous allez être coincés avec moi pendant encore un bout de temps », a-t-il ajouté à l'endroit des journalistes, qu'il a toujours aimé taquiner.
Noël en famille
Murray essaie de tranquillement s'habituer à sa nouvelle vie. À titre de conseiller spécial aux opérations hockey, il est passablement moins occupé que par le passé.
« Les choses se placent. Je vais même avoir le temps de me rendre au Colorado pour fêter Noël avec mes filles et mes petites-filles. Je n'ai jamais eu cette chance auparavant. »
L'homme de Shawville sera fier d'inaugurer le Cercle d'honneur le 24 janvier. Les Sénateurs ont choisi de lui rendre cet hommage lors de la visite des Capitals de Washington, l'organisation avec laquelle il a fait ses débuts dans la LNH vers la fin des années 1980.
Au fil de sa longue carrière, Murray a également travaillé chez les Red Wings de Détroit, chez les Panthers de la Floride et chez les Mighty Ducks d'Anaheim.
Il a quitté cette dernière organisation en 2004 pour accepter le poste d'entraîneur-chef à Ottawa. Après deux saisons derrière le banc, il est devenu directeur général. Il a occupé ce poste entre 2007 et 2016.
Son seul regret aura été de ne jamais remporter la coupe Stanley.
« Je me considère quand même un gagnant. J'ai réussi à me démarquer à plusieurs niveaux. J'ai notamment aidé de nombreux jeunes hommes à connaître de belles et longues carrières dans la LNH. »
Melnyk prêt à jouer à la Place TD
Il y aura peut-être, finalement un match de la LNH en plein air, à Ottawa, en décembre 2017.
Eugene Melnyk a profité de son passage dans la capitale pour rencontrer les dirigeants du Ottawa Sports and Entertainment Group (OSEG), vendredi matin. Le propriétaire des Sénateurs serait désormais prêt à envisager que son club affronte le Canadien de Montréal à la Place TD.
« Nous avons toujours été ouverts à cette possibilité. C'est juste que nous ne pouvions pas vraiment en parler », assure-t-il.
M. Melnyk est cependant prêt à reconnaître qu'il ne s'agit pas de son premier choix. Il rêvait de voir cette rencontre, qui s'inscrirait dans les célébrations du 100e anniversaire de la LNH, présentée sur la colline du Parlement.
« Pensez-y. Ç'aurait pu être une véritable infopub d'une durée de trois heures sur notre belle région. Et cette infopub aurait été diffusée un peu partout sur la planète. »
Tout ne serait quand même pas perdu. Si jamais les différents partenaires parviennent à s'entendre prochainement, une partie des activités précédant le match pourraient avoir lieu devant le Parlement. M. Melnyk croit qu'on pourrait y installer une patinoire secondaire. Des séances d'entraînement et des matches amicaux pourraient y être présentés.
« Nous ne pourrons tout simplement pas y jouer le gros match devant des milliers de spectateurs. »
M. Melnyk continue tout de même de croire que les gens d'OSEG sont des rivaux.
L'homme d'affaires a d'ailleurs cité la « fièvre du football » quand est venu le temps de parler des faibles assistances à Kanata cette saison.
Les Sénateurs ont disputé 17 matches à domicile depuis le début de la saison. Ils ont conservé une moyenne de 15 357 spectateurs par rencontre.
Ils occupaient vendredi matin le 23e rang à ce chapitre dans la LNH.
« Notre calendrier était simplement trop chargé en début de saison. Nous aurions pu demander à ce qu'il soit modifié. Nous n'avons pas pensé que les impacts seraient aussi grands. »
La direction semble croire que le Rouge et Noir a fait de l'ombre aux Sénateurs en connaissant une aussi bonne fin de saison. La présence des Blue Jays de Toronto dans les séries éliminatoires du baseball majeur aurait nui, aussi.
M. Melnyk croit que le pire est derrière. Les assistances sont à la hausse, souligne-t-il. Une bonne deuxième moitié de saison ne fera que mousser les ventes.
« On espère que les partisans viendront en grand nombre, parce que les joueurs ont remarqué que les gradins sont dégarnis. C'est ce qui me préoccupe le plus. Les joueurs ont besoin de l'énergie des partisans. »
LeBreton d'ici cinq ans
Dans sa rencontre avec la presse, Eugene Melnyk a par ailleurs indiqué que le projet de construction de son nouvel amphithéâtre au centre-ville va bon train.
Il s'attend cependant à ce que deux autres années s'écoulent avant la première pelletée de terre. Les Sénateurs pourraient donc déménager dans leur nouvel amphithéâtre d'ici 2022.