Claude Giroux n’aura vraisemblablement pas la chance d’évoluer sous les ordres de son ami Daniel Brière, à Philadelphie.

Brière a la piqûre de diriger un club

PHILADELPHIE — Les Flyers de Philadelphie se sont mis à la recherche d’un nouveau directeur général cette semaine après le congédiement de Ron Hextall lundi.

Le président Paul Holmgren va assurer l’intérim en même temps qu’il va effectuer la recherche d’un successeur à l’ancien fougueux gardien de l’équipe.

Lors d’une conférence de presse mardi, il a indiqué qu’il va concentrer ses recherches en dehors de l’organisation.

Les noms de candidats comme Chris Pronger, Ron Francis et Sean Burke ont notamment déjà été avancés, tandis que celui du conseiller Dean Lombardi, ancien DG des Kings de Los Angeles, a été rayé. Certains au Québec pensaient que le Gatinois Daniel Brière pourrait être en lice, mais il serait un candidat de l’intérieur vu qu’il travaille déjà pour Comcast Spectacor, en tant que vice-président aux opérations hockey de la nouvelle équipe des Mariners du Maine, dans la ligue East Coast en plus d’être un consultant du côté corporatif de l’organisation des Flyers.

Qui plus est, Brière confiait au Droit mardi soir qu’il ne se sent pas prêt à occuper un tel poste dès maintenant.

« C’est certain qu’en toi, tu y penses un petit peu. Mais je réalise que ce n’est pas le bon moment. Ce serait trop vite, il n’y a pas de doute là-dessus. J’ai encore beaucoup à apprendre, je le sais. On aime ça y penser quand même, on aime ça imaginer des choses. Mais pour l’instant, j’ai tellement une belle opportunité avec les Mariners et les Flyers d’apprendre un peu tout, autant le côté hockey que le côté affaires. J’ai besoin de plus d’apprentissage et je ne peux pas me plaindre », a-t-il souligné.

Avant de penser à suivre les traces d’autres anciens excellents joueurs comme Steve Yzerman et Doug Wilson qui sont devenus des directeurs généraux, Brière convient qu’il a besoin de faire ses classes encore un peu plus longtemps. « Il y a un côté de moi qui dit que ce n’est pas réaliste, tu n’es pas prêt pour ça. Je ne suis pas rendu là dans mon apprentissage. Ce serait comme pousser un gars qui joue midget AAA et le forcer à jouer dans la Ligue nationale », a-t-il imagé.

Le jeune retraité de 41 ans, qui a porté les couleurs de quatre équipes dans la LNH (Phoenix, Philadelphie, Montréal et le Colorado), admet cependant qu’il a eu « la piqûre » pour un poste au niveau des opérations hockey en lançant les activités des Mariners cette année, un club qui est affilié aux filiales de la Ligue américaine des Rangers et du Canadien. Son club a une fiche de 8-6-1 en ce début de campagne.

« On a un dossier de 6-1-1 à nos huit derniers matches, ça se place après un début difficile. C’est le fun, je ne pensais pas que je m’investirais autant côté hockey. Mais quand ça a commencé, j’ai pogné la piqûre. Engager l’entraîneur, ensuite avec lui, embaucher un assistant, puis aller regarder des matches au niveau collégial et junior pour trouver des joueurs. Je m’amuse. Je parle à Riley Armstrong, mon coach, trois ou quatre fois par jour. Honnêtement, j’ai bien du plaisir à faire ça. Le hockey, ça reste ma passion », affirme-t-il.

Au Wells Fargo Center, Brière a un bureau qui se trouve sur le même étage que le département de marketing qui a lancé la nouvelle mascotte des Flyers, Gritty, qui fait sensation à sa saison « recrue ». « J’ai été témoin des hauts et des bas de ce lancement, alors que les médias sociaux ont été très durs la première journée, puis que ça a changé du tout au tout à partir de la deuxième journée », raconte Brière qui, drôle d’anecdote, a été appelé à céder son ancien bureau à la mascotte orange qui pourrait être un croisement entre Youppi et Animal, le batteur de Sesame Street. « C’était correct, on m’a donné un bureau deux fois plus gros, avec une meilleure vue », blague Brière.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Chabot robuste

Thomas Chabot a probablement donné la meilleure mise en échec de sa vie lundi soir à New York quand il a sonné Vladislav Namestnikov en zone neutre alors que les Sénateurs cherchaient à créer l’égalité avec leur gardien retiré à la faveur d’un sixième attaquant. Il en était assez fier le lendemain matin.

« C’est probablement ma meilleure. C’est rare que je fais des grosses mises en échec comme ça. C’est arrivé tellement vite, j’avais la rondelle, je voulais faire une passe à Chucky (Brady Tkachuk), mais j’ai échappé la rondelle et en me levant la tête, il était là dans ma face alors qu’il sortait de leur banc, je n’ai pas eu le temps de réagir, je l’ai juste frappé. J’espère qu’il va être correct », a raconté le défenseur québécois mardi avant d’affronter les Flyers.

***

Huit en huit

Avant le match contre les Flyers, l’unité de désavantage numérique avait écoulé les huit dernières punitions écopées par les Sénateurs pour ramener sa moyenne d’efficacité à 70,1 % et ainsi sortir de la cave de la LNH à ce chapitre, passant momentanément devant Philadelphie (69,7 % avant mardi).

« On a fait un premier pas solide pour améliorer la défensive [lundi lors du revers de 4-2 contre les Rangers], ce qui comprend le désavantage numérique. On a fait quelques changements pour s’ajuster aux joueurs que nous avons et mettre un peu moins de stress et de responsabilités sur nos défenseurs. Il y a maintenant plus de glace couverte par des attaquants que des défenseurs », a indiqué Guy Boucher mardi midi.

***

Entre les lignes

Le défenseur Mark Borowiecki a raté un troisième match de suite en raison d’une blessure au haut du corps et son nom a été placé sur la liste des blessés rétroactivement à vendredi. Il serait admissible à revenir au jeu jeudi lorsque les Rangers s’amèneront au Centre Canadian Tire, mais il représente un cas douteux.

Le Suédois Magnus Paajarvi a refusé de dire qu’il avait hâte de revenir à Ottawa pour le prochain séjour à domicile qui comprend le retour d’Erik Karlsson avec les Sharks samedi.

« On ne veut que penser à Philadelphie (mardi soir) », a-t-il dit sur l’heure du midi.

Revenant d’une blessure, le gardien suédois Marcus Hogberg a disputé son premier match de la saison avec le Battalion de Brampton (ECHL) mardi matin, effectuant 29 arrêts dans un revers de 2-1 en prolongation contre Worcester.